Club Santé Seniors MGEN 73
Accueil du site > 99. Archives du site > Randonnées anciennes > Les Bémols (récits 2010-2011-2012-2013-2014-2015) > A escargoté du côté du lac St André ... 18 novembre 2010

A escargoté du côté du lac St André ... 18 novembre 2010

Le groupe Bémol entre lac St André et Bellecombe.

samedi 20 novembre 2010, par Maurice DUPONT

Certains ne manqueront pas d’ergoter : Quel est ce néologisme ? A-t-on vu titre plus saugrenu ? Peut-être baveront-ils sur les manies écrivassières du narrateur qui assume pleinement le choix du verbe escargoter, proposé en plaisantant par Jeanine L. En effet il n’y a pas à rougir d’être comme l’escargot car ce mollusque, s’il est décrié pour sa lenteur proverbiale, se déplace seulement vers l’avant. De même les Bémols n’ont pas reculé jeudi dernier devant la pluie ; tout juste ont-ils changé leur destination sans battre en retraite. Sous nos vêtements de pluie, la protubérance de nos sacs à dos avait quelque chose de la coquille d’un escargot, qui, en d’autres civilisations, peut devenir un attribut divin. Le dieu de la Lune des Aztèques, Tecciztecatl, n’était-il pas représenté avec une coquille d’escargot sur son dos, comme symbole de renaissance ? Pour le groupe Bémol, ne parlons pas de renaissance – il n’a jamais cessé de vivre – mais plutôt de renouveau. En effet 3 nouvelles recrues bravant la pluie nous ont rejoints ce jeudi 18 novembre : Colette B et Colette C (encore un prénom qui vient grossir nos rangs par paire !) et Maryse, ancienne collègue de Jeanine, de Martine et de Maurice, venue de Yenne.

Ainsi 14 marcheuses et marcheurs ont malgré la pluie matinale transporté leurs sacs et leur bonne humeur sur les chemins et les petites routes qui s’entrecroisent dans les Abymes,

JPEG - 38.9 ko

entre le Lac St André (300m) et Bellecombe (700m) hameau de Chapareillan. Dès la veille au soir, Antoinette et Annie, anticipant le mauvais temps du lendemain, n’étaient pas restées plongées dans un abîme d’irrésolution mais avaient échafaudé un plan B qu’elles soumirent aux autres : à la place d’une marche vers Corbel, une balade dans les Marches de l’ancien Duché de Savoie avec une pointe jusqu’au premier château-fort (ou ce qu’il en reste) du Dauphiné.

JPEG - 411.1 ko

Avant 9 H nous partons donc des bords du petit lac portant le nom de cette ancienne localité ensevelie il y a 762 ans par l’éboulement du Granier en novembre 1248. Le groupe aux vêtements de pluie colorés,

JPEG - 283.8 ko

dont un poncho de couleur orange flamboyant sous lequel Maurice paraît manchot alors que les mains de Mady sont revêtues de gants d’un jaune éclatant, se hisse, conduit par Annie, jusqu’à un premier belvédère d’une altitude modeste (360m) : La Croix St André.

JPEG - 247.9 ko

Puis notre promenade se déroulera sur des chemins où les flaques et la gadoue nous attendent, sur des tronçons de routes départementales serpentant de hameau en hameau – Les Combes de Truchon, les Grandes Combes etc – au milieu des treilles. Tandis que nous grappillons, cueillant les grains que les vendangeurs ont délaissés,

JPEG - 46.2 ko

l’une d’entre nous remarque au pied des ceps des plants de ciboulette (ou de pourette) . Là des blocs de calcaire bicolore marron et gris attirent le regard des scientifiques qui en ont déjà vu lors de la journée géologique à la Féclaz. Plus loin le raffut des oies qui cacardent à notre approche évoque pour les anciens latinistes les gardiennes du Capitole mettant jadis en échec une attaque nocturne des Gaulois. Revenons au présent ...au bord du minuscule lac Froment, une haie de roseaux aux tons d’automne suscite la curiosité : quelle est cette espèce de graminée aquatique ?

