Club Santé Seniors MGEN 73
Accueil du site > 05. Activités > Randonnées Pédestres "Groupe 1" > Récits groupe 1 - 2019 > La Montée au Liael à partir d’Extravache.

La Montée au Liael à partir d’Extravache.

dimanche 18 août 2019, par Christian DORDOLO

Alain nous fournit les données techniques de la randonnée :

Départ : 1675m.

Point le plus haut : 2638m.

Dénivelé brut : 963m.

Dénivelé cumulé : 1050m.

Temps : 6h30.

Distance : environ 13km.

Notre itinéraire (doc. Alain).

C’est donc le 15 août, le jour de la montée au ciel...

Il n’y a pas à hésiter :

C’est en Maurienne,

Qu’il faut aller !

Et quoi qu’il advienne,

Partir du prieuré !

C’est du prieuré de St- Pierre-d’Extravache dont je veux parler.

Cette chapelle., datant du XI ième siècle, est considérée comme la plus ancienne église de la Savoie.

Magnifiquement placée face à la Dent Parrachée, elle domine fièrement la vallée.

Nous étions 5 sur le parking de Darty.

Nous partons à 7h 10 de Chambéry, et arrivons à 8h30 au parking (soit 1h20 de route pour 120 km).

Nous avons mis moins de temps que pour de nombreuses sorties considérées comme plus proches.

Nous retrouvons Gérard et Solange qui arrivent juste devant nous au lieu de rendez-vous. Nous sommes donc 7 à faire cette randonnée :Alain, Bernadette, Christine, Christian, Solange, Gérard, Daniel B.

Avant de commencer notre marche, nous allons voir de près le prieuré, ce qui fait que notre sortie commence par une longue pause.

Prieuré d’Extravache,côté montagne. (Photo Alain).

Le bâtiment, rénové, est d’un côté en parfait état, de l’autre, en partie effondré, mais intelligemment consolidé.

Une fresque a été restaurée. Bel endroit pour faire la photo de groupe !

Le prieuré côté vallée.

Photo du groupe.

Nous nous engageons à 9 heure sur le chemin qui grimpe le long du bois.

Extravache et la Dent Parrachée.(photo Alain)

Pour nous occuper, nous avons des panneaux qui proposent un petit jeu de questionnement sur la nature.

Les questions amènent des réponses assez évidentes.

Mais que penser de celui qui répond "le chêne", à la question " je suis un arbre résineux de la forêt...je perd mes aiguilles à l’automne..mon bois résistant est utilisé pour les charpentes...qui suis-je ?" ?

C’est donc sur un doux chemin couvert d’épines de mélèzes que l’on monte à l’aise sous leurs feuillages légers.

A la sortie du bois nous débouchons dans l’alpage face au magnifique refuge curieusement nommé : " Lo Tsamou" .

Le Refuge.

Gérard a un tempérament joueur.

Je vous laisse lire sur le panneau, l’origine de ce nom :

"Le refuge est ouvert depuis 4 ans et ne figure que sur les cartes IGN récentes", me dit le très sympathique gardien.

(Photos Alain)

Juste au dessus du refuge il y a une ferme accueillante....Et il y a de belles fleurs qui n’échappent pas à l’oeil averti d’Alain.

La ferme.

Coucou !

Voilà un bel endroit pour faire une halte au retour !

Pour l’instant, il faut monter... !

Derrière nous, on voit encore l’impressionnante falaise blanche de la Moutta qui nous explose au regard lorsque l’on rentre dans le vallon d’Ambin.

C’est une immense muraille de schistes lustrés constituée de gypse blanc friable et soluble.

Le Roc Noir (qui a donné son nom à la caserne du 13ième BCA) s’élève à l’horizon derrière la pointe de Bellecombe.

Nous grimpons sur l’épaule de la pointe du Clot.

Daniel est parti devant et nous contraint à une marche forcée. Du coup les temps indiqués sur les panneaux sont bien supérieurs aux temps que nous mettons.

