Club Santé Seniors MGEN 73

Le Grand Thur (Ain) 03-05-2018

mardi 8 mai 2018, par Alain DUROT

le Grand Thur

Date : 03-05-2018

Effectif : 7

Météo : couvert, rares éclaircies

Altitude départ : 258 m

Altitude maxi : 758 m

Dénivelé brut : 513 m

Dénivelé cumulé : 730 m

Distance parcourue : 19 km environ

Délais TAC : 7 h 15

Un parcours bucolico-bitumineux

Objet de quelques jeux de mots fumeux.

le parcours du jour…(document Jean-Luc B.)

et son profil…(document André M.)

Par météo hésitante,

On adopte un parcours de circonstance.

C’est encore dans l’Ain que nous irions faire un petit tour

En réalisant néanmoins le Grand Thur.

Et si notre choix mauvais devait s’avérer,

Il nous resterait toujours Izieu pour pleurer (! !).

- 

Le temps de quitter Peyrieu

Et ses maisons à colombages

Et je vous narre sans ambages

L’ascension de la montagne d’Izieu.

beaux colombages...

A peine commencions nous notre progression

Qu’un lychnis finement découpé attirait notre attention.

Nous avancions sur un chemin ombragé,

De pervenches et délicates ancolies bordé.

Mélitte à feuilles de mélisse, sceaux de Salomon

Et même un inattendu fragon

Se disputaient les faveurs de notre curiosité.

lychnis...

mélitte à feuilles de mélisse...

ancolie...

fragon...

C’est parmi les cytises étincelants

Et les genets rutilants

Que, du jour, les 7 mercenaires

Atteignaient le premier belvédère.

Le Rhône coulait, nonchalant, à nos pieds.

En ces lieux il a été domestiqué.

cytise...

qui n’a pas rêvé d’une sitation élevée ?...

vue sur le Rhône...(photo Christian D.)

Après la pause, le parcours devient rocailleux.

Au sommet, c’est plutôt broussailleux.

la première pause...

parmi les orobanches...

puis, on change de décor...

On cherche le point géodésique cartographié.

C’est plus loin qu’il est trouvé.

Le premier sommet, c’était l’antécime bien sûr ;

En quelque sorte l’avant Thur (! !).

on l’a trouvé !...

Au (vrai) sommet, on a longuement tournicoté

Avant de trouver la brèche et le sentier

Qui permettaient dans la falaise de s’infiltrer

Nous évitant ainsi de reprendre le chemin aller.

les errements au sommet...(document André M.)

on a trouvé le passage...

Après une descente parfois bien pentue,

Nous traversions un spectacle de désolation :

Des buis décharnés qui n’en peuvent plus

Mais qui luttent pour leur résurrection.

désolation...

il résiste et repousse...

mais la bête veille...(montage Christian D.)

Peu avant Izieu on s’est arrêté.

Et, parmi le muscari à toupet, le sainfoin rosé

Et la sauge des prés

Nos avons fait une pause repas méritée.

muscari à toupet...

sauge des prés...

Le retour s’est fait sur la route goudronnée

(environ 7 km à s’envoyer…)

Retour calme ; tout juste 3 voitures rencontrées,

Itinéraire bordé de chenilles nombreuses, variées,

De laitues vivaces et de cochons au grand air engraissés.

7 km à pieds, ça use, ça use...

il y a du monde...

laitue vivace...

élevés en liberté...

On terminait notre grand Thur

Par le retour aux voitures.

- 

Et, comme toujours,

Honni Soit Qui Mal Y Pense !!

Le bonus :

y cherche la petite bête ?...(photo Christian D.)

non, le polygale barbichu…

Iphigénie et Toto, nos deux anges gardiens...(photo Christian D.)

Il reste de la place pour quelques fleurs ?

éllébore petit cyprès...

même des pervenches violacées...

belle teinte de géranium...

limodore à feuilles avortées...

sainfoin...

salsifis ensoleillé...

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0