Club Santé Seniors MGEN 73

HOMMAGE A MAURICE AZAM

Qui nous a quittés lors de la randonnée du 16 mai 2019

mercredi 22 mai 2019, par Maurice DUPONT

HOMMAGE À MAURICE AZAM qui nous a quittés lors de la randonnée du 16 mai 2019

Il était appelé Bob dans le groupe Bémol ; ce petit nom affectueux lui avait été donné pour le différencier de l’autre Maurice et s’était donc substitué à son nom véritable. "Bob était un pilier du groupe, nous avons plein de souvenirs de randonnées avec lui : il connaissait tous les chemins (sauf quand il s’égarait !!!), se rappelait tous les endroits où faire la pause-banane ou la pause-déjeuner".

Cette connaissance du terrain lui venait de son amour de la nature, de la montagne et de la randonnée qui l’avait poussé à parcourir notre région.

"Quand le terrain le permettait, il n’hésitait pas à marcher à côté de la voie principale, comme s’il voulait gambader à sa guise, en toute liberté dans les montagnes qu’il aimait tant arpenter."

En tant que randonneur, il a très longtemps marché sans bâtons, quelle que soit la nature du terrain. Ce n’est que récemment, à 85 ans passés, qu’il s’est décidé de se munir de ces accessoires pour aller affronter les montagnes des Dolomites en septembre 2016 avec d’autres membres du club.

Les ans ne semblaient pas avoir prise sur lui et partir en randonnée le jeudi avec ses ami(e)s, c’était pour lui comme se baigner dans les eaux d’une fontaine de jouvence. Une fois devenu le doyen du groupe, il continuait à marcher devant, à ouvrir la voie et même ouvrir des voies qui parfois nous étonnaient. Son penchant pour "les raccourcis" et les "variantes" ont contribué à sa légende dans le groupe car ses raccourcis n’en étaient pas toujours et pouvaient fort bien rallonger le parcours, de même ses variantes ne nous laissaient pas indifférents quand elles débouchaient dans un cul de sac. Une ancienne Bémol se souvient : "Bob avait tendance à nous emmener dans l’inconnu... Maintenant, adieu l’aventure ! Nous ferons désormais des balades tristes et monotones."

C’est surtout sa bonne humeur, son sourire permanent, sa gentillesse et son attention aux autres que celles et ceux qui l’ont côtoyé en randonnée appréciaient. Attentif à qui avait des difficultés à franchir certains passages délicats ou escarpés, il n’hésitait pas à revenir sur ses pas et à proposer de porter le sac pour arriver au sommet, proposition qui n’était pas des paroles en l’air.

Pendant les randonnées, les discussions que nous pouvions avoir révélaient qu’il ne manquait pas d’humour et savait être pince-sans-rire, sans déroger à la gentillesse.

Lors de ces discussions, on le découvrait jardinier chevronné qui aimait confier ses secrets de taille des arbustes, ou des moments bénéfiques pour les plantations, qui donnait non seulement des conseils judicieux mais aussi des plants et des boutures aux autres amateurs et amatrices de jardinage. Il manifestait ainsi sa volonté discrète de transmettre son expérience qui ne se limitait pas à la seule connaissance des itinéraires de balades.

Qui aurait pu deviner en ce beau matin du jeudi 16 mai où il était si heureux de randonner pour la seconde fois ce printemps, avec nous qui réciproquement nous réjouissions de sa présence, qui aurait pu deviner qu’il entamait la dernière randonnée de son existence ?

Ce matin-là, sans prévenir, Bob a pris un raccourci d’où il n’a pu revenir sur ses pas, il a ouvert une variante tragique où nous n’avons pu le suivre ; il nous a laissés orphelins hébétés sur le bord du chemin. La seule lueur dans cette immense tristesse est la pensée qu’il est parti en pleine nature "en faisant ce qu’il aimait : une randonnée, accompagné des Bémols qui l’appréciaient." Espérons qu’il soit parti heureux...

Si pour son épouse, sa famille, ses ami(e)s, c’est une fin brutale et douloureuse, pour lui c’est une fin qu’il n’aurait sans doute pas désirée sous cette forme mais qui malgré cela lui convient.

"Nous ne l’oublierons pas" ou formulé autrement : "on se souviendra de lui" , nul doute qu’au cours des semaines et des mois à venir, sa figure souriante hantera discrètement, lorsqu’ils ou elles randonneront, l’esprit et les pensées de celles et ceux qui ont été ses compagnes et compagnons de randonnée.

Texte de Maurice avec les témoignages d’autres Bémols

Photos de Françoise, Martine, Michel.

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0