Club Santé Seniors MGEN 73
Accueil du site > 05. Activités > Randonnées Pédestres "Groupe 1" > Récits groupe 1 - 2018 > Cinq lacs de Forclaz et un peu plus, le 4 octobre 2018.

Cinq lacs de Forclaz et un peu plus, le 4 octobre 2018.

dimanche 7 octobre 2018, par Christian DORDOLO

Lacs de Forclaz et crête de la pointe Motte.

Date : 04-10-2018 .

Effectif : 16.

Météo : Très beau temps d’automne.

Altitude départ : 1910 m.

Altitude maxi : 2675 m.

Dénivelé brut : 765 m.

Dénivelé cumulé : 920 m environ.

Distance parcourue : 14 km environ.

Délais TAC : 6h 30.

Nous sommes 16 du groupe 1 à vouloir parcourir les chemins de montagne sous un beau soleil d’automne :

Yves B, Michel P, André M, Danièle M, Muriel M, Daniel L, Christian D, André B, Anne-Marie T ,Elisabeth C, Catherine T, Michèle D, Jean T, Jean-Luc B, Daniel B Françoise C.

Et,

......Bernard.

"Bonjour, je suis Bernard, Bernard l’ourson, "le gars" de la montagne, l’ourson des Alpes,Le Bernard des neiges ! Et je serai votre compagnon pendant cette très belle randonnée."

Ce ne fut pas facile d’arriver ici au fort de la Platte.

Partis à 7h10 de Saint-Alban-Leysse, nous garons les voitures à 10h40 sous le fort de la Platte, soit après 3h 30 de route (avec une pause regroupement-grignotage à la sortie de Bourg Saint Maurice) .

Normalement, le trajet s’effectue en 1h 40 !

Mais la voie express a été fermée à cause d’un accident,ce qui a provoqué un énorme bouchon.

La montée en voiture à travers les Echines du Truc et les alpages est impressionnante.

"Je croa que vous êtes en retard."

le fort lui-même en impose dans ce cadre enchanteur.

çà "bouquine" sur les crêtes( photos Daniel L).

( photo Daniel L)

Petite parenthèse sur son histoire :

En 1882, le Royaume d’Italie intègre la "Triplice",augmente ses unités alpines et commence à fortifier les Alpes. En réaction, la France crée ses troupes de montagne (notamment les bataillons de Chasseurs alpins) et lance la modernisation de ses fortifications alpines. Le col du petit Saint-Bernard permet de rejoindre la Vallée d’Aoste. Alors les environs de Bourg-Saint-Maurice sont fortifiés pour le surveiller vers l’Italie. Sur les hauteurs de la rive droite de l’ Isère, s’échelonnent la Batterie de Vulmix, le Fort du Truc et le blockhaus de la Platte. Celui-ci est un ouvrage d’infanterie construit de 1891 à 1894. Il sert à protéger les deux ouvrages en-dessous. En amont, directement sous le col, la défense avancée est confiée au fort de la Redoute Ruinée et en-dessous à l’ouvrage du Roc Noir. C’est un Système "Séré de Rivières". L’ouvrage est désormais propriété privée, utilisé comme fromagerie. Aujourd’hui, ses plates-formes d’artillerie sont transformées en potagers et c’est un relais apprécié des randonneurs qui peuvent, en saison, y déguster le fromage de Beaufort fabriqué sur place. Le fort serait en vente (ou vendu ?)

Nous entrons dans un champ de tir de l’armée, et en octobre il y a de grandes manoeuvres....à partir du 15.

C’est en plein soleil que nous commençons notre ascension.

Il est vrai que nous n’avons pas l’habitude de débuter si tard notre marche.

C’est l’automne, mais l’impression est estivale.

Ici, il n’y a plus d’arbres, on est dans les pâturages et nous montons régulièrement en admirant autour de nous les hauts sommets de Tarentaise.

L’endroit fait rêver !

Cela se voit dans les noms utilisés :

Nous passons au dessus du chalet de " l’Oeillet" (un seul !) et de la" Vacherie" (à faire),avant de longer le "ruisseau des vieilles", après avoir laissé à notre gauche, la "tête des deux Antoines "(une pour deux).

Les sources du ruisseau sont de jolis petits lacs sans nom (on pourra les appeler "lacs des vieilles").

