Club Santé Seniors MGEN 73
Accueil du site > 05. Activités > Randonnées pédestres "Les Bémols" > Récits groupe Bémol - 2019 > 2019 / 03 / 14 – La journée du Π a réservé des surprises

2019 / 03 / 14 – La journée du Π a réservé des surprises

St-François-de-Sales - Refuge de la Plate

vendredi 15 mars 2019, par Maurice DUPONT

Les Bémols qui ont écouté France inter tôt le matin savent que ce jeudi est la journée du Π, ce nombre ayant une infinité de décimales qui a fait rêver les mathématiciens de l’Antiquité à nos jours et que tout élève apprend durant sa scolarité s’il veut tourner rond et ne pas avoir de πteux résultats en géométrie. Aujourd’hui pour les Bémols ce Pi Day a été source de surprises. D’abord une bonne surprise : l’effectif est le double du jeudi précédent, soit 8 Bémols, c’est à dire 6 dames -Cécile, Marie Jo, Martine, Maxime, Mireille, Nadine et 2 messieurs -Bernard, Maurice.

A 8h45 deux voitures quittent le lieu de rendez-vous. Or quand la seconde voiture partie peu après la première arrive à St- François sur le parking au pied du Foyer de fond, autre surprise ! Il n’y a personne et pas de réseau pour contacter les autres. Étonnés, déπtés, voire inquiets, les 4 πaffant d’impatience décident au bout de 30 minutes de faire demi-tour quand les retardataires arrivent πle à ce moment. Quand on a su la raison de ce délai de route hors norme, on s’est demandé quelle mouche avait πqué le πlote pour qu’il confonde col de Plaimpalais et col des Prés ...

Bref à 10 heures, les 8 sont enfin prêts à commencer la randonnée sous les flocons de neige. Les abords du foyer de fond offrent un spectacle πttoresque avec les jeunes scolaires vêtus de couleurs voyantes contrastant avec le blanc du manteau neigeux.

Dans la poudreuse agréable à fouler, nous suivons la πste-raquettes menant d’abord à la Tourbière des Creusates, longeant souvent les πstes de fond, les traversant parfois et pénétrant dans la forêt d’éπcéas dans leur blanc manteau.

A l’entrée de la tourbière, la vue s’élargit.

Et les 2 Bémols de tête demandent quel itinéraire prendre pour éviter d’arriver trop tôt au lieu du πque-nique, le refuge de la Plate. Question que l’un ou l’autre, jacassant comme des πes, n’entendent pas... Finalement nous optons pour longer l’orée du bois jusqu’au chalet en haut des Creusates, virer ensuite à gauche vers le lieu-dit la Cascade, et de là nous diriger vers Fontaine froide.

Dès lors dans la neige profonde nulle πste tracée. A 10 h 45 le long du chalet connu des ancien(ne)s pour son appellation La Grange de la Plume et surtout pour sa cloche accrochée à l’extrémité d’une poutre, nous faisons la pause-banane.

A cette occasion, quelques-un(e)s manifestent le troπsme de la cloche soit de la πre façon en la faisant tinter fort bruyamment soit harmonieusement en évoquant la chanson de Πaf Les trois cloches.

Puis nous repartons et descendons vers le ruisseau des Otalets, passant auprès d’un chalet à vendre, ouvert à tous les vents, dont le propriétaire n’a pas encore trouvé le πgeon qui le lui achèterait.

Nous descendons toujours et après une zone boisée nous traversons le ruisseau dont les ramifications disparaissent presque sous l’épaisseur de la neige. Faisant attention où nous posons les πeds, nous rejoignons la forêt sur l’autre rive en repérant les πctogrammes (une paire de raquettes) fixés sur les troncs.

Après la remontée vers le GR du tour des Bauges reliant le Revard à La Plate, nous faisons une halte permettant le regroupement de tous. Encore un peu de montée sur le chemin à flanc de montagne au bord duquel des cynorrhodons et des rameaux de saπn aux aiguilles enneigées évoquant des pattes d’oiseau donnent lieu à de beaux clichés.

Et enfin c’est la descente vers le chalet de la Plate puis quelques minutes plus tard nous voici arrivés au Refuge de la Plate, il est 11 h 45.

Nous allons pouvoir consommer à l’abri notre πtance et nous gagnons la salle hors-sac à l’étage après avoir commandé au gardien boisson chaude, soupe ou plat du jour pour certaines.

La pause-déjeuner commence dans la bonne humeur.

Et à peine l’une de nous a-t-elle apporté sur un plateau, mieux qu’un πchet de πnard, six verres de vin chaud que nous voyons débouler des têtes connues mais inattendues. Quelle surprise ! Ce sont les six du groupe 1 qui ont opté pour une rando autre que celle annoncée et arrivent donc de Plaimpalais, en ayant suivi un moment la πste des chiens de traîneau...

La cohabitation sera joyeuse et conviviale et les Bémols auront à cœur de montrer leurs compétences au moment des desserts...

A la fin du repas, après passage au ππ-room, les 8 Bémols lèvent le camp à 13 heures, le groupe 1 suivra peu après. A l’extérieur du refuge, les flocons sont plus denses, la luminosité moins forte ; pour éviter les πchenettes de la neige sur les joues, chacun(e) s’équipe du mieux possible.

Et c’est un groupe aux couleurs variées qui s’en retourne par Πerre blanche et la route du Gros Plane jusqu’à la Doline. Nous la traversons en suivant les balises qui nous dirigent vers le fond de la cavité pour remonter ensuite vers la Place des Alpages.

En fait il s’agit d’un chalet récent affichant cette appellation, situé sur le haut des Creusates. Nous y faisons la dernière halte du jour.

Il ne reste plus qu’à traverser la tourbière et revenir à travers la forêt vers le foyer de fond. Lors de cette dernière étape, les Bémols sont rattrapés par les randonneurs du groupe 1 qui πétinent derrière et le plus grand d’entre eux avec sa tenue sang et or les double facilement, sans πocher dans ses réserves.

Vers 14 h 30, arrivés au Foyer de fond, les deux groupes avant de se séparer posent pour la photo-souvenir prise par Marie-Jo.

Celle-ci, πégée par la marche arrière en raquettes, chute dans la neige.

Dernier cliché de cette randonnée pleine de charmes et tyπque des Bémols.

Photos : Martine

Texte : Maurice

PS - Conseil emπrique pour éviter tout πnaillage à la lecture : Remplacer chaque π rencontré non pas par 3,14 mais par pi et Π par Pi

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0