JPEG - 249.4 ko

Pour les non-botanistes vient à l’esprit le mot local de blache ; or un examen approfondi des feuilles et des épis montre qu’il n’en est rien, ce srait plutôt de la molinie appelée aussi paleine selon les recherches de Martine sur internet. Peu importe le nom, Simone nous dit en faire la cueillette en juillet pour obtenir un matériau apte au paillage. Vers 10 h 30, près d’un sarto avec un banc accueillant aux jambes lourdes, nous faisons la pause-banane.

JPEG - 395.8 ko

La pluie a cessé, les capes sont enlevées, quelques bonnets et chapeau péruviens fleurissent sur la tête de ces dames

JPEG - 30.3 ko

et au bout du chemin de Joyan, c’est le hameau de La Palud. Une maison accroche nos regards avec ses portes, ses volets, ses balcons de bois et même sa toiture joliment décorés de motifs animaliers.

JPEG - 305.6 ko

Peu après 11 H, le disque du soleil apparaît timidement à travers les nuages, c’est un encouragement pour le groupe qui arrive bientôt à Bellecombette avant de transpirer dans une longue montée sur un sentier couvert de feuilles mortes, où Nicole remarque une feuille de chêne porteuse d’une excroissance toute ronde :

JPEG - 335.3 ko

il s’agit de la galle de cynips quercusfolii, formée lors de la ponte d’un petit insecte, le cynips, dont la larve se développe à l’intérieur. Vers midi, nous atteignons le point culminant de notre balade : Bellecombe (700m) avec son église, son cimetière et les ruines de son château-fort du 14° siècle. A l’entrée du village un panneau vantant les qualités de « L’Escargot de Chartreuse » nous conforte dans le choix du titre … Près du clocher

JPEG - 29.6 ko

, une table rustique, des bancs et un muret : voilà de quoi nous installer pour le déjeuner. Seule Maryse, qui n’est pas encore au fait des rites de convivialité du groupe, est sans gobelet … Mais elle offrira du chocolat noir à la pointe de fleur de sel ...un délice en bouche.

JPEG - 337.4 ko

A 13 H, nous reprenons la route, traversons le hameau Les Atrus (peut-être un dérivé du mot latin atrusca désignant une sorte de vigne). Nous croisons un fourgon recouvert d’inscriptions évoquant chauffage, bien-être, confort intérieur etc, le tout résumé par un slogan en gros caractères : La Fumisterie Générale !!! Voilà une pub qui a fait long feu ...Après La Palud où nous découvrons l’autre façade de la maison

JPEG - 284.8 ko

digne de figurer dans un bestiaire, au détour du chemin,

JPEG - 235.4 ko

des poneys rangés le long de la clôture nous regardent passer, les experts en équidés, Guy et Jeanine évoquent des souvenirs d’équitation avec parfois des chutes !!! Ailleurs un lavoir décoré de fleurs, d’épis de maïs, de figurines en bois sculpté ressemble à un petit temple dédié à Déesse Nature.

JPEG - 201.5 ko

Plus loin bordant la route, un canal, où l’eau coule en abondance parfois agitée de tourbillons, nous conduit vers l’ancien moulin du hameau de St André. Ensuite c’est le chemin de la Redoute : publicité clandestine ? Anciennes fortifications ? Ou ce chemin menait-il jadis vers un lieu où l’on donnait des bals ? Au pays du bon vin qui réjouit le coeur de l’ homme, l’humour est de mise : un panneau ALCOOLO signale un parking

JPEG - 18.8 ko

pour les fans de Bacchus ...Avant 15H30, nous retrouvons la route qui redescend vers le lac St André où sont garées les voitures.

JPEG - 342.7 ko

Texte de Maurice. Photos de Jeanine et Martine.

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0