Club Santé Seniors MGEN 73

2019 / 02 / 07 - Le groupe Bémol au Mollard

Désert d’Entremont - piste n° 2

vendredi 8 février 2019, par Maurice DUPONT

Ce matin 11 Bémols se retrouvent à Bassens pour effectuer une randonnée-raquettes en Chartreuse qui a été reportée deux fois pour cause d’intempéries. Aujourd’hui les Bémols de retour de Forgeassoud – Bernadette, Cécile, Marie, Martine- et les autres - Bernard, Daniel et Joëlle, Marie Jo, Maurice, Maxime, Yves- mettent le cap sur le Désert d’Entremont et débarquent sur le parking du Foyer de fond (1200 m) vers 9h30. Au loin, le Granier dresse sa falaise enneigée et meurtrie, on voit très nettement les traces de l’éboulement de 2016.

Sur le site du Désert la neige est abondante, le ciel est gris et il ne gèle pas. Un professionnel de la station nous prévient qu’il pleuvra à partir de 13 heures ; nous avons donc une fenêtre de tir ouverte pour la matinée. Cela colle bien avec le projet d’effectuer la Boucle du Mollard signalée par des balises affichant une raquette sur fond violet associée au chiffre 2. Avec Yves (le jeune doyen du jour) qui prend la tête du groupe, nous montons vers le col du Mollard à un bon rythme, pas mollo du tout...

Une première halte permet le regroupement des 11 et de regarder à loisir les sommets cartusiens environnants.

Puis nous repartons et pénétrons dans la hêtraie, nous nous faufilons entre les fayards dénudés aux longs troncs tachetés et moussus qui semblent vouloir décrocher les nuages.

Au bout d’un moment nous atteignons un embranchement. D’un côté : un raccourci – droit devant- menant au col, distant de 100 m, de l’autre, le tracé de la boucle obliquant à gauche et faisant un crochet sur le flanc de l’Outheran. Avant d’entamer un passage nettement plus pentu, nous faisons la pause-banane après laquelle Bernadette et Maxime tentées par le raccourci vont choisir de revenir quelque peu sur leurs pas et de l’emprunter ; certes elles attendront le reste du groupe au col. Les 9 autres monteront encore, zigzagueront au-dessous des premières barres rocheuses de l’Outheran avant de redescendre vers le col. Dans la descente le décor change, nous entrons peu à peu dans ce qu’on pourrait appeler la "forêt blanche". Blanc le sol enneigé où la piste sinue entre les arbres ; blanches les branches chargées de neige s’affaissant parfois jusqu’à terre ;

blancs les grands sapins dans leur épaisse houppelande.

Le blanc omniprésent et le silence régnant en ce bois créent comme un enchantement. Les branches obstruant la piste semblent dire : Vas-y mollo ! Prends le temps d’admirer, de photographier...

A l’avant, Cécile, Marie, Bernard, Yves vont bon train et sont les premiers à pénétrer de nouveau dans la hêtraie sapinière.

Un paquet de neige tombant du sommet d’un arbre a failli s’écraser sur l’une des deux randonneuses. Serait-ce un tir à blanc des génies de la forêt contre les intrus à raquettes ?

A 11h15 nous arrivons au col du Mollard (1320 m) où nous attendent Bernadette et Maxime. Les pancartes directionnelles dépassent à peine de la couche de neige. Après une halte récréative, le groupe de nouveau réuni entame le trajet retour de la Boucle, c’est à dire la descente vers le foyer de fond, à 2,1 km. Dès la sortie de la forêt, les écarts se creusent entre les raquettistes, les 4 qui ferment la marche auront droit à un cliché sur un fond pratiquement noir et blanc.

Et le groupe s’étire sur la piste traversant un grand champ de neige alors que les nuages deviennent plus noirs et que les premières gouttes de pluie se mettent à tomber.

A un moment nous croisons la piste de fond qui, parallèle à l’Outheran, conduit au col du Mollard.

Si les fondeurs sont peu nombreux, nous sommes les seuls à faire des raquettes ce matin. Vers midi nous sommes aux abords du Foyer de fond. Martine fait un détour pour photographier un bonhomme de neige qui semble l’attendre près du portique de départ des circuits-raquettes.

Et maintenant qu’il pleut, nous montons dans les voitures pour rejoindre la salle hors-sac communale du col de la Cluse. Quelle n’est pas notre surprise de trouver la salle fermée à clé ! Il est vrai que le téléski tout proche ne fonctionne pas, la petite station du secteur de la Cluse subissant de plein fouet la crise. Il ne reste plus qu’à descendre sans mollir dans la vallée pour trouver un abri chaud et confortable permettant de partager notre pique-nique, l’anniversaire de Maurice et les crêpes de Cécile donnant un peu de piquant à la pause-déjeuner qui met un point final agréable et très convivial à cette belle petite randonnée cartusienne.

Photos : Martine

Texte : Maurice

Portfolio

Au départ des pistes de fond et raquettes
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0