Club Santé Seniors MGEN 73

2018 / 12 / 27 - Été indien à Saint-François-de-Sales

En raquettes, à pied de Worden à Saint-François-de-Sales

vendredi 28 décembre 2018, par Maurice DUPONT

Pour le dernier jeudi de l’année, le groupe Bémol est selon toute vraisemblance le seul à randonner. Le nombre de participants est honorable pour cette période entre Noël et Jour de l’An : quinze à Bassens plus une Sangeraine venue directement au lieu de départ, cela fait 16 Bémols, soit 13 dames -Catherine, Cécile, Chantal, Dominique, 2 Françoise, Geneviève, Jeannine, Joëlle, Martine, Maxime, Monique, Nicole et 3 messieurs -Daniel, Maurice, Yves. Vers 9 heures sur le parking face au magasin Worden, nous voici au-dessus du brouillard recouvrant la vallée mais le paysage est bien différent du paradis blanc de jeudi dernier, le manteau neigeux est plus que mité, les arbres sont nus, leur blanche parure ayant totalement fondu. L’œil de la photographe scrute au ras du sol des beautés naturelles inaperçues de la plupart, tels ces cristaux de neige glacée du matin.

Après avoir marché sur le goudron jusqu’aux premières maisons, nous chaussons les raquettes ou les crampons sur le chemin menant au lieu-dit Les Mermets ( 1227 m), sauf Nicole qui randonnera sans aucun équipement. En effet le tapis neigeux est discontinu et durci par le gel. Parfois au milieu du chemin, une grande flaque d’eau gelée oblige le groupe à contourner cette patinoire improvisée.

Au niveau de la pancarte Les Mermets, certaines sont tentées d’aller tout droit au vu des balises indiquant Foyer de Saint-François mais les vieux routiers du groupe, signalant que ce sera le chemin du retour, font prendre la piste qui monte à gauche dans la forêt. Tout le monde suit malgré la pente et l’absence de balises-raquettes visibles... De temps à autre quelque voix se fait entendre demandant : " Ça monte encore longtemps ?" En effet la piste de virage en virage ajoute une nouvelle pente à celle qui précède. Parfois un bloc de glace ressemblant à une œuvre d’art ou des écailles de cônes de sapin sur le sol sont jugés dignes d’un cliché.

De même les rayons du soleil se réfractant sur les troncs d’arbres dépouillés de leur blanc manteau avec à l’arrière-plan le Margériaz.

Enfin la piste s’incurve et non seulement nous descendons mais aussi les balises-raquettes apparaissent fréquemment le long du parcours, prouvant que nous étions bien sur un itinéraire reconnu, quoique différent de celui fréquenté il y a des années. Et voici que nous rejoignons à 10 h 40 l’endroit où nous avions coutume de faire la pause-banane. Il est donc temps de la faire aujourd’hui.

Nous sommes tout près de la route montant de La Magne au Foyer de fond. Un peu plus tard nous traversons cette route et la longeons un moment jusqu’au chemin descendant vers le Rocheray. Alors 4 bémols -Jeannine (la doyenne aujourd’hui), Chantal, Maxime, Joëlle- vont monter vers le foyer de fond de Saint-François-de-Sales en suivant la départementale, les autres empruntent le chemin où le manteau neigeux est en lambeaux. Sur notre droite, entre les branches, les montagnes baujues plus élevées ont conservé leur enneigement.

Parvenus à l’embranchement du Rocheray (1208 m), nous sommes obligés de déchausser et de parcourir, raquettes accrochées au sac à dos, la dernière portion du Sentier des planètes -reliant La Magne au foyer de fond. En guise de planètes nous n’aurons droit qu’à Uranus, signalée par une pancarte surmontée d’un ballon vert et décrite en une curieuse formule : "une boule de billard qui roule..." Si elle roule, c’est péniblement que nous marchons dans la pente où le sentier est surtout couvert de bois mort envahi de champignons, mousses et lichens ;

des lichens qui sont splendides.

Plus haut, sous les hêtres, des faînes givrées deviennent sous l’objectif de Martine une authentique Nature Morte.

Puis nous atteignons les pistes de fond et le foyer où les 4 autres nous attendent sur la terrasse. Pourquoi ne se sont-elles pas installées à l’intérieur du foyer ? Tout simplement parce que celui-ci n’est pas ouvert, le domaine skiable étant fermé vu l’état des pistes de fond. Nous nous asseyons donc autour de trois tables de la terrasse pour une pause-déjeuner agréable et chaude.

Il est vrai qu’au soleil la température extérieure est élevée : 12 °C un 27/12, ce n’est pas banal. Cela a failli être le titre du récit. Le déjeuner est marqué par Nicole qui fête aujourd’hui son anniversaire et l’accession à une décennie supérieure. Clairement dit, la voici devenue septantenaire comme disent nos voisins Suisses.

La dimension conviviale du pique-nique en a été renforcée, les échantillons échangés au dessert le prouvent.

Après quoi nous songeons au retour. Celui-ci se fera d’abord sans raquettes sur la route départementale jusqu’au début du chemin vers la Féclaz et Plainpalais. Là plusieurs continuent à marcher ainsi, celles et ceux qui ont rechaussé les raquettes s’efforcent de fouler les parties enneigées du chemin. Dans la neige qui subsiste sur le talus, on peut voir là une trace de sanglier.

Plus loin un bébé sapin dont la petite taille dépasse de toute sa hauteur la mince couche de neige...

Ensuite, au bout d’une haie d’arbres où se désagrège depuis des années une antique batteuse, nous arrivons auprès d’un vieux chalet inhabité.

Nous y faisons la dernière halte de la journée le long de la façade ensoleillée sans crainte d’être mouillé par la neige tombant du toit....

Ensuite, laissant Plainpalais à notre gauche, nous grimpons sur la butte, zigzaguons entre des chalets avant de rejoindre sur le plateau la piste des Mermets avec à notre gauche le Margériaz où la neige a bien fondu.

Au bord de la piste, des cynorrhodons écarlates gelés tentent quelque(s) gourmande(s).

Sur les herbes du talus des cristaux de neige semblent attendre la prochaine chute.

Vers 15 h 15 nous arrivons au parking près de Worden, contents de nous être oxygénés même si la couche de neige a laissé à désirer. Nous nous séparons en disant "À l’année prochaine !".

Photos : Martine

Texte : Maurice

Le groupe Bémol présente ses meilleurs vœux pour 2019 à toutes celles et à tous ceux qui pratiquent la randonnée ou s’y intéressent d’une façon ou d’une autre.

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0