Club Santé Seniors MGEN 73

2014 / 04 / 10 - Une balade arrangée sous le soleil

De Yenne à la Chapelle St Romain : à ranger parmi les parcours faciles

samedi 12 avril 2014, par Maurice DUPONT

En ce qui concerne le titre, ça ne s’arrange pas, surtout avec cette ambiguïté "arrangée/à ranger". Eh oui ! Il fallait participer à cette rando pour bien comprendre l’intitulé ; ce que firent en ce beau jour de printemps 19 Bémols, 13 dames -Cécile, Christiane, Françoise B, Jeanine, Joëlle, Marie France, Martine C, Martine V, Monika, Monique G, Nicole, Prudy, Sylviane- et 6 messieurs -Bob, Claude (qui revient marcher avec le groupe), Daniel, Jean, Jean Marc, Maurice. A 9h30, après avoir rangé les voitures sur les parkings de la salle des fêtes et de l’église de Yenne tous sont prêts pour cette balade tranquille et ensoleillée, une fois réglés quelques problèmes de bâtons dont les éléments télescopiques donnent du fil à retordre à leur propriétaire mais des mains vigoureuses ont vite arrangé cela. Nous voici donc embarqués d’abord sur le "sentier de la lône d’en l’île". On l’aura compris, nous longeons un bras du Rhône, en retrait du lit principal, bras au tracé évoluant selon les crues du fleuve, avec assez souvent des eaux stagnantes. Des pancartes signalent en ces lieux des castors, nous ne les verrons pas ni les arbres taillés comme des crayons, fruit de leur travail de constructeurs de barrages. Ont-ils pris eux aussi leur retraite ? Nous avançons accompagnés du chant joyeux des pinsons et des fauvettes que Claude sait identifier. A la queue-leu-leu entre Rhône et champs fraîchement labourés, près du lieu-dit L’île, nous nous rangeons pour laisser le passage à un autre groupe de marcheurs. Surprise ! Parmi ceux-ci, Martine rencontre sa voisine, encore en activité mais qui s’arrange pour participer à des balades de la demi-journée. A 10h30, non loin d’une construction servant autrefois au dragage du fleuve, nous faisons la pause-banane ; Marie France passe de l’un(e) à l’autre, distribuant des noisettes et piécettes en chocolat. Puis nous continuons le long de la berge jusqu’au lieu-dit Les Chaffauds. Le narrateur n’en donnerait pas sa tête à couper, mais cette appellation désignait des greniers de construction sommaire ou de simples palissades. Et après avoir cheminé entre prés et labours, tout le groupe se retrouve soudé à Etain, petit hameau au pied d’une butte. Nous voici dès lors engagés dans la "boucle de St Romain". Quelques centaines de mètres le long de la départementale ; une petite distance sur le goudron, Marie France s’en arrangera, sachant qu’ensuite nous montons dans la forêt pour 220 m de dénivelé. Les Bémols s’étirent alors sur le sentier qui zigzague entre les buis. Nicole, Christiane, Maurice ferment la marche et montant plus lentement que le reste de la troupe se font distancer peu à peu. Leur retard eût été plus important si le profil du sentier n’avait pas été arrangé avec des rondins formant à maintes reprises des marches d’escalier. A 11h50 les premier(e)s atteignent le calvaire dressé au sommet de la colline et sur les marches au pied de la croix posent devant l’objectif et se reposent. Plus de 10 minutes après, les retardataires prendront place à leur tour pour la photo. Puis nous marchons encore, pratiquement à plat, le long de la falaise offrant une belle vue plongeante sur la vallée du Rhône, certain(e)s observent attentivement les environs en quête de morilles ; sans doute se sont-elles arrangées pour rester invisibles... Nous voici bientôt auprès de la Chapelle St Romain (récemment restaurée) érigée depuis des siècles là où dans l’antiquité était honoré Sylvanus, dieu des forêts et des vergers, protecteur des paysans. Les religions dominantes savent s’arranger de la présence d’anciens lieux de culte qu’elles occupent pour les retourner à leur profit. Place maintenant, non pas à des considérations hautement philosophiques mais à la pause-déjeuner. Les 19 se rangent le long des différents murs de la chapelle et sur les escaliers du perron ; quoiqu’éloignés, ils s’arrangent pour rester en communication et échanger desserts et autres douceurs, convivialité oblige. Les amateurs de breuvage bio se rangent, presque unanimement, à l’avis de Daniel qui fait autorité en la matière. Après le repas, une petite sieste ou quelque occupation reposante est la bienvenue. Martine prospecte les alentours de la chapelle pour photographier fleurs et papillons, un orchis singe et un flambé sur un arbuste n’ont pas échappé à son regard, plus tard ce sera sur le chemin du retour un paon du jour.

A 13h30 nous repartons, marchant au milieu des vignes de Jongieux-le-Haut jusqu’au goudron, nous empruntons alors le GR 9 qui descend vers le hameau de Grand Lagneux. Il faut fouler à nouveau le macadam... "On ne pourrait pas arranger cela ?" se demandent quelques-un(e)s, mais comment faire sans traverser des propriétés privées ? Heureusement quelques beautés naturelles agrémentent cette portion bitumée de la balade. Auprès d’une mare à l’eau transparente, le groupe à l’arrêt semble jouer à Narcisse, plus loin comme un écho animé de cette eau dormante, la cascade de Lagneux incite à un bref détour. Au Petit Lagneux, nouvelle halte près d’une chapelle, avec dans la cour un banc de bois où Nicole et Christiane vont se reposer et (non pas sur un coup de tête, cela a été arrangé d’avance avec leur conducteur) elles prennent le parti de ne pas faire à pied les derniers kilomètres. Les autres continuent, s’arrêtant au bord d’un bassin recouvert de plantes aquatiques et de mousse où des batraciens se cachent à notre approche. Du bout de son bâton, Claude parvient à toucher une grenouille, il l’a drôlement arrangée ; la pauvre, elle ne bouge plus, cela arrange bien notre photographe. On rejoint ensuite Pré Novel et la berge de la lône que nous suivons jusqu’à Yenne, où nous arrivons à 16h30, sous un chaud soleil. Au terme de cette balade à ranger au nombre de celles dont on garde un excellent souvenir, nous regagnons nos pénates.

Texte de Maurice arrangé avec les photos de Martine et Nicole.

Portfolio

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0