Club Santé Seniors MGEN 73

Randonnée du 29.11.18 au dessus de Nances.

dimanche 2 décembre 2018, par Christian DORDOLO

Commençons par les données techniques d’Iphigénie (de Jean-luc) :

"Voici les données fournies par IphiGéNie via le logiciel MyGPSFiles.

Départ : 8h08m.

Retour : 15h48m.

Durée TAC : 7h40m.

Distance parcourue :17,4 km environ.

Altitudes : La plus base : au départ (parking du cimetière de Nances) : 459m. La plus haute : quelque part sur le chemin de la Grande Vie : 1240m.

Dénivelé brut : 781m .

Dénivelé cumulé : 891m environ."

Pour ceux qui sont montés à la grotte de la Conche, il faut rajouter 79 m, soit un dénivelé de 970 m.

Nous nous retrouvons sur le parking de Chamnord sous un ciel couleur sang.

Photo André

nous sommes.....................

...................au départ.Photo André

Malgré l’absence de plusieurs habitués, nous sommes donc 16 :

Michel, Gertrud, Nicole, Danièle, Jean-Luc, Yves, Christian, Françoise, André, Muriel, Stélios, Marie-France, Claude, Bernadette, Daniel et Jean-Louis dont c’est le retour après un an d’absence.

La météo est favorable. Nous bénéficions d’un temps d’automne ordinaire avec un peu de soleil et des nuages d’altitude.

Nous allons gratter le dos de l’ Epine, ce long chaînon du massif du Jura qui court du nord au sud en forme d’épine dorsale et vient piquer le piémont alpin sur le flanc nord de la Chartreuse.

Géographiquement, la montagne porte bien son nom,..... mais on cherche toujours des histoires :

Il y aurait une référence à l’épine de la Sainte Couronne que Guillaume de Montbel aurait rapportée des Croisades vers 1250 et déposée dans une supposée chapelle castrale à Nances.

Il y aurait aussi un rapprochement avec le dieu des celtes Pen.....

Pas la peine d’insister.........

Après avoir laissé les voitures près du cimetière de Nances, la colonne s’engage donc sur le chemin bien aménagé qui monte rapidement au dessus de l’autoroute.

Photo Muriel ?

La montée, vite raide, nous réchauffe. Pendant que le groupe avance régulièrement sur le beau tapis de feuille d’un sentier confortable, quatre petits curieux s’échappent pour aller voir la grotte de "la Conche". L’accès de celle-ci est très raide et humide. Beaucoup d’efforts fournis pour pas grand chose !

La grotte.

On se remet vite dans le droit chemin qui serpente sur les contreforts de la montagne de l’Épine en dominant le Lac d’ Aiguebelette.

Nous escaladons les rudes pentes au dessus du tunnel autoroutier de l’Épine.

Le bruit de l’autoroute s’écrase par vagues contre la montagne. Entre l’imaginaire du bruit de l’océan qui s’écrase contre le rocher, et la perceuse qui vrille les oreilles, chacun apprécie à sa façon le calme de la montagne.

L’endroit est balisé et sécurisé, on se moque des feuilles mortes trempées de l’automne. Ce passage est agréable, aérien et sûr.

Beau passage. Photo André

On monte ou on descend ? Photo André

A peine sortis des rochers, nous nous trouvons dans une forêt de houx couverts de boules rouges. Aussitôt la récolte commence.

Houx y es-tu ?

S’ensuit la pause banane avec vue sur le lac au premier belvédère du Reposoir.

Nous rejoignons la route. Des passages goudronnés sont en effet prévus aujourd’hui ! Pas longtemps,...Nous reprenons le sentier de la Dressière, mais, attirés par l’asphalte, nous laissons les petits sentiers pour revenir sur la route forestière du pré Puisat qui nous conduit au belvédère de la combe Armée.

Sur le bord du chemin, une stèle curieuse attire notre attention. qu’est-ce ?????

"On voit bien le lac" entend t’on, "mais c’est bizarre, on dirait le lac du Bourget" !

"Levez les yeux, vous verrez la remarquable chaine de la Lauzière" !

Et oui, nous sommes de l’autre côté !

C’est l’heure du repas !

Ne fait-on pas de jolies têtes ? Séance de méditation ou digestion ? L’artiste, elle, peint !

Après une agréable mais fraiche pause,nous reprenons, repus, notre chemin.

Un panneau nous interpelle : Il faut emporter nos déchets !

Ah bon..........On ne savait pas !

Suivant leur vécu,

certains voient ce panneau :,................ mais d’autres, celui-ci : !

Nous sommes maintenant sur le chemin de la Grande Vie ( grande route, en patois Arpitan ), le chemin est toujours pavé de feuilles, et les arbres abondants sont parfois bizarres.

Photo Muriel ? Pour cet arbre le nom "grande vie" a une autre signification.

Photo André.

Les jolis chemins de feuilles.

Il parait qu’il y a des chamois !

Et il y a du houx ! où ? partout !

Le groupe est maintenant en tenue de camouflage, lorsque l’on arrive aux villas Doria (enfin, à ce qu’il en reste).

Le tas de houx devant, c’est Yves.

Encore un peu de marche et on est à la chapelle Sainte Rose, près d’une source.

photo André.

La chapelle, construite au 17 siècle a été édifiée sur une source.

Par temps de sécheresse l’occasion était trop belle de faire ici un pèlerinage.

Photo André ou Muriel.

Mais pourquoi cette chapelle a-t’elle été repeinte en rose ?

Nouvelle halte et une alerte : "Quelqu’un aurait-il vu mon téléphone ?", dit la dame.

"Je l’avais il y a 5 minutes".

Quelques pas de plus en arrière, et l’on retrouve la chose dont on ne peut plus se passer.

Un petit sentier bien balisé à flanc de coteau nous ramène au cimetière et donc à nos voitures.

A gauche ou à droite ?

Une petite régalade est prévu : c’est la saint André, patron des pêcheurs et notre André est pêcheur, et Muriel est cuisinière.

Connaissez vous la" troyette" du moulin à huile d’Aigueblanche ?

Et c’est aussi l’anniversaire de Claude......et la femme de Claude est une bonne cuisinière !

Quatre délicieux gâteaux nous sont proposés sur nappes brodées, donc un pour quatre !

Photo Muriel ?

C’est trop gentil, merci et bon anniverfête !

En plus on a le soleil....pas pour longtemps, les journées sont courtes !

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0