La pente s’adoucit, la vue se dégage sur le lac du Mont-Cenis et les sommets alentours.

Lac du Mont-Cenis.

Le chemin, élégant, coupe la pente presque à l’horizontale jusqu’à un grand cairn où nous découvrons le lac en contrebas :

C’est une émeraude placée sur un coussin de verdure !

Au fond :pointe du Petit Vallon et Rognosa d’Etache.

Lac Liael et alentours.

Il nous reste 80m à descendre pour rejoindre la plage.

Ce lac est étonnamment bien placé et ne semble que très peu changer de niveau entre l’été et l’hiver.

C’est le calme absolu. Aucune trace de civilisation !

(Photo Alain.)

On entend cependant bêler dans le lointain, du coté du col de Bramanette.

Le lieu pour le repas est idyllique :Les rochers ont juste la forme qu’il faut pour s’asseoir confortablement.

Avant de s’asseoir, Daniel qui s’était déjà détendu en attendant qu’on arrive, va faire une petite trempette apéritive (à midi pile !).

Le petit baigneur.

J’avait dit que nous descendrions "sur où dans" le lac. Daniel m’a bien compris : petite brasse allée, ...petite brasse retour, et voilà notre homme hors de l’eau. L’eau est quand même très fraîche ! Bravo !

Question :"est-ce Daniel qui pollue l’eau des moutons ou les moutons qui polluent l’eau du bain de Daniel ?"

Le chien, gardien du troupeau, est venu nous voir, et n’a rien dit.

Le repas s’achève avec l’arrivée d’un groupe familial qui active l’imagination de Christine(!).

Le repas terminé ("pas de soucis, Maryvonne, Daniel a apporté du café"),nous faisons le tour du lac.

De minuscules gentianes se cachent dans l’herbe grasse des pâturages.

Nous regagnons le belvédère qui domine la "Fesse du haut" et "la Fesse du bas".

La descente est sans problème, sauf que tout à coup nous avons l’impression d’être en Bretagne au bord de l’océan. Un vent violent s’est subitement levé nous fouettant le visage, nous obligeant à retenir nos couvre-chef et à mettre un vêtement coupe vent.

"Force 6" s’écrie Solange !

Bon,....c’est le traditionnel coup de vent qui maintient le beau temps en Maurienne quand il fait mauvais ailleurs. Les glaciers de la Vanoise sont d’ailleurs dans les nuages maintenant !

Le vent cesse au retour dans la forêt de mélèzes.

On snobe les myrtilles rencontrée au passage, et nous retrouvons la ferme de Montbas.

Comme je suis pressé nous ne resterons que 45 min à goûter les fromages gentiment proposés à la dégustation, et à discuter avec le propriétaire dont nous connaissons maintenant une grande partie de sa vie..... Ici les gens sont super agréables et ont une grande envie de causer.

(Photo Alain)

Le troupeau du fermier est en fait loué, et son taureau n’est pas commode !

Notre homme est en train de reconstruire deux chalets ruinés. Bientôt, ici, il y aura un petit village !

Deux d’entre nous passent une commande de fromages pendant que nous dégustons les boissons proposées, sous le regard neutre de trois lapins en cages disposées à deux pas de nous : Olive, Néroux et Cacahuète.

A 15 heures nous repartons,

Devant le refuge on débite des dessous de plats.

Et sommes à 15h40 de retour aux voitures où nous faisons la pause thé avant de reprendre la route.

La traversée de Bramans est difficile car c’est la fête au village : défilés, jeux, stands, baptême d’hélicoptère,....se terminent le soir par un feu d’artifice et un bal.

A 17h 30 nous sommes de retour à Chambéry sur un parking vide qui nous rappelle qu’aujourd’hui c’est le 15 août.

Nous étions hors du temps....

Bonus :

La terre,la chapelle,la montagne,le ciel...

Les fleurs...

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0