Club Santé Seniors MGEN 73

2019 / 07 / 11 - 2 edelweiss pour 9 Bémols !

La Dent des Portes depuis le parking des Cornes

vendredi 12 juillet 2019, par Maurice DUPONT

Neuf Bémols partis de Bassens, quatre de Grésy-sur-Aix et une venant directement de Pleurachat se retrouvent à Doucy-en-Bauges au bout d’une portion de voie communale étroite mais superbement asphaltée, terminus le parking des Cornes (1204 m) et voilà donc réuni au pied de la Dent des Portes le groupe Bémol du jour avec ses 12 dames -Catherine, Dominique, 3 Françoise, Geneviève, Marie-Jo, Marie-Madeleine, Maxime, Michèle, Mireille, Nadine-(elles auraient été 13 si Martine avait pu venir) et 2 messieurs -Jean-Philippe, Maurice-

A 9 h15, sous un ciel voilé qui semble sonner la fin de la canicule, débute la randonnée et c’est une longue montée dans la forêt qui s’engage avec Geneviève prenant la tête du groupe d’un pas alerte. La pente soutenue, parfois raide, paraît interminable, malgré quelques arrêts pour permettre à l’arrière-garde de recoller au reste du groupe. Bien peu de portions en faux plat dans cette montée, ce qui tend à disloquer l’ensemble, chacun(e) marchant au rythme qui lui convient.

A la sortie de la forêt apparaît sur le talus le premier lys martagon de la journée. A 10h45, au lieu traditionnel de la pause-banane, Sous la Dent des Portes (1675 m), halte et repos... Avoir fait un dénivelé de 470 m en 1 heure et demie, voilà une belle performance pour les Bémols !

Celles et ceux qui ne se sont pas restauré(e)s à l’arrêt précédent, en forêt, le font maintenant.

Après quoi nous repartons sur le chemin caillouteux qui mène au pied de la Dent. Sur le talus d’autres fleurs attirent le regard,

telle cette joubarbe identifiée et photographiée par Marie-Jo en l’absence de la spécialiste... Arrivé(e)s sous la masse imposante de cet énorme chicot minéral, nous décidons non pas de monter droit dans la pente mais de monter tranquillement en diagonale jusqu’à la crête en suivant momentanément l’itinéraire du Trélod, bordé d’adénostyles.

Sur la crête, après avoir observé le panorama des montagnes baujues, avec en arrière-plan les Aravis et le massif du Mont Blanc, nous revenons plein nord vers la Dent, marchant dans l’herbe fleurie en bordure de la crête où souffle un vent frais.

A l’écart du sentier, un superbe lys Martagon avec le Mont Julioz en arrière-plan mérite un détour.

A proximité de la Dent, 9 Bémols décident de monter au sommet, après avoir laissé les sacs à dos à la garde des 5 qui vont les attendre et se posent un peu plus bas sur la gencive. L’ascension s’effectue sans trop de peine mais ne comble pas totalement l’attente des 9 qui empruntent l’étroit sentier serpentant entre les rochers et sont en quête d’edelweiss. Au pluriel évidemment, un pluriel moins restrictif que ce qui nous a été donné de trouver malgré un examen attentif de la paroi rocheuse... Seulement deux de ces "nobles" fleurs, dont l’une trop éloignée et hélas inaccessible ! Et les clichés réalisés ne mettent guère en valeur l’edelweiss photographié.

Au sommet de la Dent (1932 m), les 9 posent pour la postérité.

Après avoir contemplé le panorama s’étalant du Roc des Bœufs à l’extrémité du lac d’Annecy, ils redescendent.

A 12h30, réunis sous la Dent et la masse rocheuse évoquant la "gueule" de Feu Johnny,

les 14 pique-niquent dans une ambiance conviviale au milieu des bleuets vivaces.

A 13h30 nous levons le camp et dévalons la pente sur un sentier aux nombreux zigzags. Se dressent çà et là des orchis vanille

Et bientôt nous rejoignons le chemin caillouteux que nous suivons jusqu’à l’embranchement du Chalet du Golet. Là une campanule en thyrse, inaperçue à la montée, est repérée par Françoise et Marie-Jo.

Et nous voici désormais sur le sentier descendant à travers les herbages jusqu’au(x) chalet(s) du Golet. Le long du trajet, de nombreuses gentianes jaunes en fleurs ou sur le point de fleurir : il n’y a que l’embarras du choix pour les photographier.

Après le chalet du Golet (1380 m), nous rejoignons le G R du tour des Bauges et au bout d’une demi-heure de marche dans la forêt, à 15h45, nous voici de retour au parking des Cornes, au terme de cette randonnée estivale. Nous donnant rendez-vous pour la prochaine sortie en Beaufortain, nous regagnons nos pénates.

Maurice avec les photos de fleurs de Marie-Jo.

Portfolio

Gentiane jaune avant le chalet du Golet Lys Martagon près de la crête
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0