Club Santé Seniors MGEN 73
Accueil du site > 99. Archives du site > Randonnées anciennes > Les Bémols (récits 2010-2011-2012-2013-2014-2015) > 2013 / 02 / 14 - Il y avait foule dans la montée au Nivolet.

2013 / 02 / 14 - Il y avait foule dans la montée au Nivolet.

Chalet de l’Aurore - Croix du Nivolet- Le Sire

samedi 16 février 2013, par Maurice DUPONT

Ce matin encore le programme prévu par les Bémols est remis en cause, on ne montera pas au Désert d’Entremont ; mais où aller ? Pendant plus de 20 minutes, on propose, on discute, on hésite et finalement ce sera la Croix du Nivolet depuis la Féclaz et retour par le Sire, suggestion de Jeanne qui a prolongé son séjour dans sa famille d’accueil...Aujourd’hui ce n’est d’ailleurs pas la seule du groupe 1 (le départ exceptionnel à 9h y serait-il pour quelque chose ?) ainsi Gisèle marche pour la première fois avec le groupe Bémol, ajoutons Catherine, Françoise B (Fr1), Françoise L (Fr2), Françoise M (Fr3), Jeanine L, Marie France, Martine, Maryse (qui revient marcher après une longue éclipse), Maxime, Monique P, Nicole P, Prudy et Jean Marc, Maurice, 14 dames et 2 messieurs, ne parlons pas de parité !

Dans les voitures montant vers la Féclaz, chacun(e) peut apercevoir les murs de neige au bord de la route, les arbres aux branches cotonneuses, les toits lourdement chargés. A 9h30, sur le parking-sud,

JPEG - 130.2 ko

la photo de quelques partants donne une idée de la hauteur de neige, les autres sont déjà auprès du Chalet de l’Aurore (1330m), où de jeunes scolaires sont rassemblés. "C’est là qu’eurent lieu les premières classes de neige." précise Maryse. Une fois regroupés, les 16 se dirigent d’abord vers le Village nordique

JPEG - 86.5 ko

aux chalets multicolores, dont les fenêtres apparaissent au ras du sol alors que la chape de neige, décrochée de la toiture, masque en totalité certaines façades

JPEG - 81.3 ko

. Ensuite le plateau s’offre à nos regards sous un épais manteau immaculé avec au loin un vieux chalet sous un imposant chapeau blanc.

JPEG - 44.7 ko

A 10h10, nous sommes à Glaise (1304m), commence alors une longue montée dans la forêt vers le Nivolet ; la piste est étroite mais bien tracée et tassée et le groupe s’étire. Vue de l’arrière, la file paraît interminable, c’est que les Bémols ont rejoint un autre groupe de marcheurs. Ce n’est que le premier, suivi de nombreux autres. Bientôt nous les dépassons. Marcher dans la forêt enneigée et figée dans une blancheur extraordinaire semble décupler l’énergie des marcheuses, notamment de Gisèle, Fr3, Nicole, Fr1 qui ont pris la tête (et le pouvoir dans le groupe ?) alors que derrière on tâche de suivre, montant en silence ; pas question ni le temps de bavarder, de faire de petits arrêts pour observer des traces par ex. Parfois un appel, étouffé par la neige, est lancé  :"Ho ! Attendez un peu !" Une pause-boisson est réclamée en vain. Vers 10h30, à la queue de la file, Maxime, Fr2, Prudy, Jean Marc, Maurice demandent la pause-banane, une voix répond  :"Continuez, on la fera plus loin." Apercevant un replat, les 5 s’arrêtent et font leur pause-banane ; les 11 autres ont choisi un emplacement un peu plus haut sur un replat différent.

