Club Santé Seniors MGEN 73

2020 / 01 / 30 - Belle Matinée, Blanc Manteau

De Plaimpalais à St-François-de-Sales

vendredi 31 janvier 2020, par Maurice DUPONT

A Bassens les Bémols sur le point de partir pour Plaimpalais sont saisis par la froidure régnant sur le parking et les 13 présent(e)s - 2 Catherine, Cécile, 2 Françoise, Geneviève, Marie-Jo, Martine, Mireille, Nicole, Bernard, Jean-Philippe, Maurice- évoquent les prévisions météo du jour : "Belles éclaircies le matin, pluie annoncée à partir de 13 heures". A 9 h 30 débarquant des voitures au col de Plaimpalais (1173 m) les 13 sont agréablement surpris par la belle couche de neige recouvrant le paysage ; les raquettes ne seront donc pas inutiles. Si le gel nocturne a couvert de givre les buissons, les rameaux , les crochets de clôture sur les piquets, l’absence de vent rend le froid tout à fait supportable.

Une fois la D 912 traversée, nous foulons la neige fraîche dans le pré longeant la route ; enfoncer ses raquettes dans la neige immaculée est un plaisir retrouvé. Et nous montons en direction du Creux du Loup.

Nous passons auprès du vieux chalet , lieu d’une pause traditionnelle lors des retours de St-François, et nous longeons la haie servant de cimetière au matériel agricole des temps passés. Des baies de cynorrhodons givrés sont plus photogéniques que d’antiques engins rouillés.

Suivant la piste des chiens de traîneaux nous entrons dans la forêt où les sapins ont revêtu leur blanc manteau et marchons tranquillement, faisant quelques haltes permettant le regroupement de tous.

Et 35 minutes après le départ, surprise ! Nous nous retrouvons au lieu-dit Les Mermets, et nous sommes sur la piste menant à La Féclaz, ainsi que nous l’indique une pancarte.

Où nous sommes-nous trompés d’itinéraire ? Difficile de répondre. Nous obliquons sur la droite et nous voici peu après sur la piste empruntée lorsque nous partons de Worden, piste que nous connaissons bien. Si ce détour montant longuement n’était pas prévu, nous apprécions la beauté du paysage forestier enneigé.

Avec les rayons du soleil pénétrant entre les troncs sur lesquels est plaquée la neige, troncs décorés parfois d’une cicatrice que la teinte rouge des forestiers rend très suggestive...

Plus loin des chatons de noisetier gelés retiennent l’attention de la photographe ainsi qu’un petit sapin chargé d’un épais manteau de neige, évoquant une personne âgée s’inclinant à notre passage.

En bord de piste, un tronc attaqué par un pic noir (?) qui a creusé des loges superposées ne passe pas inaperçu.

Plus nous montons, plus le blanc manteau recouvrant les sapins est imposant.

Et la vue du ciel bleu au-dessus de la cime des arbres compense largement nos efforts.

A 10 h 45 sur un replat de la piste exposé au soleil, nous faisons la pause-banane ; une fois requinqués nous repartons, montant encore dans un décor où la neige immaculée au sol, le vert sombre des sapins contrastant avec leur blanc manteau, le bleu du ciel sont harmonieusement associés.

Au terme de la montée c’est une longue descente qui commence et qui nous acheminera sans peine aux abords de la petite route reliant La Magne au Domaine Nordique de St-François-de-Sales. Après avoir marché un moment au bord de la route, nous arrivons à l’embranchement du chemin du Rocheray. Là une moitié du groupe, le nec plus ultra des Bémols, décide de l’emprunter tandis que les 7 autres gagneront le Foyer de fond, lieu de la pause-déjeuner, en marchant sur le bord enneigé de la route. Ceux-ci arrivent sur le coup de midi au foyer (1305 m) et commencent par déblayer les tables en terrasse pour s’y installer.

Mais bien vite, la température extérieure (3°C) va inciter plus d’un(e) à entrer dans le foyer et à investir une partie de la mezzanine, laissant le rez-de-chaussée aux scolaires. Les Bémols ayant fait le détour du Rocheray en un temps record, vont rapidement les rejoindre et finalement ce sont les 13 qui seront installés à l’intérieur pour un pique-nique au chaud, dans une ambiance joyeuse, conviviale voire festive.

Geneviève offre une entrée originale, des « criquets à la grecque », ce qui rappelle aux anciens Bémols le voyage au Mexique de 2013...

Au moment du dessert, avalanche de petits gâteaux, muffins, chocolats etc...

A 13 h 15 nous quittons le foyer de fond après une anecdote amusante : avant de partir, une Bémol remonte à la mezzanine pour rechercher ses gants fourrés qu’elle vient d’acheter et redescend, l’air dépité, avouant ne pas les avoir trouvés. "Ne serait-ce pas ceux qui sont accrochés à ton sac ?" lui demande une autre qui l’attendait. Effectivement... Nous pouvons donc partir sur un éclat de rire et sous un ciel qui a viré du bleu au gris nuageux. Pour éviter d’être mouillée en ce jour de sa fête, sur le trajet retour, Martine enfile sa grande cape de pluie et recouvre son sac à dos de sa housse imperméable. Puis le groupe s’étire d’abord le long de la route avant de tourner sur le chemin forestier menant à Plaimpalais, évitant longue montée et descente pentue.

La pluie, annoncée à partir de 13 heures, attendra que nous ayons atteint les voitures.

Arrivés à un croisement de pistes, nous voyons arriver sur notre gauche un attelage de chiens que le musher a stoppé à notre approche, nous demandant de nous écarter de la piste.

Ensuite, nous n’avons plus qu’à emprunter la piste d’où sont venus les chiens de traîneau pour arriver au vieux chalet du Creux du Loup où nous faisons la halte, comme d’habitude.

Il ne restera qu’à parcourir le dernier tronçon, avec le Margériaz bien enneigé sur notre gauche.

Et nous voici à 15 heures à Plaimpalais, ravi(e)s de cette randonnée en BM au carré, soit Belle Matinée Blanc Manteau, peut-être au cube si l’on ajoute Bonne Météo...

Photos : Martine (+ 1 photo de Marie-Jo)

Texte : Maurice

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0