Club Santé Seniors MGEN 73

2019 / 02 / 28 - Face au Mont Blanc exactement...

Sur le Plateau du Semnoz

vendredi 1er mars 2019, par Maurice DUPONT

En ce dernier jour annoncé de la belle période chaude et ensoleillée que nous avons eu en février, le groupe Bémol a pour projet non pas d’engager un face à face avec le plus haut sommet des Alpes, mais d’aller randonner là où on peut le voir parmi de nombreux autres sommets. Tout d’abord à Bassens six présent(e)s -Bernadette, Françoise, Geneviève, Maurice, Mireille, Nadine, Yves ; ensuite à Grésy-sur -Aix, huit autres -Cécile, Daniel, Gilbert, Jeannine, Joëlle, Marie Jo, Martine, Monique- et voilà le groupe des 15 Bémols face à son destin du jour : organisation du covoiturage, puis trajet automobile jusqu’au plateau du Semnoz où à 9h45 nous entamons la randonnée près du bar restaurant Le Courant d’Ere. Face à cette graphie, on peut être perplexe et aussi se dire : "ça va souffler par ici ! " Pas tout de suite...

Sur notre gauche, à l’est, La Tournette et, en arrière-plan, le Mont Blanc imposent leur superbe profil.

Nous voici partis pour le Circuit des 3 lacs sur la piste piétons, large et damée si bien que de nombreux marcheurs l’empruntent sans raquettes, balisée de jalons de couleur marron. Nous montons vers le télésiège du Plateau sous un soleil brillant dans un ciel bleu strié de cirrus.

Ensuite la piste redescend dans un vaste paysage immaculé où les épicéas forment des touches de noir au pied du Crêt de l’Aigle, notre première étape.

Au-delà d’une rangée d’épicéas, la Tournette semble nous présenter une face plus familière.

L’homme de tête ne trouvant pas dans le tracé de la piste ses repères habituels pour accéder au sommet du Crêt, nous virons à gauche, traversons une piste de fond et montons sur le versant nord du Crêt de l’Aigle (1646 m).

De là-haut la vue s’étend de La Tournette, Mont Maudit, Mont Blanc, très loin les Aiguilles d’Arves aux plus proches, les montagnes des Bauges.

A 10h45, une fois tous regroupés au sommet du Crêt, les 15 posent pour la photo souvenir en deux temps.

Après quoi, c’est la pause-banane, assis ou debout au gré de chacun(e).

Une fois requinqués, nous repartons et descendons du Crêt sur le versant opposé.

Avant la traversée de la piste de fond, lors de la halte de regroupement une question se pose sur la suite de l’itinéraire pour aller au Refuge du Semnoz. Prendre le raccourci ou monter sur le mamelon d’en face pour enchaîner avec une descente plutôt raide et une remontée vers le refuge ? Telle est la question et 8 Bémols sont pour la première option, 7 autres -Cécile, Geneviève, Gilbert, Marie Jo, Martine, Mireille, Monique- optent pour la seconde solution, nettement plus sportive.

"Grand bien leur fasse !" semblent dire en leur for intérieur les partisans du raccourci qui s’arrêtent plusieurs fois pour voir évoluer les 7 qui décrivent des courbes différentes durant leur longue descente dans la pente enneigée.

L’avantage de cette escapade avec dénivelé supplémentaire a été de voir et photographier un bolet géant près du Refuge du Semnoz où se retrouvent les 15 Bémols à 11h30.

Or le gérant du refuge affiche son refus des randonneurs qui piquent-niquent par 2 pancartes placées près de l’entrée.

Face à un tel ostracisme, nous secouons la neige de nos raquettes et passons notre chemin. Non loin de ce lieu inhospitalier, un tas de neige représentant un bonhomme ventru avec une tête coiffée d’un couvre-chef en laine fait une heureuse diversion. Martine prend soin de lui arranger le portrait avant de le lui tirer.

Puis nous nous dirigeons à l’ouest vers la falaise qui domine la vallée entre Aix et Annecy recouverte d’une brume de pollution. Ce type de relief dangereux pour l’étourdi qui s’aventurerait trop près du bord est signalé par une pancarte très expressive suscitant une mimique amusante chez les Bémols posant pour la photo.

Nous montons le long de la falaise puis pour trouver un endroit où déjeuner en paix, nous traversons le plateau d’ouest en est, avec La Pointe Percée et la Tournette à l’horizon.

Et près des épicéas où zones ombragées et ensoleillées pourront satisfaire héliophiles et sciaphiles, nous nous installons pour la pause-déjeuner « pas à côté, pas n’importe où / Face au Mont Blanc, Face au Mont Blanc / Exactement, juste en face... » (si l’on paraphrase Gainsbourg).

Après un pique-nique polychrome, très convivial et amical juste en face du Mont Blanc et fesses sur le manteau neigeux, s’ensuit un temps de repos ou de sieste « sous le soleil exactement ».

A 13 h15 nous abandonnons ce lieu enchanteur et rechaussons les raquettes ; après un regard vers les sommets baujus nous remontons vers le télésiège du Plateau.

Derrière Françoise, la doyenne du jour, le groupe s’étire et subit les assauts du vent qui s’est levé et qui nous pousse à nous emmitoufler.

Avec Éole en pleine face, nous regagnons les abords du bar Le Courant d’Ere où la moitié du groupe va s’arrêter pendant que les autres feront un aller et retour vers le nord du plateau jusqu’au Crêt de Chatillon (1700 m).

En ce lieu 2 tables d’orientation, l’une tournée vers l’est, Aravis, massif du Mont Blanc, Beaufortain, Vanoise, les Écrins etc.. Gilbert aura confirmation qu’on peut voir la Pierra Menta depuis là et les 8, la face souriante, se font photographier au point culminant du Semnoz .

L’autre table tournée vers l’ouest et les monts du Jura aura moins de succès. Nous redescendons de ce belvédère avec le vent dans le dos, apercevant à nos pieds la station du Semnoz et la vallée sous la nappe de pollution.

Après une dernière vue sur les Bauges, à 14 h30, nous retrouvons les autres qui nous attendent auprès des voitures.

Au terme de cette belle randonnée ensoleillée et aussi ventée dans ce paradis blanc des skieurs, randonneurs et piétons, nous reprenons la route de Grésy ou de Bassens.

Photos : Martine

Texte : Maurice

Portfolio

Il a un drôle d'air ce panneau ! un refuge peu hospitalier !
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0