Club Santé Seniors MGEN 73
Accueil du site > 05. Activités > Randonnées pédestres "Les Bémols" > Récits groupe Bémol - 2019 > 2019 / 12 / 19 - On a randonné et devisé joyeusement au soleil

2019 / 12 / 19 - On a randonné et devisé joyeusement au soleil

Sur le plateau-sud à la Féclaz

vendredi 20 décembre 2019, par Maurice DUPONT

Pour ce qui sera la dernière randonnée de l’année 2019, 14 Bémols se retrouvent ce jeudi matin à Bassens : 2 Catherine, 3 Françoise, Geneviève, Jeannine, Marie, Marie-Jo, Martine, Mireille, Monique, Bernard, Maurice. Prêt(e)s à aller faire des raquettes sur le plateau de la Féclaz mais se demandant si ces accessoires seront nécessaires... Ayant garé les voitures près du magasin Worden, les 14 n’ont pas à tergiverser, les raquettes seront utiles. Après avoir traversé la route menant à la station, nous chaussons donc les raquettes et sous un grand ciel bleu nous montons vers les maisons du Golet. A notre gauche, le Margériaz est encore dans l’ombre et le soleil d’hiver comme une boule lumineuse projette les ombres des arbres sur le sol enneigé.

Un peu plus loin, au lieu-dit Molard-Vivès (1257 m), le groupe semble savourer le plaisir d’évoluer par une température relativement douce, dans un décor avec des bouleaux s’élançant dans l’azur.

Une petite pause non pas pour reprendre souffle mais pour mieux apprécier et échanger, voire retrouver une âme d’enfant en se faisant les acteurs momentanés d’un théâtre d’ombres avec nos propres silhouettes allongées démesurément sur la neige.

La photographe, mettant à profit la luminosité hivernale, les contrastes entre l’ombre et la lumière, capte la beauté du site où montagne et arbres se rencontrent.

Nous avançons sur le plateau sud et bientôt nous réalisons que les bâtisses nommées Clairjoie et l’Aiglon, laissées à l’abandon depuis des lustres ne sont plus que tas de gravats masqués par la neige et qu’en leur lieu et place on est en train de construire d’autres bâtiments à ossature bois.

Obliquant sur la gauche, nous atteignons le lieu-dit Sur le Veignoble (1285 m). Cette appellation nous rappelle la chanson de Jean Ferrat, plus précisément cet extrait : «  Le vin ne sera plus tiré / C’était une horrible piquette. ». Nous descendons ensuite, en bordure d’une piste de fond qui n’est pas encore ouverte, vers la route reliant Pleurachat à la station. Dans le ciel la présence du dernier quartier de la lune est à l’origine d’échanges sur les lunes décroissantes, croissantes et leur influence sur la vie animale, le tout étayé d’anecdotes rustiques et savoureuses. Nous avançons entourés d’arbres dénudés se hissant vers le ciel.

Vers le nord est, le massif de la Tournette se détache à l’horizon, mais nous lui tournons d’abord le dos dans notre traversée du plateau.

Et en attendant l’arrière-garde du groupe, nous la voyons au loin avec sa couronne de neige dominée par des cirrus.

Une fois les 14 regroupés, nous faisons la pause-banane qui aujourd’hui devient pause-papillotes ; papillotes offertes en cette fin d’année par la Convivialité aux différents "ateliers".

Tout en dégustant ces friandises, nous abordons quelques aspects de la vie du club.

Après la pause, nous traversons un petit bois où de vieux arbres sont décorés de beaux lichens.

A la sortie du bois nous nous dirigeons vers Glaise (1305 m), laissant à notre droite les chalets aux toitures de couleur bleue, verte ou de tôles rouillées.

Au bord de la piste, ici des vestiges de fleurs d’Apiacées émergeant de la couche de neige, et là des cynorrhodons jetant dans ce décor blanc une touche de couleur rouge.

Après Glaise, nous remontons vers le "chalet de Mémé Gustine", vieux chalet bien connu des Bémols avec son aphérèse affichée en façade et son linge séchant au balcon. Plus tard ce sont des chalets d’un tout autre style, multicolores que nous apercevons, ceux du Village nordique.

Ensuite nous descendons le long de la piste de ski alpin en bordure de laquelle deux bonhommes de neige mal en point semblent attendre d’être "arrangés", habillés, maquillés, bref d’avoir meilleure apparence avant d’être photographiés. Ce sera chose faite après l’intervention de Martine.

Puis nous arrivons auprès du chalet de l’Aurore et nous remontons vers la Chapelle Notre Dame des neiges dont la façade ouest avec ses bancs et sa galerie est inondée de soleil.

Comme il est bientôt midi, nous décidons d’y faire la pause-déjeuner plutôt que d’aller nous enfermer dans une salle hors-sac.

Nous déjeunons dans la joie, la bonne humeur et avec un esprit convivial renforcé en cette période de fête.

Celles et ceux qui se sont installé(e)s sur la galerie sont passé(e)s devant une statue de "St Bernard des Alpes".

Renseignements pris sur Internet, cette appellation récente "Bernard des Alpes" a été donnée à un personnage du 11ème siècle, un certain Bernard de Menthon ou du Mont-Joux ou même d’Aoste, le saint patron des montagnards, des voyageurs dans les Alpes et des troupes alpines, représenté avec à ses pieds un dragon en furie symbolisant le diable auteur d’avalanches et autres calamités montagnardes !!!

A 13 heures, nous prenons le chemin du retour alors que le Margériaz est maintenant ensoleillé.

Nous passons auprès du Centre équestre où chevaux et poneys broutent l’herbe que le peu de neige recouvre à peine. Ensuite il ne nous reste qu’à marcher pratiquement tout droit vers Worden, sous les rayons d’un beau soleil de début d’après-midi. A 13 h 45 nous sommes arrivés auprès des voitures, au terme d’une très agréable randonnée. Avant de nous séparer, nous nous souhaitons mutuellement « Bonnes fêtes » et regagnons la vallée.

Photos : Martine

Texte : Maurice

PS : Les Bémols souhaitent à celles et ceux qui randonnent et/ou qui les suivent sur le site du Club Santé Seniors de "bonnes fêtes de fin d’année".

Portfolio

le chalet de Mémé Gustine photographié l'an dernier...
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0