Club Santé Seniors MGEN 73
Accueil du site > 99. Archives du site > Randonnées anciennes > Le groupe_1 > La Grande Sure (Chartreuse) 07.11.2013

La Grande Sure (Chartreuse) 07.11.2013

mardi 12 novembre 2013, par Alain DUROT

La Grande Sure

Date :07.11.2013

Effectif :19

Météo :Soleil frais

Dénivelé théorique : 1070m

Dénivelé cumulé réalisé : 1160m

Délais : 8h15 TAC

Mercredi dernier, veille donc de la randonnée du jeudi,

Rentrant tardivement d’une soirée chez des amis,

J’ai pris connaissance, très rapidement,

Du programme du lendemain, à priori fort alléchant :

Pour commencer, on s’enverrait une petite chartreuse (1) et puis, nous irions jusqu’au belvédère voir les Nonnes ! (2) Cela paraissait surprenant, mais on y verrait sûrement plus clair lors du passage par le cul d’une lampe ( ?) (3). Apres quoi, on atteindrait un col pas très sûr (4), avant d’en franchir un autre assez vache (5) puis un autre un peu moins vache (6). Comme on n’était pas loin du pas de l’âne, et qu’on traverserait le tunnel des agneaux (7), après un premier qui serait une vraie galère (8), je pensais que c’était le jour du comice agricole. Je n’invente rien, tout cela était sur la carte (IGN 3334 OT) et dans la présentation par Yves, mais j’avais peut-être interprété un peu vite.

La réalité fut, ma foi, un peu différente.

Vers 8h50, nous avons démarré du parking de la Chartreuse (cf 1) de Curière, et par une large piste forestière de pente agréable, sous un non moins agréable soleil d’automne, et, dérangeant les premiers mouflons rencontrés ce jour, nous avons rejoint le belvédère de Nonne (2).

chemin d’automne...

vue sur l’église St Bruno de St Laurent du Pont...

...depuis le belvédère de Non(n)e...

NB : la carte IGN dit Nonne, Religieuse donc ; alors que le panneau indicateur stipule None, c’est-à-dire la 9eme heure du jour, soit 15 heures. Alors…

L’ascension se poursuivait, mais l’équipe se scindait déjà en deux groupes. Il faut dire qu’à l’arrière, on discutait beaucoup. La piste forestière laissait bientôt place à un étroit sentier et la pente se redressait sérieusement.

le sentier se redresse...

Le premier groupe terminait sa pause banane alors que le deuxième le rejoignait. Et là, suite à un manque de communication évident (dont Bernadette ne manquera pas de se faire l’écho un peu plus tard…), le premier groupe redémarrait aussitôt, bien décidé à faire l’ascension totale malgré des délais limités. Votre serviteur qui avait senti le vent venir, avait raccroché le peloton de tête, abandonnant de fait sa moitié à l’arrière, ce que cette dernière lui fit, plus tard également, « gentiment » remarquer… Au passage du lieu-dit le Cul de Lampe (3), le soleil apparaissait de nouveau.

au cul de lampe...

...elle était allumée...

Dès lors, et depuis le col de la Sure (4), l’ascension fut quelque peu décousue, et l’arrivée au sommet, une fois n’est pas coutume, très, très échelonnée.

à l’assaut de la Grande Sure...

le sommet est en vue...

mais n’oubliez pas de vous retourner pour admirer...

fourbu mais content...

fourbue aussi mais encore plus contente...

Ce qui n’empêcha pas ce beau monde de prendre le repas dans un cadre une nouvelle fois exceptionnel.

un repas zen...

Le retour s’est effectué en ordre et groupé ; tout d’abord par un sentier à flanc, parmi prés et lapiaz jusqu’au col de la Charmille, évitant les deux cols de la Vache (5 et6) pourtant programmés.

retour à l’ordre (merci Bernadette)...

Au col, profitant de la pause, André en a rempli discrètement son panier.

mine de rien, tout au fond là-bas...

il a fait provision...(photo André M.)

et encore...(photo André M.)

La descente dès lors était plus raide et les pluies de ces derniers jours provoquèrent quelques glissades funestes pour les fonds de pantalons. Ajoutons encore des bains de pieds aux passages des ruisseaux bien gorgés.

fesses sales...

et pieds mouillés...

Et nous avons rejoint enfin la route goudronnée après avoir rencontré un deuxième et important troupeau de mouflons.

cherchez le mouflon...(photo André M.)

...et son compagnon...

NB : nous nous posions la question de l’utilité de cette petite route aujourd’hui abandonnée : elle reliait tout simplement St Laurent du Pont à St Egrève par le col de la Charmette et n’est plus entretenue aujourd’hui que du côté sud.

Après le tunnel de la Galère (8), restait encore à parcourir, à l’aveugle, le tunnel des Agneaux (7) long de 270 mètres avant de retrouver nos voitures aux environs de 17 heures.

vous croyez qu’on y va ?

on y va !...

à quoi reconnait-on un homme politique d’un randonneur ?

les deux prétendent toujours voir le bout du tunnel...(photo André M.)

La dernière difficulté de la journée se situait…à Chambéry que nous avons mis plus de ¾ d’heure à traverser

et, Honni Soit Qui Mal Y Pense…

Un petit bonus photos :

quand le Granier supporte le Mt Blanc...(photo André M.)

une pâle copie de la coiffe de notre Savoyarde...

destruction d’un portique : les bonnets rouges en Savoie ?

c’est pourtant clair sur les panneaux...non ?(photo André M.)

- t’es certain que c’est la Grande Sure ?

- sûr et certain !

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0