"Tonton Daniel me transporte dans son sac" (c’est Bernard qui parle.)

Et on atteint le col de Forclaz. C’est vraiment un haut lieu de méditation :

Ô lacs, rochers muets ! glaciers aux fières allures !

Vous que le temps épargne ou qu’il peut rajeunir,

Gardez de ce jour, gardez, belle nature,

Au moins notre souvenir.

Que Lamartine me pardonne !

Au col ( photo Daniel L)

On laisse le lac Esola, isolé à notre droite, afin de rejoindre directement le lac Riondet puis le lac Cornu et le lac Verdet.

Lac Esola.

Lac Riondet.

C’est lui qu’on aurait du appeler Verdet !

Lac Cornu.

C’est entre ces deux derniers qu’une partie du groupe jette l’ancre sur une magnifique bosse ensoleillée.

Mission accomplie pour Michèle qui revient avec nous après une longue période de doute.

Etait-ce l’heure avancée ?

Mais, entre ceux qui n’avaient plus envie de continuer et ceux qui avaient faim ou promis à Michèle de rester avec elle, nous nous retrouvons à 7 sur l’arête à 14 heure pile, après avoir longé les rives du beau Lac Noir.

Arrivée au lac Noir.

Juste pour montrer que les fleurs,çà existe encore.

D’ici la vue est saisissante sur le Beaufortain (brèche de Parosan aiguille de la Combe, pointe de Presset, Aiguille du Grand Fond....)

Mais curieusement, on ne voit pas la Pierra Menta cachée à gauche par l’Aiguille de la Nova.

Vers l’est,du Mont-Blanc à la Grande Sassière.(Panorama de Daniel L.)

La vue sur le Mont-Blanc est un spectacle ! Il est là, juste à coté de nous !

Le Mont-Blanc et les Grandes Jorasses côté italien.

Le temps de discuter photographie avec un jeune couple, et nous faire prendre en photo (sans Jean qui nous rejoint bientôt),et d’admirer les paysages, nous redescendons vers le lac Verdet.

Le groupe au sommet à 14h.

Dans la descente nous croisons Yves qui arrive au sommet, puis un peu plus loin, André, Muriel et Anne-Marie qui se sont restaurés avec les autres avant de monter.

Nous rejoignons donc le lieu du pique-nique où certains sont partis dans les bras de Morphée.

Pique nique.

Photos de Jean T.

Il parait que deux parmi nous (des dames) ,voyant Maurice nager ont traversé la berge enneigée pour plonger dans l’eau.............

Et ressortir aussitôt !

C’est dans le lac des vieilles qu’il fallait se baigner ! (j’avais promis une vacherie !)

J’oublie de dire que Maurice n’est pas un des marcheurs ni notre Momo bien aimé, mais c’est le nom donné au chien qui batifole en ces lieux.

Voilà un endroit d’où l’on n’a pas envie de partir, sauf si le soleil se cache !

Et il se cache ! Nous sommes depuis un moment au complet.

Nous avons bu le café de Jean-Luc.....Donc pas de regrets, on y va,... en contournant le lac Cornu.

Pierre gravée par un berger.Que dira t-on dans 1000 ans ?

Le retour, chacun à son rythme se fait tranquillement.

Nous faisons cependant une pause pour la photo de groupe, le propriétaire de Maurice prenant la photo avec l’appareil de Daniel.

Nous faisons alors connaissance avec Maurice, chien adorable.

Photo de groupe.

Bernard et Maurice se font des câlins.

(Photo de Jean T.)

"Moi Bernard, je suis content, j’ai trouvé un copain de jeu !"

Au retour sous le fort, nous sommes encore au soleil.

C’était tellement beau,que j’en suis tout retourné.

Il y a peu de temps Michèle se désespérait de ne pouvoir fêter son anniversaire avec nous.

Et bien ,c’est fait :

Deux bons gâteaux et de quoi se réhydrater. mais pas de champagne pour éviter les bouchons.

franchement merci et cela nous fait bien plaisir.

Pas de bouchons au retour .....Nous arrivons à Chambéry à 19h30, juste avant la nuit !

On a rarement l’occasion de voir autant de lacs. Cette balade était magnifique !

Et, bien sûr, honni soit qui mal y pense.

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0