Club des retraités de la MGEN en Savoie
Accueil du site > 05. Activités > Randonnées pédestres "Les Bémols" > Récits groupe Bémol - 2017 > 2017 / 12 / 28 - Les "Bémolcarri-1" réunis à la Féclaz

2017 / 12 / 28 - Les "Bémolcarri-1" réunis à la Féclaz

Worden - Plateau Sud - station de la Féclaz

vendredi 29 décembre 2017, par Maurice DUPONT

Ce jeudi 28 décembre, entre Noël et Jour de l’An, clôt l’année 2017 de superbe façon. L’ambiance festive de la période y serait-elle pour quelque chose ? Toujours est-il que ce dernier jeudi est placé sous le signe de la réunification. En effet la seule randonnée programmée est celle d’un groupe composite. Comme l’indique le titre avec son appellation dissonante en forme d’étrange synthèse, aujourd’hui vont "raquetter" de concert des éléments représentant les 3 groupes de randonnée à la journée, gr 1, gr bémol, gr bécarre (cités selon l’ordre chronologique de leur formation).

C’est ainsi que malgré une météo maussade et froide se retrouvent à Bassens 17 participant(e)s ; 17 : un nombre premier pour une première rando unitaire, cela tombe bien. Parmi les 17 raquettistes, 12 de la gent féminine dont 4 Françoise, chaque groupe en compte une et la quatrième évolue à son gré dans les 3 groupes. Mais seulement 5 de la gent masculine avec mention spéciale pour le plus grand, Claude, qui honore de sa présence une randonnée où les Bémols sont nettement majoritaires.

Après un trajet automobile où les pneus-neige ont été plus que nécessaires, indispensables, les 17 débarquent en face du magasin Worden et à 9h30, chaudement vêtus et raquettes aux pieds, même Edmond les a enfilées, ils commencent à randonner, laissant Worden derrière eux. Une des Françoise prend la tête de la troupe, faisant la trace dans l’épaisse couche de neige fraîche. Comme il est plus facile de mettre ses pas dans les traces de celle ou celui qui précède, une file indienne se forme spontanément. Contournant quelques arbres, les 17 cherchent à franchir le talus du chemin menant au plateau Sud là où le tas de neige poussé par la déneigeuse est le moins haut.

Près des maisons, la vue d’une voiture quasi ensevelie nous indique la hauteur de la neige tombée dernièrement.

Une fois sur le plateau, un autre spectacle plus poétique nous attend, celui des arbres enneigés bordant l’espace immaculé à notre droite.

Sur notre gauche le Margériaz, encore tout embrumé, est à peine visible et dans les nuages gris le soleil peine à percer, diffusant une lumière blafarde.

Nous voici dans un espace immensément blanc, vierge de toute empreinte humaine, les pistes de fond n’ont pas été damées ce matin. Se guidant sur les balises jaunes, une autre Françoise et Mireille faisant honneur à leur groupe d’origine respectif, se relaient pour tracer l’itinéraire le long du bois.

Catherine prend également sa part de cette besogne. Or peu après le bâtiment délabré dénommé curieusement "l’aiglon", Maurice, s’affranchissant du balisage et voulant peut-être montrer que pour un vieux Bémol le parcours du jour n’a aucun secret, prend la tête de la troupe et obliquant sur la gauche à travers le plateau se dirige tout droit vers le lieu-dit Sur le Veignoble. Les 16 autres suivent à la queue leu leu, certains maugréant contre cette façon de couper le fromage.

Après être passés auprès de différents chalets bien encapuchonnés de neige, nous traversons la petite route montant de Pleurachat à la station et poursuivons dans la neige profonde.

Puis lorsque nous entamons la traversée d’un bois pour rejoindre les chalets de Glaise, Jean Philippe prend son tour de faiseur de trace.

Il nous conduit entre les arbres dressant leur silhouette noire sur fond de ciel gris vers les premiers chalets habités.

Et également vers des pistes damées où évoluent des fondeurs. Pour la pause-banane Il faut poursuivre pour tenter d’approcher d’un chalet inhabité et dont l’accès ne soit pas obstrué par la masse neigeuse tombée du toit. Pas facile à réaliser, si bien que la plupart feront la pause-banane debout au bord de la piste, les autres ayant trouvé refuge auprès d’une construction ancienne aux volets fermés.

A 11 heures nous repartons dans des paysages enneigés où les feuillus ont été dépouillés de leur manteau blanc et longeons une piste de fond (plus besoin de faire la trace).

Après avoir atteint à Glaise le point de départ de la montée vers la croix du Nivolet, nous revenons le long du Bois de l’Envers en direction du "chalet de Mémé Gustine", chalet ancien mais haut en couleur.

Devant nous, des arbres croulant sous le poids de la neige.

Sur la piste le groupe marche tranquillement dans le grand blanc et arrive bientôt aux abords du village nordique aux petits chalets multicolores.

Nous traversons la station : chalet de l’Aurore, chapelle ND des Neiges et montée vers le Carcey. Dans une trouée de ciel bleu, le soleil apparaît au-dessus du Margériaz encore bien enveloppé de nuages.

Au Carcey, transformé en brasserie, il n’y a plus de salle hors-sac. Court moment de désappointement ; où allons-nous faire la pause-déjeuner de la réunification ? Tout près des guichets de vente des forfaits, le gymnase est ouvert, faisant office de salle hors-sac provisoire. Nous nous installons dans cette immense salle où la température avoisine zéro degré.

Mais la convivialité, le partage des breuvages et des nombreux desserts réchauffe les cœurs et donne un air de fête à cette pause qui ne se prolongera pas. Dès la sortie du local glacé, le soleil et le ciel bleu réjouissent les 17 qui vont s’en retourner vers Worden.

Dans la descente vers le plateau Sud, nous voyons le Margériaz ensoleillé sous un aspect presque majestueux.

L’itinéraire retour est le plus direct possible : après l’établissement de ski-joëring, direction Clairjoie (ou l’aiglon) le long des pistes de fond maintenant ouvertes. Nous croisons Chantal qui randonne cet après-midi avec sa sœur. De gros nuages viennent obscurcir le ciel et masquent à nouveau le Margériaz.

Bientôt de petits flocons se mettent à tomber. Une dernière photo d’un hêtre majestueux dans ce paysage hivernal. Et c’est le retour aux voitures à 14h30.

Il reste à redescendre dans la vallée et à Bassens, au moment de la dispersion et du retour de chacun(e) dans son foyer, le Nivolet qui disparaissait ce matin dans les nuages se montre sous une apparence resplendissante ; conclusion heureuse de cette sympathique randonnée unitaire.

Les "randonneurs réunis" vous présentent leurs vœux pour la nouvelle année.

Photos : Martine (+ 2 de Danielle)

Texte : Maurice

Portfolio

Sur le Plateau Sud
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0