Club des retraités de la MGEN en Savoie

2018/06/28.Lac Clartan, en Lauzière.

dimanche 1er juillet 2018, par Christian DORDOLO

Date : 28.06.2018.

Effectif :13.

Météo : très beau temps.

Altitude départ : 1140m.

Altitude maxi : 2111 m.

Altitude mini : 1010 m.

Dénivelé brut : 971m.

Dénivelé cumulé : environ 1150 m.

Distance parcourue : 15,6 km environ.

Délais TAC : 8 h 30.

Nous quittons Chambéry pour les hauteurs de Montsapey.

Nos régionaux, Daniel et André, y tenaient.

Dans les alpages, il n’y a pas encore de patous,

Et Ici, on se sent un peu chez nous .

On est à notre place.

Nous partons d’un bon pas sur le chemin,

Bien renseignés par les panneaux indicateurs.

La route est prête, le ciel est bleu !"

Il y a d’l’espoir dans tous les yeux.

3h30 de montée, à midi nous serons au lac.

Un ruisseau difficile à traverser sans se mouiller ?

On se livre à une activité cantonnière : le jeter de pierres dans l’eau,

On peut ainsi passer à sec le ruisseau, et puis :

Tiens le chemin s’arrête !

D’ailleurs il ne va pas dans le bon sens !

Tentative de monter à travers les fougères.....

C’est délicat de continuer ainsi.

L’Iphigénie du jour nous confirme qu’on est tombé dans le panneau.

Demi tour donc, retour au panneau.

On voit alors un bel effondrement de la montagne qui suggère que le chemin s’en est allé.

Nous n’avons ni l’envie ni le temps de chercher,

Et nous nous engageons sur la piste.

Ce n’est pas charmant, mais on peut discuter,

Bientôt nous arrivons au chalet du Tour,........

Et faisons le tour du chalet.

Grosse activité de remise en état de la bâtisse,

Un groupe de personnes s’affaire.

Page de Pub :

Le dossier de réhabilitation du chalet du Tour avait été retenu par la Mission Stéphane Bern, en charge de sauver le patrimoine. C’est l’unique dossier en Savoie.

Ce chalet, situé à 1400m d’altitude dans le Massif de la Lauzière, est la propriété de la commune de Montsapey depuis la fin du XIXe siècle. Il fut utilisé pour la fabrication et la conservation de la tome de vaches ou du fromage de chèvres.

Depuis 2012, il est en cours de rénovation par l’association “Montsapey avenir et patrimoine” et la commune.

André et Daniel sont en terrain connu et trouvent à qui parler.

Nous faisons ici notre pause banane bien méritée.

Puis nous reprenons notre piste à laquelle nous sommes attachés,

Vers le chalet de la Vénitier.

Nous en sortons enfin de cette piste,, et c’est par un joli petit chemin bien fleuri,

Que nous rejoignons le chalet.

A l’arrière du groupe, Daniel a curieusement orienté la conversation,

vers le jeu de hasard et la mort.

On ne voit pas le temps passer !

Le chalet de la Vénitier est un chalet de montagne bien confortable.

Nous continuons par une petite sente qui serpente sur l’alpage fleuri.

La vue est maintenant bien dégagée sur la Grande Muraille..

Nous arrivons au niveau du chalet en bois des alpagistes,

bien placé avec une vue superbe.

Le chalet en novembre.

Il a vécu un hiver renversant qui lui donne un air détaché.

Il ne reste que la base, la cabane est sur le toit, cent mètres plus bas.

L’avalanche l’a emportée !!

Après 4h30 de monté on débouche enfin à 13 heure au dessus du lac qui a lui aussi subi les outrages du temps :

Il n’a pas sa belle couleur d’automne, il ressemble a une grosse boule de glace au chocolat servie sur un plateau argenté.

Le coin est cependant très sympathique pour un repas tranquille au soleil.

Le groupe après le repas.

Ce lieu est en fait très reposant :

Voyez Anne-Marie apaisée, calme, détendue, après un bon repas.

Il faut bien repartir........

Le groupe sur le retour reprend le même chemin qu’à l’aller.

Sur le retour.

Tristes de nous voir partir, les sommets se sont ennuagés, on les sent prêts à pleurer.

Yves ne peut s’empêcher de faire de nombreux arrêts :

Plus les fleurs sont petites, plus ils s’extasie.

De petites fleurs violettes sont si petites que j’ai de la peine à les voir.

Muriel montre à Yves ce qui ,pour elle, est une belle fleur.

Bel exemple de mathématiques concrètes :développement en fractales.

On repasse au chalet du Tour, ce qui permet d’engager de nouvelles conversations et de faire une photo du groupe en ce lieu désormais célèbre.

Puis on prend le chemin manqué à la montée, à travers pré .

Celui-ci est des plus agréables.

Où débouche -t-il ?.....

.....Aux marques rouges snobées à la montée, considérées comme des marques de coupes de bois.

Pour notre excuse on n’avait pas vu le petit potelet noyé dans l’herbe.

"On n’ira donc pas se plaindre à la mairie, allons manger mon Kougloff alsacien traditionnel", dit André..

Nous remontons vers les voitures et nous allons rejoindre le site de la chapelle situé sous un magnifique pylône haute tension.

L’air est parcouru d’électricité : on se croirait dans un nid d’abeille.

Mais çà c’est le coté noir de l’histoire, car sinon le site est accueillant :

Jolie table de picnic, jolie chapelle et jolie vue.

L’intérieur de la chapelle.

Vous ne trouvez pas que le conteur ressemble à Daniel ?

André ne nous a pas menti, son "kouglouf",est délicieux ,arrosé avec les boissons artisanales familiales "Mongendre" ou "Annemousse" de Danièle, que les goûteurs apprécient.

Merci à André et danièle.

Ainsi va la vie du groupe 1............

L’itinéraire.

Nous étions venu ici en 2011.Il n’y avait pas de piste, le lac était à moitié gelé : il y avait un espace banquise pour les manchots et un espace pêcheurs pour le lanceur de ligne.

Et bien sûr" honni soit qui mal y pense".

Pour ceux qui n’auraient pas vu l’article de Daniel dans le journal d’aujourd’hui :

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0