JPEG - 135 ko
JPEG - 151 ko

Après quoi, tous les 16 repartent, adoptant un rythme plus bémol et bientôt ce sont les premiers éléments d’une troupe de militaires en treillis qui déboulent en face de nous, marchant dans la profonde pour nous laisser la piste,

JPEG - 140.2 ko

plus loin un autre groupe plus important, avec plusieurs femmes soldats, s’est arrêté sur le côté pendant que nous passons et ce n’est pas fini, quelques autres, attardés, s’effaceront aussi à notre passage : la politesse et le respect des retraités sont donc à l’honneur dans l’armée française... Nous ne sommes pas au bout de la montée ; alors que d’autres marcheurs nous doublent, que des ados tenant en main de mini luges portatives en plastique redescendent presque en courant, nous prenons le temps d’admirer le spectacle fantasmagorique de la forêt. Les formes surprenantes des arbres sous la masse de neige, qui a été sculptée par le vent et le gel, suscitent des commentaires où l’imagination de chacun(e) se donne libre cours :

JPEG - 159.1 ko

une pieuvre avec ses bras emmêlés, un dauphin, la tête d’un gros perroquet ou une crosse d’évêque, une dame debout avec son fichu sur la tête, des elfes, des trolls... D’un décor neigeux d’une beauté à couper le souffle au monde de la mythologie nordique, il n’y a qu’un pas. Des pas il nous faut encore en faire pour arriver au lieu-dit Mont du Nivolet (1513m). Le sommet du piquet portant les pancartes indicatrices dépasse tout juste de la neige...Un peu plus tard, la Croix apparaît à quelque distance

JPEG - 63.1 ko

et avant midi nous arrivons à la plate-forme, la vue sur la vallée toute blanche

JPEG - 98.4 ko

ajoute au plaisir d’être là alors que le soleil brille. De nombreuses personnes vont et viennent aux abords de la Croix (1547m) mais nous sommes les seuls à nous asseoir pour la pause-déjeuner autour du socle ou dans la neige sur des sous-fesses ou encore sur les barres de la barrière ceinturant le site.

JPEG - 117.3 ko
JPEG - 96.3 ko
JPEG - 110.6 ko

Repas convivial, comme de coutume et Monique offre des gougères pour débuter le repas. Au dessert le narrateur fait circuler des bugnes à la mode toulousaine préparées par sa compagne Nicole, Fr3 offre des croquants, Jeanne des madeleines, Martine des mikados, Marie France de petits sous en chocolat. La pause sera écourtée par le froid qui s’accentue dès que le soleil se cache. Nous nous préparons donc à repartir. Mais Maryse a un problème avec une de ses raquettes, il faudra la force et la persévérance de Jean Marc pour en venir à bout. Après 12h30, nous voici donc en route pour le Sire, Jeanne prend la tête du groupe qui évolue pratiquement sur ses terres. Nous marchons à la queue-leu-leu dans de nouveaux espaces enneigés superbes,

JPEG - 150.5 ko
JPEG - 112.4 ko
JPEG - 89.8 ko
JPEG - 92.4 ko

Prudy observe et cherche à identifier les empreintes d’animaux mais l’épaisseur de la couche de neige, paradoxalement, ne facilite pas les choses... Avant 14h, nous atteignons les chalets du Sire (1521m) entourés d’arbres enveloppés d’ouate,

JPEG - 110.2 ko

tout près un rideau de sapins évoque pour Marie France l’alignement des grognards de la Garde, au retour de Russie sans doute

JPEG - 95.5 ko

. Ensuite nous n’aurons plus qu’ à descendre.

JPEG - 113.9 ko

Nous longeons ainsi une piste de ski dévalée par des descendeurs habiles, dont l’un effectuant une prise de carre à notre niveau soulève un nuage de poussière de neige qui enveloppe Martine. "Te voilà toute brumisée !" plaisante Monique. Nous arrivons ensuite à la route du Sire et apercevons à quelque distance le chalet de Jeanne. Nous ne nous y rendrons pas, il serait d’ailleurs difficile d’y accéder vu la hauteur de neige qui doit l’entourer. Après quelques minutes de marche sur la route, toute blanche elle aussi, Jeanne nous embarque dans la pente boisée, en direction du chalet de l’Aurore. Avant 15h, nous y arrivons, la boucle est bouclée. Il ne reste plus qu’à regagner Chambéry après cette belle balade non programmée.

Texte de Maurice. Photos de Martine.

Portfolio

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0