Club des retraités de la MGEN en Savoie
Accueil du site > 05. Activités > Randonnées Pédestres "Groupe 1" > Récits groupe 1 - 2018 > Pic de la Sauge et Galoppaz (Bauges) 25-05-2018

Pic de la Sauge et Galoppaz (Bauges) 25-05-2018

mardi 29 mai 2018, par Alain DUROT

Pic de la Sauge et Galoppaz

Date : 24-05-2018

Effectif : 16

Météo : temps ensoleillé

Altitude départ : 800 m

Altitude maxi : 1681 m

Dénivelé brut : 681 m

Dénivelé cumulé : 1035 m environ

Distance parcourue : 14 km environ

Délais TAC : 7 h 15

ce sont les écureuils qui vont être contents...

En ce jeudi printanier,

Il y avait une promo

Pour une belle rando :

Deux sommets pour le prix d’un.

On n’a fait ni une ni deux

(C’est une façon de parler)

Et on y est allé.

Ce qui donne un profil à l’allure de bosses de chameau,

Et un itinéraire en forme de tortueux lasso.

le parcours du jour…(document Jean-Luc B.)

et son profil…(document André M.)

La distance parcourue est courte au regard du dénivelé. Ce qui signifie que la pente est tout du long soutenue. Agréable néanmoins.

- 

A peine avions nous chaussé nos gros souliers que l’on rencontrait Vénus avec ses gros sabots. Enfin, comme d’habitude, on a trouvé les sabots, mais Vénus n’était surement pas loin.

les femmes regardent les sabots, les hommes cherchent Vénus...

Il y avait également promo sur le blanc et, en sous-bois, les céphalanthères en disputaient l’éclat à l’aspérule odorante qui le disputait à l’ail des ours qui entrait bientôt en concurrence avec les dentaires avant que, à la sortie du bois tout ce beau monde ne s’incline devant les somptueux narcisses.

Les autres couleurs n’étaient pas en reste :

Dans les bleus pales le fidèle myosotis comptait fleurette à la frêle véronique tandis que dans les bleus plus soutenus les gentianes de Koch prenaient soins de leurs cousines printanières.

On croisait encore quelques discrètes soldanelles, la scille à deux feuilles et même une touffe de busseroles bigarrées.

Côté or, les pissenlits rivalisaient avec les trolles tandis que, réhaussées de brun, les tulipes australes s’enlaçaient.

On en aurait presque oublié les fières orchidées.

Bref, l’enchantement des yeux faisait oublier que la pente était soutenue et rendue glissante par les pluies orageuses des jours précédents.

- 

Le large chemin du départ était vite abandonné pour une piste plus étroite. Puis c’était carrément l’absence de sentier avant de contourner l’impressionnant rocher de Beverau et de faire la première pause sur un belvédère dominant le lac de La Thuile.

quelqu’un a-t-il vu un sentier...

sous l’impressionnant rocher de Beverau...(photo Christian D.)

arrivée au belvédère...

sur le lac de La Thuile...

Dès la reprise, la pente prenait un petit pourcentage supplémentaire pour atteindre la rustique croix du pic de la Sauge.

la pente se redresse...(photo André M.)

la croix du pic de la Sauge...(photo Christian D.)

Après une courte descente nous reprenions de l’altitude à l’occasion de l’ascension de la Galoppaz, deuxième sommet du jour où nous arrivions à midi.

entre les deux sommets...(photo Christian D.)

un dernier effort...

au sommet de la Galoppaz...(photo André M.)

Il était l’heure de se restaurer.

Une partie de la descente fut glissante à souhait. Christian a même tenté de chausser les crampons, mais sans succès.

il a essayé...

voilà le résultat...

La traversée d’un petit ruisseau permit à chacun de redonner un peu de dignité à ses chaussures.

un brin de toilette s’impose...

Sur le chemin du retour nous avons rencontré Michèle qui prenait l’air en venant à notre rencontre. C’est gentil.

C’est en arrivant aux voitures que j’ai remarqué le seul brin de sauge de la journée ; c’est joli certes, mais pas de quoi en faire une montagne.

la sauge sans pic...

La journée se terminait en chansons en l’honneur d’Yves qui, à l’occasion de son anniversaire, prodiguait boissons et gâteaux complétés par le gâteau roulé de Michèle qu’on ne présente plus (le gâteau…)

les choristes...

Alors merci Michèle, Yves et…Nicole bien sûr !!

un groupe content de sa journée...(photo Christian D.)

- 

Et, comme toujours,

Honni Soit Qui Mal Y Pense !!

Le bonus :

pour une descente réservée aux spécialistes...(photo Christian D.)

mais il y a de la concurrence...(photo André M.)

il n’y avait pas que des fleurs...

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0