Club Santé Seniors MGEN 73
Accueil du site > 05. Activités > Randonnées Pédestres "Groupe 1" > Récits groupe 1 - 2019 > Le tour de l’Aiguille de Serraval par le col des Vorets, le 27 juin (...)

Le tour de l’Aiguille de Serraval par le col des Vorets, le 27 juin 2019.

dimanche 30 juin 2019, par Christian DORDOLO

Michel nous donne les infos techniques de la balade :

901 m de dénivelée, 12,85 km,

Départ à 8h58 et arrivée à 16h30.(16h50 pour les auto-stoppeurs).

Donc 7h30 de marche environ.

Doc Michel.

Météo : Très beau, très chaud avec 37 degrés à 13h..

Six courageux randonneurs partent à la fraîche (façon de dire) "à près D’zeurs de Chambéry".

Au parking de la Molloire, atteint par une piste à moitié goudronnée, nous pouvons avoir une idée de notre balade.

Bien que le début se passe en sous-bois, nous sentons déjà la chaleur venir.

Nous passons devant un joli chalet avant de couper un couloir traversé par un courant d’air frais, véritable réfrigérateur !

Le couloir réfrigéré.

On est bien ici semblent dire les dames !

Un peu plus haut, c’est la ruée dans l’eau.

L’heure de la pause arrive, alors que les derniers arbres ont laissé la place à de petits buissons qui ont du mal à nous protéger du soleil.

Pause.

Je pars un peu devant pour laisser un peu de place à l’ombre aux derniers arrivés. Au moment de rejoindre les deux jeunes dames et le petit chien qui nous avaient doublés, je m’aperçois que j’ai du mal à appuyer sur mes bâtons....et pour cause, je n’en ai pas ! Je les ai laissés au coin resto (Après 9 années de marches avec le club, j’ai toujours du mal à m’habituer).

Je redescend donc, pensant croiser mes compagnons. Pensez donc ! ils mangent et discutent encore.....43m de dénivelé à rajouter ! Personne ne s’était aperçu que j’avais oublié mes bâtons.

La marche continue et il fait maintenant encore plus chaud. Il est11h passé et il n’y a plus d’arbres.

Nous avons parfois l’impression de ramper en léchant l’eau des petites sources qui traversent le chemin.

Les rochers de Charvin, base sud de la tournette, s’élèvent sur notre droite et les chalets de Praz D’zeures (les prés à deux heures nous a dit Yves, qui a tout bon :Il y a des prés et on a mis deux heures, hors la pause, pour venir) apparaissent au dessus de nous.

Mais non, il ne fait pas chaud !

Seul le dernier chalet est accueillant, mais il faut encore aller jusqu’au col que l’on devine après les rochers !

Chalet et monte-charges.

Intérieur.

Nous pensions que le chemin était direct, mais nous ne pouvons pas couper le pierrier sur toute sa longueur et il faut redescendre,... avant de remonter.

La vue est belle, il y a plein de fleurs, mais certains ne voient que le bout de leur pieds. On est en pleine face sud et le soleil chauffe à blanc les cailloux qui l’étaient déjà !

Les fleurs :..(photos Christian,légendes :Yves).

1-une orobanche ?, 2et3- des anémones à fleurs de narcisse,4- le lis de Saint-Bruno, 5-la céphalanthère rouge,6- une ancolie,7- la grande astrance, 8-rosa canina,9- la benoîte des ruisseaux (belle photo !) , 10 ?.

1-la benoîte des ruisseaux,2- la gentiane acaule, 3-primevère farineuse, 4-des globulaires, 5-une céphalanthère rouge, 6-des trolles, 7-la gentiane printanière, 8-du myosotis,9- du muguet.

1-le rhododendron ferrugineux,2- la linaire des Alpes,3- queue de cheval (famille des équidés),4- le pigamon, 5-hallux rubra Maryvonnae.

Il est presque 13h quand le col est atteint. Enfin l’heure du repas ! Un peu d’air frais nous vient du nord mais pas d’ombre !

Avec Maryvonne, on décide cependant d’aller chercher un peu plus loin une absence de soleil,.... mais le reste du groupe ne semble pas motivé.

On fera donc repas séparés car on trouve bien un beau sapin sur un site en gradins avec places assises face aux Aravis, avec ventilation venant de la vallée.

Chacun dans son coin.

L’arbre des Vorets,le seul,l’unique !

La pause finie, nous nous regroupons pour le service café près d’une plaque de neige et continuons ensuite notre chemin vers un chalet qui n’existe pas....sur les cartes.

C’est un chalet d’alpage qui doit remplacer les chalets des Vorets qu’on verra bien mal en point.

Il y a ici de magnifiques rochers griffés. Les ours de Chartreuse peuvent prendre des cours dans les Bornes pour griffer les rochers !

Nous ne passerons pas au refuge du Rosairy, puisqu’il faut revenir vers le col des Trois Vargnes.

Il aurait été intéressant de dire que c’était un col, et pas simplement un chalet ! Ainsi Michel ne serait pas parti en reconnaissance avec IphiGénie et nos neurones en fusion ne l’auraient pas laisser filer en nous disant de prendre ce beau chemin ,qui descend...........vers Thônes....Ah bon, ?!

Photo Michel.

Direction les Pruniers donc ! avec 140 m à remonter (Michel en aura remonté 80 sur le chemin du col des Trois Vargnes).

C’est ici que commence le gag du jour : sur ce petit chemin tranquille, isolé et sauvage,nous croisons un énorme tracteur-pelleteuse de débardage tirant derrière lui des troncs de plus de 30m de long.

Il faut choisir le bon coté pour se garer : côté amont,.... à notre goût c’est plus sûr.

Nous prenons notre temps pour le spectacle, mais notre petit détour nous met en retard.

Notre discussion avec le forestier a attiré des sympathies (ou des compassions) et l’homme est très aimable :Ne nous propose-t-il pas de nous ramener au parking ?

Ne voulant pas faire attendre Michel (la belle excuse), la proposition est acceptée.

Peut-être, en fait, étions nous tous contents de faire du 4*4 serrés comme des anchois sans avoir à continuer à marcher..

Certains disent même que les Haut-Savoyards remontent dans leur estime.

Le groupe se reforme au parking où Yves a apporté plusieurs bouteilles d’eau fraîche qui sont très vite vidées....

Chaude journée et balade des plus originales. !

Maryvonne qui doit endurer le port de pantalons longs pour lutter contre les tiques, en profite pour se mettre à l’aise. Elle est aussitôt piquée par une tique dont s’occupera Danièle dans le rôle d’infirmière.....

doc Yves

Au revoir..........

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0