Club Santé Seniors MGEN 73

2012 / 04 / 19 - Dans la gadoue et le crottin...

De St Sulpice à Coirat et retour.

samedi 21 avril 2012, par Maurice DUPONT

Partis pour une rando vers les cols historiques -col du Crucifix et col St Michel avec entre les 2 les grottes François 1er- les Bémols présents ce jour (Bernadette, Maurice A, Françoise B, Maxime, Marie-France, Martine, Jeanine L, Nicole , Maurice D) garent les voitures à St Sulpice où les a rejoints Prudy. Mais à peine débarqués

JPEG - 233.5 ko

, ils sont trempés par une grosse averse qui vient crucifier les velléités de se hausser du col. Alors que certaines seraient prêtes à tout annuler, Prudy propose une virée improvisée de St Sulpice à Coirat (La Motte) avec pause-déjeuner à l’abri et au chaud chez elle puis retour au parking saint-sulpicien. Accompagnée de Maurice A et de Nicole, elle va montrer sur un panneau municipal les itinéraires possibles, pendant ce temps on objecte et s’interroge auprès des véhicules : Alors on commencerait par la descente et on finirait en remontant !!! Ne pourrait-on pas tout au moins descendre dans une voiture les sacs et la glacière apportée par Martine pour fêter son anniversaire ? Cette solution de facilité n’ayant pas été retenue, les Bémols, ressemblant à des bêtes à bosse(s) sous les amples vêtements de pluie, se lancent sur un itinéraire pas banal d’abord vers les Plattières puis à travers prés

JPEG - 242.3 ko

et vergers de pommiers et poiriers en fleur

JPEG - 111.3 ko
JPEG - 254.1 ko

, avec Prudy à leur tête.

Maxime trouve dans l’herbe une coquille d’oeuf d’oiseau, d’un bleu uni, mais quel oiseau ? Oeuf de merle, nous renseignera internet. Plus loin Prudy aperçoit derrière un grillage les premières morilles blondes de la journée et Martine avec ses bâtons les rapproche jusqu’à pouvoir les saisir à travers les mailles. A 10 H, nous voici à Villard-Marin et nous abandonnons vite la route goudronnée empruntée momentanément pour vagabonder sur de petits chemins boueux mais bordés de bois et nous nous égayons à droite et à gauche à la recherche d’autres morilles ; Françoise est la meilleure cueilleuse du groupe avec une poignée de morilles coniques. Un autochtone venu à notre rencontre affirme d’abord que la saison de ces champignons est finie (veut-il préserver ses propres coins à morilles ?) puis discute sympathiquement, regrettant de ne pouvoir travailler dans son jardin à cause de la pluie, montrant à Marie France les acacias, châtaigniers et frênes...Puis nous poursuivons notre cheminement dans la gadoue et arrivons près des ruines de "la maison de l’ermite", dixit Prudy qui a connu dans les années 70 le vieil homme solitaire habitant les lieux

JPEG - 205.9 ko

. Les petites constuctions annexes -clapier, poulailler, soue- deviennent par l’imagination de notre guide, des prisons de la CIA devant lesquelles

JPEG - 199.4 ko

Maurice A et Marie-France posent aux captifs libérés. Pendant ce temps Maxime herborise, cueillant parmi les herbes folles des oignons et poireaux sauvages. Nous quittons ces lieux et peu après un oeuf de merle, bleu tacheté de marron, est ramassé intact au pied d’un arbre par Martine.

Vers 11 H, nous nous arrêtons pour la pause-banane.

JPEG - 201.8 ko

Nous attendons pour repartir le retour de notre guide qui, en mycologue passionnée, a profité de la halte pour explorer les alentours. « J’en ai marre de ne rien faire ! » s’impatiente Marie-France utilisant son sifflet pour rappeler Prudy mais celle-ci ne nous a pas oubliés et nous emmène, faisant quelques tours et détours dans les bois, vers le lieu-dit Bon Pas. La proximité d’un centre équestre ajoute à la boue du crottin, voire du purin stagnant en certains endroits où il faut s’accrocher aux branches, marcher sur des planches branlantes pour éviter de s’enlis(i)er. Bref, nous parvenons à rejoindre le chemin que nous avions vu en hiver transformé en une piste de glace et peu après 12 H, nous arrivons à Coirat. La maison de Prudy est toute proche. A l’abri, nous quittons vêtements de pluie et chaussures sales et trempées. Jean-Marc nous accueille dans la salle à manger et achemine les chaises nécessaires pour que toutes et tous trouvent place autour de la table ; il allume un feu dans la cheminée alors que nous sommes déjà heureux d’être installés confortablement et son sens de l’hospitalité lui fera déboucher pour nous une bouteille de vin rouge de Chautagne.

Place au repas ! Comme c’est le jour de son anniversaire, Martine offre en apéritif du Crémant d’Alsace,très frais, et du Perrier, Prudy sort des verres pour la circonstance

JPEG - 138.2 ko

, Nicole place facétieusement une bougie magique sur le dessert de Martine qui doit la souffler de nombreuses fois

JPEG - 184.8 ko

... 36 évidemment...avant que Maurice A ne l’éteigne définitivement avec sa main. Prudy propose de faire une omelette avec les morilles récoltées,

JPEG - 100.9 ko

Martine sort de sa poche l’oeuf de merle et le casse délicatement : du jaune apparaît mais trop peu pour une omelette...Au dessert elle nous offre des gavotes (crêpes dentelles) et des chocandises (oeufs en chocolat) de chez Révillon. Jeanine et Nicole

JPEG - 153.8 ko

font circuler respectivement des florentines et des bonbons pralinés chocolatés, Marie-france ajoute de petits pesos. Après les cafés, la verveine de Jeanine et la prune de Martine font glisser la discussion sur les éthylotests. Bernadette, en militante de la sécurité routière, apporte son point de vue personnel sur la question et incite les conducteurs à la sobriété.

JPEG - 143 ko

Les Bémols prolongent la pause-déjeuner, savourant ce temps de repos, de confort et de joyeuse convivialité.

A 14 H, même si la pluie n’a pas cessé, il faut songer à quitter cette maison si accueillante pour retourner au parking de la salle des fêtes de St Sulpice. Le retour se fera sans divagation en suivant l’itinéraire balisé : Bon Pas, la Croix de Villard Marin et longue remontée

JPEG - 169.3 ko

vers les Plattières et le chef-lieu de St Sulpice. Heureusement le soleil se décide bientôt à faire une apparition,

JPEG - 167.4 ko

ouf ! nous pouvons nous délester de nos capes de pluie. Chacun(e) monte à son rythme, Maxime complète sa récolte avec de la pimprenelle (sanguisorba) et à 15 H, nous atteignons le parking où Martine nous offre encore du jus d’orange -laissé dans la glacière- avant la photo finale

JPEG - 243.4 ko
JPEG - 237.4 ko

et le retour à Chambéry.

Texte de Maurice. Photos de Nicole et Martine.

Portfolio

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0