Club Santé Seniors MGEN 73
Accueil du site > 05. Activités > Randonnées Pédestres "Groupe 1" > Récits groupe 1 - 2019 > Lac des Saisies et Croix de Coste, le 17-10-2019

Lac des Saisies et Croix de Coste, le 17-10-2019

samedi 19 octobre 2019, par Christian DORDOLO

Date : 17-10-2019

Effectif : 9 (Christian, Yves, Michel P., Claude, Danièle, Maryvonne, Jean-Michel, Jean-Louis, Daniel B.)

Météo : beau soleil pendant toute la montée à l’ombre des arbres, puis soleil de plus en plus voilé.

Altitude départ : 835 m.

Altitude maxi : 1815m.

Dénivelé brut : 980 m.

Dénivelé cumulé : Un peu plus de 1000 m.

Distance parcourue : 11 km environ.

Délais TAC : 7 h 10.

Notre itinéraire.

Une randonnée forestière, pour ce jeudi de mi-octobre.

Nous sommes des dieux !

Ainsi l’indique le panneau au départ !

Contrairement à la semaine dernière, le chemin est large, on peut marcher de front...

Et donc, discuter !

Mais comme la semaine dernière, la pente est soutenue !

Tout se passe en sous bois de sapins.

On devine le soleil qui frise le sommet des arbres,

Mais jamais ne nous caresse le visage.

Nous, on est à l’ombre, bien à l’ombre !

La pause banane s’effectue donc à l’abri de l’astre du jour qui laisse cependant passer quelques rayons pour réchauffer le groupe.

La pause.

Après, on a le choix entre 2 chemins :

Nous prenons celui de gauche, le retour s’effectuera par celui de droite, de l’autre coté de la crête.

Marche à l’ombre, donc, mais, ce n’était pas prévu, marche dans la boue :

Tout à coup le chemin devient boueux : une jolie boue noire dans laquelle on s’enfonce,

une boue fine légère collante qui enveloppe les chaussures, une boue gorgée d’eau, d’une trentaine de centimètre d’épaisseur, dans laquelle nos pieds disparaissent.

Un petit écoulement d’eau creuse un peut ce tapis fangeux .

Il est donc plus facile de marcher dans l’eau que dans les 30cm de glue noirâtre.

Et çà continue........on n’en voit plus la fin !

La boue dont on ne sort....

Heureusement un concert des tronçonneuses nous encourage, et au bout d’une dizaine de minutes on parvient à sortir de cette gadoue quand apparait un sentier qui part sur la droite et nous conduit au bord du lac des Saisies.

Ce n’est pas un beau lac bleu, mais une tourbière !

"La plus grande tourbière acide de l’arc alpin", dit le panneau, qui évoque la Scandinavie !

Nous passons ensuite près du refuge( bien utile en hiver), avant de grimper jusqu’au sommet de la croix de Coste

. Sur cette partie de la montée, la vue est plus dégagée, et nous laisse admirer le Mirantin enneigé.

la Légète,le nid d’aigle,le Mirantin.

Vue sur les Bauges

Maintenant nous sommes au soleil et l’air est doux.

Nous arrivons au sommet à 11h50 et nous retrouvons face au massif du Mont-Blanc et au relais du Bissane.

Bissane et le Mont-Blanc.

Aiguille des Glaciers (2ième sommet de Savoie).

Après avoir tourné en rond dans les myrtilliers, nous nous posons pour déjeuner.

Repas agréable, ambiance reposante...... Tout à coup Michel dit "Mais où est Jean-Louis ?"

"C’est vrai, il est où ?"

Personne ne s’était aperçu qu’il manquait à l’appel.

Jusqu’au lac, il était monté devant et personne ne pensait qu’il était derrière.

Finalement il arrive pour le dessert, les jambes un peu dures...

Il y a de plus en plus de chocolats pour terminer le repas : 70%, 85%,90%.....Colombiens Vénézuéliens,....Commerce équitable......Indigestion....

Après ce bon moment, nous reprenons la route dans le sens descendant, rejoignant le refuge où Danièle peut câliner une jument.

On s’attend à la descente.

Le moment calin.

On a droit alors, à une séance débardage.

Les conducteurs des engins de débardage sont étonnants. Ils manipulent leur joujou comme un trottinette. En quelques secondes on voit 2 troncs de 30m traverser la clairière dans un nuage de gazole.

Débardage.

On s’en va respirer l’air ailleurs.

Nous avions envie de redescendre droit sur les villages, le conducteur nous en dissuade :les travaux de coupe on saccagé la forêt plus bas et il est difficile de passer.

Nous prenons donc le chemin de crête beaucoup plus sec et mieux exposé que le chemin de boue pris à la montée.

La nature est joyeuse, et Danièle qui trouve que la forêt lui parle, a trouvé un petit bonhomme avec qui discuter.

(Photos Danièle).

Ici beaucoup de couleurs d’automne et de larges clairières....

Variations de tons sur Fougères.

Nous ne voyons pas de possibilités de descendre par un autre chemin ,nous repassons donc, comme à le montée par les Orseraies, joli et solide chalet, avant de regagner nos voitures.

Aujourd’hui pas d’anniversaire à fêter, on rentre donc plus tôt à la maison.

On n’a rien vu et rien partagé

Nous sommes en France.

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0