Club Santé Seniors MGEN 73
Accueil du site > 05. Activités > Randonnées pédestres "Les Bémols" > Récits-groupe Bémol - 2018 > 2018 / 10 / 11 - Pluie du matin, 8 Bémols ont passé outre...

2018 / 10 / 11 - Pluie du matin, 8 Bémols ont passé outre...

St-Alban-Leysse-Razerel- col de Montbasin (balade de substitution)

vendredi 12 octobre 2018, par Maurice DUPONT

Ce jeudi matin une dizaine de Bémols se retrouvent au lieu de rendez-vous à 7 h45 malgré la pluie qui tombe depuis des heures. C’est une première surprise mais il est vrai que celles qui ont consulté les prévisions météo savent qu’il s’arrêtera de pleuvoir dans 1 ou 2 heures voire dès l’après-midi. S’ensuit une discussion où il apparaît vite que la destination du jour -Le Grand Rocher en Belledonne - sera abandonnée, alors un couple de randonneurs présents regagne son domicile : deuxième surprise. Les 8 autres -Brigitte, Françoise, Geneviève, Martine, Maxime, Nadine, Bernard, Maurice- cherchant une destination de remplacement proche de Chambéry décident d’attendre que cesse la pluie à l’abri autour d’un café. Vers 9 heures il ne pleut pratiquement plus et surgit alors la proposition d’aller du côté de Razerel, troisième surprise que personne ne regrettera.

Quelques minutes plus tard nous voici débarquant au parking proche de la poste de St-Alban-Leysse. De petites gouttes de pluie, les dernières, nous incitent à emporter un vêtement de pluie qui sera bientôt inutile. Après la traversée du bourg nous bifurquons à droite vers Villeneuve (330 m) empruntant une petite rue pentue bordée de villas et jardins où l’on peut observer les rares fleurs du jour : rose et colchique.

Au bout de la rue commence le chemin de terre menant au four de Razerel, chemin fort bien balisé : de nombreuses petites pancartes en bois avec l’inscription Four jalonnent l’itinéraire qui pénètre dans la forêt, montant parfois tout droit, passant sur un petit pont fait de troncs d’arbres, tournant ici à droite, là à gauche. Une belle salamandre se glissant entre les feuilles mortes surprend Maxime et tous s’arrêtent pour regarder l’animal traverser le chemin.

Plus loin nous passons auprès d’une maison en ruine, que les ancien(ne)s du groupe connaissent bien ; à l’intérieur, dans une anfractuosité du mur, une urne funéraire !!

Après une courte halte en ce lieu, la randonnée continue et le chemin descend même un peu jusqu’à la jonction avec celui montant de la Bémaz. Là un banc original permet aux randonneurs de s’instruire avec son dossier où sont gravés les principaux éléments de la faune locale.

Nous continuons à monter dans la forêt et atteignons à 10 h 45 le Four de Razerel (650 m).

Nous y faisons une pause prolongée, assis des deux côtés de l’entrée du four.

En somme, une pause-banane améliorée, Françoise offrant des carrés de pâte de coing faite maison.

A proximité du four, où chaque année se déroule la fête du pain, un panneau évoque la vie ancestrale de ce hameau comptant 26 habitants permanents à la fin du 19ème siècle, alors qu’aujourd’hui la forêt a recouvert les ruines.

Le beau temps étant revenu, nous repartons après 11h15 et prenons la direction de Montbasin. Tout près du four, une maison en ruine attire notre attention : sur le mur encadrant la porte d’entrée une inscription fait penser à un ancien repère de Résistants...

Pour le groupe monter de Razerel vers Montbasin est une première. Le chemin est pentu, bordé de buis morts, ravagés par la pyrale, ou de chênes et de hêtres dont les branches revêtent les couleurs d’automne.

A un moment le chemin passe tout près de la falaise surplombant le village de Vérel, des panneaux nous avertissent du danger si nous nous écartons de l’itinéraire balisé. Au bout d’une heure de marche, nous sortons de la forêt et la Croix du Nivolet sur son piton rocheux apparaît au-dessus de nos têtes.

Nous abordons l’alpage de Montbasin où poussent des cardères dont les graines ont été dispersées.

Un troupeau de vaches rumine paisiblement au soleil rayonnant dans le ciel bleu.

Après avoir jeté un regard sur le lac du Bourget à travers les branches des arbres en bordure de la falaise, nous nous installons pour la pause-déjeuner en un lieu bien exposé et relativement épargné par les excréments des bêtes.

Pique-nique convivial dans la joie et la bonne humeur.

Au moment de la sieste, la moitié du groupe monte un peu plus haut pour tenter d’apercevoir l’extrémité nord du lac. Si les arbres et le relief ne permettront pas d’apercevoir le château de Châtillon, du houx avec de belles boules rouges, quelques échappées sur Bourdeau ou Hautecombe s’offriront au regard.

Au col de Montbasin (980 m), point culminant du jour, les falaises entre Revard et Nivolet nous dominent.

Mais nous réalisons que le dénivelé effectué -650 m- est fort honorable, ultime surprise de cette randonnée de substitution.

Une fois les huit regroupés, nous nous prélassons encore un peu dans un décor bucolique illustré par un jeune taurillon tétant sa mère.

Après un dernier regard vers la croix du Nivolet dont la blanche silhouette se détache dans l’azur, nous prenons le chemin du retour vers 14 h 30.

Nous suivons le même itinéraire que celui du matin.

Une dernière halte autour de la table en bois massif proche du four de Razerel, ensuite nous arrivons à Villeneuve, une mante religieuse traversant la route donne lieu au dernier cliché.

A 16h15 nous rejoignons le parking de St-Alban-Leysse, heureux de cette randonnée ensoleillée pleine de surprises.

Photos : Martine

Texte : Maurice

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0