Club des retraités de la MGEN en Savoie
Accueil du site > 05. Activités > Randonnées Pédestres "Groupe 1" > Récits groupe 1 - 2018 > Randonnée en Pays d’Allevard, le 8 mars 2018

Randonnée en Pays d’Allevard, le 8 mars 2018

lundi 12 mars 2018, par Christian DORDOLO

Date : 08-03-2018 ;

Effectif : 12.

Météo : temps doux et ensoleillé.

départ : 8 h55.

retour :15h 24.

durée TAC : 6 h29.

Altitudes :

Plus basse (départ parking Beauvoir) : 863 m.

Sommet (pique-nique à Pré-Rond) : 1572 m.

Dénivelé brut : 709 m.

Dénivelé cumulé : 781 m.

Distance parcourue : 12,42 km.

"Ainsi parla IPHIGENIE"...................nous dit Jean-luc.. !.

Notre trace. Profils en fonction de la distance et du temps. Documents Jean-luc B.

Et voila enfin une randonnée d’hiver,

avec un beau soleil et une belle neige !

Pour cette sortie, Nicole est revenue parmi nous,

et aussi Jean-michel, après plus de deux ans d’absence, avec une broche dans le pied.

C’est donc six messieurs et six dames qui se retrouvent sur le parking de Beauvoir à 8h40.

1h10 pour faire 40km. !......çà rapproche la Tarentaise, la Maurienne le Taillefer et autres massifs dits lointains !

Bouchons sur l’autoroute, pelle mécanique et tracteur...... on aura tout eu !

Dès notre arrivée, Maryvonne nous fait comprendre qu’elle a manqué de soleil, en jouant au lézard sous l’abri bus.

En cette belle journée d’hiver, nous sommes gâtés !

Rien à voir avec les promenades des huns sur le plateau !

Aujourd’hui pour monter au Collet,

il ne faut ne pas être collets- montés,

........mais plutôt décontractés.

Certains disent que j’en rajoute,

et que çà fait désordre !

Je vous laisse juger.

Photo Alain D.

C’est vrai que le groupe est très ordonné.

Ici les chemins ont l’art de partir dans tous les sens.

En plus, ils sont cachés sous la neige et il n’y a pas la moindre indication. (sauf celle du Plan du Fou qui n’est pas plan et où on ne voit pas de fou, et dont l’indication est inutile.)

Il n’y avait pas de neige au parking, mais nous la trouvons vite, au bout de 300m,

d’abord en faible épaisseur.

Tout de suite,la neige.

D’abord,sans raquettes aux pieds.(Photo Alain D.)

Puis la pente se redressant, la quantité de neige s’épaissit.

C’est donc raquettes aux pieds et banane au ventre que nous poursuivons notre marche à travers bois.

Photos Alain D.

De beaux dégagements nous offrent des vues intéressantes vers l’est et le nord.

Je ne nommerais pas ces sommets,archi connus de nous tous.

Nous apercevons en contre bas l’institut Karma Ling qui a perdu son toit et ses fanions suite à l’incendie du premier décembre, incendie allumé par un ancien adepte qui avait fait un stage ici.

Depuis, il n’a pas arrêté de pleuvoir.

Randonneurs du G1,

Proverbe chinois dire :

" le miracle n’est pas de marcher sur l’eau mais de marcher sur la terre".

Méditez !

Première alerte, le chemin semble redescendre et, comme dit Alain ,on va avoir l’arête du talweg a notre droite et au dessus, c’est pas bon.

Un cheminement sympathique à travers arbres et arbustes nous ramène sans difficulté sur le chemin principal.

Celui-ci n’en finit plus !

Il n’y a pas de trace, la neige est souvent profonde le pente marquée mais on se relaie bien en tête.

On l’avait oublié,celui-là !(photo Alain D.

A un moment le chemin tourne sur la droite dans une coulée de neige, et Jean-michel a beau se démener à brasser la neige, on est obligé de trouver un autre endroit pour passer, ce qui finalement n’est pas difficile.

Stop.. ;Je reviens !

Et à midi, après avoir bien marché, nous arrivons au grand Pré Rond sous la bosse de Tournetalon.

C’est au bord d’une rivière, à l’abri du bruit mélodieux des perches frappant les guides métalliques du téleski, et au soleil, que nous goûtons les plaisirs du printemps en ce jour retrouvé.

Au bord de la rivière.

Il y a tout le monde,sauf moi.

Il y a moi,mais pas tout le monde.Photo Alain D.

L’instant est apprécié à sa juste valeur.

Pour le retour, Yves nous propose une petite boucle empruntant un sentier balcon regardant la Chartreuse.

Curieusement les GPS Toto et Iphi se mettent à bouder au moment de revenir vers le départ du chemin, ce qui permet à la troupe de remonter le long de la route pour rajouter un peu de dénivelé.

André prend de la hauteur.

C’est ensuite la plongée régulière et sans histoire vers nos voitures, avec vue sur le bassin Chambérien.

Aujourd’hui, on ne retiendra pas que c’est la journée de la femme (ce qui sous-entend en terme d’égalité qu’il doit y avoir une journée de l’homme),mais que c’est le jour où Danièle fête son anniversaire.

"Elle est arrivée à l’âge maximum moyen d’espérance de vie en bonne santé", nous dit Maryvonne....... Nous on l’a tous dépassé.

Pas de nappe aujourd’hui ,mais avouez que la table a un certain cachet, avec de vrais verres à pied en cristal.

Deux jeunes garçons viennent jouer au ballon autour de nous en espérant je pense, récupérer quelques miettes de gâteau.

Mais Danièle ayant pensé que l’on serait huit, a prévu huit verres et huit parts de gâteau,....à partager en douze.

Seule Françoise aura eu un supplément ... en léchant le plat, comme d’habitude.

Et merci encore à Danièle à qui nous souhaitons un très bel anniversaire.

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0