Club Santé Seniors MGEN 73

2018 / 08 / 23 - Un amour de lac...

Ni Bramant ni Blanc ni Tournant, le lac de la Grande Sitre

vendredi 24 août 2018, par Maurice DUPONT

Ce jeudi matin, avant 7h30, sont présents pour la destination des lacs Bramant et autres 9 Bémols, soit huit dames : Bernadette, Brigitte, Cécile, 2 Françoise, Geneviève, Martine, Maxime et un seul homme : Maurice. Les prévisions météo annonçant de la pluie en Maurienne dès la fin de matinée et les travaux de réfection bloquant la route du col de la Croix de Fer font abandonner la destination prévue. Ne bramant pas, il nous faut un plan B. Martine propose alors une destination inédite qu’elle a reconnue avec Cécile au début de l’été au temps des rhododendrons en fleur. Ainsi tournant le dos à la Maurienne, nous voici mettant le cap sur le lac de la Grande Sitre dans le massif de Belledonne.

Peu avant 9 heures, les Bémols débarquent au lieu-dit Le Clos (1485 m) après avoir traversé St-Mury-Monteymond, village au-dessus de Lancey, suivi les pancartes en bois "Prélong", empruntant une petite route puis une piste caillouteuse et cahoteuse jusqu’au terminus : Le Clos, point de départ de la marche.

Sous un ciel bleu où s’étirent des nuages blancs, nous commençons la randonnée, la guide du jour nous montre le chemin du refuge du Pré du Mollard, première étape.

Et c’est une mise en jambes de 45 minutes sur un chemin large au bord duquel des fleurs de millepertuis jettent une note colorée.

En prenant de l’altitude nous avons une vue magnifique sur Grenoble, le Vercors, la Chartreuse et le Grésivaudan.

Puis nous arrivons au refuge bâti sur un replat à 1735 m d’altitude, avec terrasse et équipements divers pour accueillir confortablement les gens de passage ; nous nous y arrêterons au retour.

Pour l’instant, une fois regroupés, il nous faut continuer à monter sur un sentier paré de beautés naturelles, avec des passages rocailleux.

Le groupe se fractionne et s’étire ; la co-exploratrice du site avec Martine, Cécile et l’une des Françoise prennent la tête du groupe, l’autre Françoise, la doyenne du jour, marchant avec quelques autres à l’arrière.

A 10 h 15 nous faisons la pause-banane au bord du sentier en un lieu dominant les balcons de Belledonne et nous voyons passer de nombreux marcheurs se rendant à la Pointe de la Sitre (2195 m). Ouf ! Le site du lac ne sera pas saturé. Puis nous reprenons la montée vers le col de Prélong, le sentier serpente longuement dans les alpages.

Parfois de belles gentianes en fleurs que nous voyons le plus souvent roses ou mauves attirent le regard par leur blancheur.

Après le col nous redescendons un peu avant de passer au pied du Mont St Mury et commence alors une longue montée s’élevant progressivement vers la Pointe de la Sitre.

Au lieu-dit Sous la Pointe (2082 m) – point culminant du jour – nous bifurquons et suivons bordé de saxifrages s’accrochant aux rochers, le sentier qui descend d’abord vers un chalet de berger (Habert de la Sitre sur la carte IGN) puis vers le lac de la Grande Sitre.

Mais dès que l’on peut apercevoir le lac au fond d’une cuvette glaciaire, 3 marcheuses à l’arrière du groupe, Bernadette, Brigitte, Maxime estiment qu’elles n’iront pas plus loin et refusent de descendre pour n’avoir pas à remonter ensuite. Elles ne rejoindront donc pas les autres qui arrivent au bord du lac (1952 m), se privant elles-mêmes d’atteindre le but de la randonnée, un site au charme remarquable fait de multiples contrastes : entre la couleur des eaux pures et la patine foncée des pierres du rivage, entre les poissons effilés évoluant avec grâce en son sein et les quelques bipèdes et quadrupèdes intrus perturbant ce biotope aquatique, entre les dimensions restreintes de la surface du lac et le cadre grandiose des montagnes le surplombant : la Grande Lauzière et le Pic du Domènon.

De plus les reflets dans le lac et son apparence en forme de cœur,

ce que ne peuvent voir les 3 restées perchées sur la hauteur, rendent ce lac enchanteur...

Ce n’est pas le lac d’Amour mais plutôt un amour de lac...

Séduits par ce cadre admirable, les 6 après avoir fait la pause-déjeuner de façon conviviale, se prélassent ou ramassent des myrtilles qui abondent aux abords.

Puis ils font le tour du lac de la Grande Sitre

comme pour mieux se pénétrer de son atmosphère avant de prendre le chemin du retour.

A 13 heures commence la remontée vers le chalet de berger et le lieu de stationnement des 3 dames qui redémarrent en nous voyant approcher. Après un dernier regard sur le plan d’eau nous atteignons le lieu-dit Sous la pente et c’est la descente sur le sentier de la Pointe de la Sitre vers le col de Prélong. Au pied du Mont St-Mury, les 9 regroupés font une halte. Nous regardons le chemin déjà parcouru et les différents pics de Belledonne entourés de nuages noirs qui nous surplombent.

Est-ce la vue de ces nuages, toujours est-il que le randonneur du groupe accélère le pas à la descente.

A 15 heures nous voici tous au Refuge du Pré du Mollard où nous faisons une pause rafraîchissante et gourmande : des parts d’une tarte savoureuse aux myrtilles cueillies dans les alentours sont partagées et appréciées de tous.

Après quoi, les nuages se dissipant peu à peu, il ne reste plus qu’à rejoindre tranquillement Le Clos, ce qui est fait à 16 heures. Ce fut bien plus qu’une balade de substitution, une véritable randonnée estivale avec un dénivelé cumulé de 730 m pour les six amoureux des lacs de montagne (600 pour les trois séparatistes) dans un site inconnu des Bémols. A refaire !

Photos : Martine

Texte : Maurice

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0