Club Santé Seniors MGEN 73

2019 / 07 / 25 - A la Pinéa on grimpa

Col de Porte - La Pinéa - Oratoire d’Orgeval

vendredi 26 juillet 2019, par Maurice DUPONT

En ce dernier jeudi de juillet où la canicule revient en force, peu de volontaires pour la destination du jour, 8 Bémols –Bernadette, Catherine, Chantal, Élisabeth, 2 Françoise, Maxime, Maurice qui partent pour le col de Porte, en fait un peu plus haut, au lieu dit La Prairie (1330 m) où se dressent 2 figures jumelles en bois, sculptées dans une vieille souche, point de départ de l’ascension de la Pinéa, destination choisie pour éviter la caravane du tour de France.

Auprès de ces moaïs cartusiennes, nous garons les voitures mais avant de commencer à marcher, Chantal qui connaît le parcours propose d’aller garer une seconde voiture près de l’Oratoire d’Orgeval afin d’éviter au retour 3 bons kilomètres sur le goudron pour revenir au lieu de départ. Ainsi ce sera la voiture de Maxime qui nous attendra à l’oratoire.

A 9 h 15 débute la randonnée d’abord sur une piste forestière puis le GR de pays du tour de Chartreuse, avec ses balises jaunes et rouges et nous apprécions l’ombre des grands arbres qui nous entourent. Même si certains encore debout ont l’air d’être en fin de vie alors que plusieurs autres ont été abattus par les tempêtes.

Après le lieu-dit Les Frettes (1530 m), nous pouvons apercevoir entre les branches de sapin l’objectif de la randonnée, l’éperon rocheux de la Pinéa se détachant dans le ciel.

Un peu plus tard nous voici à Plénom (1615 m), où notre sentier rejoint celui des crêtes. Sur des troncs d’arbres disposés pour le repos des randonneurs nous faisons la pause-banane.

Après quoi nous repartons sur notre gauche à l’assaut de la Pinéa avec encore un passage ombragé dans la forêt où des lys martagon étalent leur beauté au bord du sentier. Au sortir de la forêt nous abordons la pelouse rocailleuse exposée au soleil. Çà et là des œillets blancs s’offrent au regard.

La pente devient de plus en plus raide avant que nous abordions les rochers où chacune cherche le meilleur passage pour atteindre le sommet (1771 m).

Cela sera fait à 11 h 30 et le photographe du jour prend un cliché des dames qui sont venues à bout, avec élégance, de la "Pomme de pin", tel est le sens du mot latin "pinea."

Il est vrai qu’au lieu-dit Sous la Pinéa (1680 m), 2 randonneuses ont renoncé à atteindre le sommet ; après un arrêt au bord du sentier, elles sont redescendues jusqu’à Plénom et y ont attendu les autres.

Pour les 6 Bémols parvenus là-haut, vue plongeante sur l’agglomération grenobloise entre le Mont Rachais et le Néron,

vue sur les montagnes de Chartreuse qui nous entourent : la Grande Sure, le Charmant Som, Chamechaude.

Une brume de chaleur floute l’horizon. La descente du sommet de la Pinéa met à contribution les différentes parties du corps mais s’effectue sans difficultés.

Et à 12 h 15, tout le groupe est réuni à Plénom pour une pause-déjeuner plaisante et conviviale.

A 13 h 15 nous prenons le chemin du retour en suivant l’itinéraire le long de la crête entre la Pinéa et le Charmant Som, avec montées et descentes, passages en plein soleil et d’autres ombragés. La chaleur de l’après-midi se fait sentir et le chemin paraît long. Quelques curiosités attirent le regard, une roue de télésiège hors d’usage apporte une sensation de fraîcheur,

les épilobes en bordure du chemin une touche de beauté naturelle.

Si nous apercevons au loin face à nous le Charmant Som et ses alpages avec les chalets où aboutit la petite route, nous nous demandons où se trouve l’oratoire d’Orgeval. Nous voyons enfin l’oratoire avec son parking où la voiture de Maxime annonce la fin prochaine de la marche sous le soleil. Il ne reste plus qu’à descendre pour rejoindre le lieu où cesseront nos efforts. A 15 h 15 c’est chose faite et curieusement dans la niche de cet oratoire, qui marque la limite sud du Désert de Chartreuse, nous voyons St Pierre avec ses clés derrière de solides barreaux...

Après une rotation en voiture vers la Prairie, point de départ de la randonnée, les 4 premier(e)s arrivé(e)s attendent les autres en se rafraîchissant d’eau juste décongelée et en photographiant des papillons- de l’espèce Tabac d’Espagne- voletant au-dessus des buissons fleuris.

Une fois les 8 regroupés, avant de regagner la Savoie, tous se félicitent de cette nouvelle randonnée qui vient s’ajouter à la collection des Bémols, randonnée à faire peut-être en septembre.

Maurice (+ une photo de Chantal)

Portfolio

La Pinea vue depuis la forêt
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0