Club Santé Seniors MGEN 73

Randonnée du 8 novembre sous Chamechaude

vendredi 9 novembre 2018, par André MATHIEU

A 7 heures du matin, il pleuvait… Mais la pluie du matin n’arrête pas un randonneur du G1 ! Nous étions donc 6 à l’abri sous l’auvent du MacDo de Chamnord quand passa à 7 h 3 min, à toute vitesse, la voiture de Nicole M. qui, ne voyant personne se dit que nous étions déjà partis et repartait chez elle quand nous pûmes la joindre. OUF, merci les portables.

Arrivée près de nous elle nous avoua s’être trompée de Carrefour, d’où son retard ! Et pourtant Yves avait été clair : "Départ à 7h ce jeudi 5 novembre du parking de Chamnord (à côté du Mac Do) pour le Col de Palaquit (1150m)".

Effectif : 7 dont 5 dames qui désignèrent d’office les deux hommes comme chauffeurs.

Météo : variable, avec du vent fort en altitude.

Dénivelé : 697 m.

Distance parcourue : 11,9 km en 5 h 36 min.

Le trajet :

Le profil :

Le parcours prévu ne sera pas entièrement réalisé car vu la neige au sommet et les nuages qui s’y accrochaient nous ne dépassâmes que de 100 m la Cabane Bachasson.

Parcours effectué (je reprends la prose d’Yves) : "Depuis le Col de Palaquit (1154 m) où le stationnement est effectivement délicat, on suit d’abord le chemin qui monte raide pour redescendre à l’Appanon. On continue à droite puis à gauche au panneau « le Réservoir » en suivant toujours la direction « Habert de Chamechaude ». On passe ensuite au-dessus du Churut (traversée d’un pré sous Roche Rousse)

vue sur le Sappey

puis à Montjalat le Haut où on monte à gauche de même qu’à la bifurcation suivante « Pied de Velouse ». Un sentier mène ensuite au Habert de Chamechaude, sous les falaises de Chamechaude. On continue en montant à gauche pour contourner le sud de Chamechaude. Le sentier reste à peu près à altitude constante. On passe Pré Boiteux

et on atteint la Cabane du Bachasson (1646m)."

Impossible de pique-niquer à la cabane car un GRAND groupe de la GV de Crolles d’environ 70 personnes occupait les lieux. Nous avons fait une partie de la rando coincés entre l’avant garde (une quinzaine) et l’arrière garde (les "douxdoux"…). Et heureusement car le groupe des "douxdoux") a ainsi pu ramasser les gants que F. avait laissés sur le chemin.

Au passage, dans de beaux sous-bois aux racines traîtresses un arbre vint fort opportunément au secours de Françoise.

Le repas a été rapidement expédié vu le froid. Cela ne l’empêcha pas d’être convivial avec échange de café et de chocolat.

De temps en temps la vue se dégageait, plus ou moins : Col de Porte La Folatière (en direction du sommet) La Pinéa Charmant Som

Quelques panneaux incitaient les randonneurs et autres utilisateurs du lieu à respecter quelques règles :

En redescendant vers le Col de Porte un bruit strident se faisait entendre : tronçonneuse ? Non, un énorme tracteur élaguait les arbres en vue de la saison d’hiver.

Nous terminâmes le circuit en empruntant une profonde tranchée bien boueuse, nous sentions l’approche du 11 novembre et le souvenir des poilus était présent.

Un petit regret pour certain(es) de ne pas être allés au sommet, mais vu la météo locale, le vent, les nuages qui accrochaient la montagne il faut se dire que la prochaine fois ce sera mieux !

Un petit bonus (merci Yves) : Le nom Chamechaude est issu de Chame chauve, pouvant être interprété comme « chalme dépourvue de végétation », du latin culmen (« cime, élévation rocheuse »), et désignant plus spécifiquement un pâturage et le sommet qui le domine ; il a donné également le mot « chaume ». L’altération du nom est antérieure au XIXe siècle. Pourtant, on rencontre parfois encore le latin « calvus » pour expliquer l’étymologie de « chaude », ce qui en ferait l’« alpage ensoleillé », explication considérée comme peu probable.