Club Santé Seniors MGEN 73
Accueil du site > 05. Activités > Randonnées pédestres "Les Bémols" > Récits Bémol - année 2020 > 2020 / 01 / 09 - Mais où sont les neiges d’antan ?

2020 / 01 / 09 - Mais où sont les neiges d’antan ?

St-François-de-Sales - Croix des Bergers - refuge de la Plate

samedi 11 janvier 2020, par Maurice DUPONT

Pour cette deuxième sortie de l’année 2020, le groupe Bémol vint à St François, le groupe Adagio vint aussi à St François. Ainsi aujourd’hui randonnée mixte, associant les 2 groupes de marche au moins sur une partie de l’itinéraire. Durant le trajet automobile, le paysage observé aux abords de la route jusqu’au parking de l’espace nordique de St François (1300 m) suscite une question simple : où est la neige ? Alors revient en mémoire le souvenir d’une interrogation plus poétique, en forme de refrain d’une ballade médiévale, chantée par Brassens : "Mais où sont les neiges d’antan ?" Une fois débarqués des voitures, combien sommes-nous ? Il faut attendre pour le savoir ; une Bémol venant de l’Ain a manqué le départ à Bassens et va nous rejoindre. Or la retardataire se trompera de parking, des collègues l’attendront en vain sur le parking réservé aux amateurs de neige, pas de réseau téléphonique. Bref une mise en route laborieuse et tardive. A 9 h 45, on peut enfin compter sur la piste menant aux Creusates 5 Adagio, uniquement des dames :-Chantal, Christiane, Françoise, Marie-France, Venera.

Et 17 Bémols, soit 2 Catherine, Françoise, 2 Geneviève, Marie-Jo, 2 Martine, Maxime, Monique, Nicole pour les dames et pour les messieurs, Bernard, Jean-François, Gilbert, Maurice , Yves.

En l’absence d’un manteau neigeux suffisant, la plupart n’ont pas chaussé les raquettes, se contentant des chaussures de randonnée, parfois avec des crampons. On peut ainsi voir des crampons des villes côtoyer des raquettes de montagne.

Dans la Tourbière des Creusates, la neige a disparu des endroits exposés au soleil, ailleurs la couche de neige est si mince que les touffes d’herbe dépassent çà et là.

Catherine qui est alors en tête oblique directement sur la gauche en direction de la Croix des Bergers.

Et les autres suivent, évitant des zones où la neige fondue a formé comme de petits étangs. Au pied de la butte, Bernard a pris le relais, il grimpe dans l’herbe et parvient le premier au sommet (1370 m) totalement déneigé où la Croix se dresse dans le ciel bleu.

Après les photos-souvenirs des Bémols (arrivés avant les Adagio) place à la pause-banane, pendant laquelle nous pouvons observer les sommets des Bauges environnants, Arcalod, Trélod, Dent des Portes et au loin le Mont-Blanc et évaluer l’altitude permettant un bel enneigement.

Une fois les Adagio arrivés à la Croix, une photo de la mixité s’impose avant que chaque groupe retrouve son autonomie.

Les Bémols redescendent d’abord vers le lieu-dit Sous La Croix puis vers la Cascade (1320 m), chemin faisant les uns cueillent des baies de cynorrhodons,

d’autres se contentent d’admirer le paysage des Creusates avec sa ceinture de montagnes baujues.

La végétation hivernale est, elle aussi, digne de cliché.

Ensuite nous nous dirigeons vers Fontaine Froide, passant d’abord auprès de la Grange de la Plume où Bernard s’amuse à carillonner.

Plus bas c’est la solidité de la glace d’un bassin qui est testée, l’appellation de Fontaine Froide n’est pas usurpée.

Tout au bas de la pente, le ruisseau que l’on voit couler habituellement sous la glace, a un aspect original avec de la végétation formant comme des huttes de Lilliputiens..

Les herbes gelées ne manquent pas de charme, leur beauté naturelle méritent bien une, voire plusieurs photos.

La remontée dans la forêt vers le GR du tour des Bauges se fait sur un sol sans neige. Sans chercher les neiges d’antan, où sont celles des ans passés ? Le versant opposé à Fontaine Froide est tellement ensoleillé que Catherine voudrait qu’on y fasse la pause-déjeuner. Mais ne doit-on pas retrouver les Adagio au refuge de la Plate, vers lequel nous nous dirigeons ?

Peu avant midi nous arrivons au refuge alors que des Vététistes y sont déjà installés avec leurs vélos auprès des tables de la terrasse... Faire du VTT en janvier, faut-il que la couche de neige soit minime ou absente ! "Mais où sont les neiges d’antan ?" C’est d’ailleurs en ce lieu de la pause-déjeuner agrémentée d’un bon vin chaud du gardien du refuge que ce titre fut trouvé. Pique-nique en terrasse et au soleil. Au moment des desserts arrive le groupe Adagio qu’on aurait cru qu’il nous précéderait. De nouveau la mixité est pour un moment à l’ordre du jour tout comme la convivialité autour des tables en bois de la terrasse.

Nous partons du refuge alors que les Adagio sont encore attablés. Retour par Pierre blanche et la piste mixte pour le fond et les raquettes. Aujourd’hui pas de fondeurs, la piste est recouverte non pas d’un manteau neigeux mais terreux et herbeux. Arrivés près de la doline nous la traversons, en constatant que seul le versant moins bien exposé conserve une mince couche de neige.

De l’autre côté de la dépression circulaire nous faisons la dernière halte de la journée, en nous prélassant au soleil le long de la façade d’un chalet décoré d’un écusson de la Savoie avec un edelweiss surplombant une tête de vache aux belles cornes, à la robe fleurie de 3 edelweiss, avec son collier de cuir et une clarine.

Une pancarte sur le mur indique Place des Alpages. Après un bon moment de repos et bronzette, nous repartons. Après avoir traversé la tourbière, nous reprenons pistes à raquettes et piste de fond pour atteindre le foyer communal de fond. Avant d’y arriver, surprise ! Nous voyons devant nous les Adagio, qui, évidemment, n’ont pas suivi le même itinéraire.

A 14 h 30 les 22 randonneur(se)s sont de retour auprès des voitures, projetant de refaire une randonnée mixte sans raquettes jeudi prochain, si la neige ne se décide pas à tomber.

Photos : Martine

Texte : Maurice

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0