Club Santé Seniors MGEN 73
Accueil du site > 99. Archives du site > Randonnées anciennes > Les Bémols (récits 2010-2011-2012-2013-2014-2015) > 2014 / 10 / 30 - Qu’est-ce qu’on est bien chez Christiane !!!

2014 / 10 / 30 - Qu’est-ce qu’on est bien chez Christiane !!!

Jongieux - La Charvaz - Le Mont (Ontex)

samedi 1er novembre 2014, par Maurice DUPONT

Encore une belle journée qui s’annonce pour ce dernier jeudi d’octobre et 13 Bémols venus du club, de la région aixoise et même de Transpinalie -Cécile, Christiane, Françoise L, Jeannine, Joëlle, Marie France, Martine, Maxime, Monika, Muriel, Bob, Gérard, Maurice- se retrouvent à 8h30 à Jongieux-le-Haut (400 m). La difficulté à stationner amène à garer les voitures sur l’emplacement privé d’un viticulteur-récoltant qui nous autorise gentiment à y laisser nos véhicules pour la journée. 2 autres Bémols -Françoise B et Nicole D- ont décidé de nous rejoindre plus tard en se rendant directement au Mont.

A 8h45, les 13 partent vers le Mont (commune de Ontex), sur un chemin large qui s’enfonce bien vite dans la forêt. La fraîcheur qui nous enveloppe n’a rien à voir avec la température froide, à la limite du gel, de la rando précédente. Bob, notre doyen, et Christiane, notre hôtesse aujourd’hui, marchant en tête du groupe, nous abordons la montée régulière et progressive au milieu des arbres qui n’ont point encore perdu leurs feuilles. Au bout d’une heure de marche, des trouées dans le feuillage permettent de voir à nos pieds les villages de Chautagne surmontés d’une bande de brouillard matinal s’étirant le long du Rhône.

En une petite clairière que les rayons du soleil éclairent, nous décidons de faire la pause-banane, même s’il n’est pas encore 10 heures. Monika distribue des muffins aux pommes, Cécile également en propose aux pommes et aux noix, pour alléger son sac... Pendant la pause, Maxime déplie un extrait de carte IGN pour mieux visualiser le chemin jusqu’à la Charvaz, point culminant de la rando. Peu après cette halte, le chemin franchit une sorte de col, à la cote 800, et redescend vers le lieu-dit Le Mont (727 m). Christiane, qui est dans son pré carré, propose alors le programme suivant : elle va rester à sa cabane du Mont pour accueillir Françoise B et Nicole D qui devraient y être arrivées ; Jeannine et Joëlle décident de tenir compagnie à Christiane pendant que les 10 Bémols restants monteront à La Charvaz et en redescendront (sans perdre de temps) avant la pause-déjeuner.

Afin d’éviter toute erreur de trajectoire – une quasi-habitude chez les Bémols surtout à l’automne- Christiane va nous accompagner un moment pour nous mettre sur le bon sentier et à 10h45 nous voici à la queue-leu-leu derrière l’infatigable Bob, montant d’abord vers le Mont de la Charvaz (996 m) puis vers le lieu-dit Sous la Charvaz (1092 m). Aux abords du sentier aux pentes parfois raides, plusieurs grands chaudrons en fonte servant jadis à faire du charbon de bois sont là abandonnés, corrodés, déformés, sans fond, dégradant l’écosystème forestier pour encore de longues années.

A 11h50, la pancarte "La Charvaz (1140 m) -à 145 m à gauche plate-forme avec point de vue" est atteinte ; les 10 peuvent bientôt admirer le paysage qui s’offre à eux : le Lit au Roi de Massignieu-de-Rives, la Chapelle Saint Romain, les lacs de Chevelu, la Dent du Chat avec une vue partielle du lac du Bourget recouvert d’une brume de pollution.

La beauté de l’Avant-Pays ne nous fait pas oublier que 5 autres Bémols nous attendent au Mont pour déjeuner. S’ensuit une descente aussi rapide que possible par le même itinéraire, descente rapide mais prudente car Marie France rappelle aux plus pressés de l’avant qu’il faut attendre les marcheur(se)s de l’arrière, ce qui entraîne quelques arrêts, dont un prouvant que les Bémols ont su garder une âme d’enfant.

A 12h45, les 10 montés à La Charvaz sont de retour à la cabane où notre hôtesse au grand cœur, aidée de Jeannine, Joëlle, Françoise B, Nicole D, a dressé en plein air une longue table entourée de 15 sièges de jardin. Ainsi le repas joyeux, convivial, ensoleillé peut commencer. Qui mieux que le poète pourrait évoquer cette parenthèse magique ? "Ô temps ! Suspends ton vol, et vous, heures propices ! Suspendez votre cours, laissez-nous savourer les rapides délices" de ce jour. ................................................................................................................ Déjeuner en un lieu quasi édénique ne peut qu’inciter à prolonger ce moment de convivialité et de bonheur jusqu’à 14 heures. Mais il faut redescendre sur terre, plus exactement à Jongieux avant la tombée du jour. Ainsi les Bémols repartent en direction du chef-lieu d’Ontex, les 15 réunis encore pour un bref instant de marche sur le macadam, avant que Françoise et Nicole ne nous quittent. Les 13 reprennent les sentiers dominant le lac du Bourget où se reflète le versant de la Chambotte.

Plus près de nous des gentianes ciliées et une campanule survivante aux pétales d’un violet tendre attirent le regard de la botaniste et photographe.

Ensuite traversée du bourg, quelques minutes à fouler la D 210b jusqu’au lieu-dit le Saut de l’âne. Dès lors nous empruntons le GR 9 en direction de Jongieux-le-Haut, chemin bordé d’un pierrier peu courant à cette altitude (600 m) ; sur le sol des champignons sont repérés par les mycophiles, notamment des petits rosés qui une fois cueillis vont commencer à jaunir et seront donc rejetés. Nous descendons toujours et à la sortie de la forêt, l’alignement des vignes tapissant les coteaux de Jongieux fait apparaître un paysage paré des chaudes couleurs de l’automne. A 16h15 nous sommes de retour auprès des voitures. Au terme de cette très agréable rando, chacun(e) peut fredonner en son for intérieur : "C’était bien chez Laurette (Christiane) ; on y retournera."

Texte : Maurice. Photos : Martine, Gérard.

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0