Club Santé Seniors MGEN 73

Pas de deux entre Féclaz et Revard 14-12-2017

samedi 16 décembre 2017, par Christian DORDOLO

Sortie du G1 du 14-12-2017.

Effectif : 2

Météo : temps sec et variable, quelques éclaircies, très venté au sommet.

Altitude départ : 1383m.

Altitude maxi : 1538m.

Dénivelé cumulé : 350 m environ.

Distance parcourue : 11 km.

Délais TAC : 4h50.

*

Ce matin, météo-France sort de son pessimisme,

et n’annonce plus de pluie, virant à l’optimisme.

Ma météo de référence après avoir bien gambergée,

est devenue aussi beaucoup plus modérée.

*

Pas de pluie donc, mais nos marcheurs le savent-ils ?

C’est bientôt 7h 45,et sur le parking il n’y a personne,

quand débarque Danièle, avant que l’heure du départ ne sonne.

*

Que fait-on ?

Pas de problème pour faire la balade prévue,

mais à deux, on ne va pas manger l’idée d’Yves !

Nous décidons de faire un petit tour sur le plateau du Revard.

Ainsi, nous pourrons ne pas rentrer tard.

Notre itinéraire.

*

Nous aurions bien aimé débaucher Michèle,

mais aujourd’hui elle n’est pas chez elle.

La route ne posant pas de problème de circulation,

c’est très vite, que nous nous retrouvons dans l’action,

pour notre première marche en raquettes de l’année.

Et c’est un groupe, naturellement bien rangé,

qui s’engage dans une belle clairière enneigée,

puis sur un sentier qui longe en sous bois le pré.

çà fait peur !

La clairière enneigée.

Les chemins sont bien indiqués,

Impossible de s’égarer.

*

Notre première étape est le col de Pertuiset.

Nous commençons par longer une longue clôture,

signalant une propriété privée.

Les barrières sont à la mode de nos jours.

Sur notre chemin un grand trou, un gouffre !

Danièle s’en amuse, mimant l’effroi.

le silence est total,... nous sommes seuls.

L’arrivée au col nous offre une très belle vue sur la vallée.

Petit arrêt photo, puis nous remontons dans la forêt,

en prenant un supposé chemin de traverse,

qui nous ramène sur le sentier du Rebollion.

Une partie du groupe.......

.......L’autre partie.

Un arc en ciel apparait sur le Revard,

et c’est sous un ciel presque bleu que l’on rejoint les fermes.

Vous êtes sensés voir un arc en ciel ;Mais la photo est nulle.

L’horizon reste cependant chargé, même si le Margériaz est découvert.

Nous serpentons sur le très joli chemin de la corniche,

jusqu’à la villa des rennes et sa magnifique terrasse en bois exposée plein sud.

Je propose une pause banane.

"je propose la pause repas", dit une voix féminine.

C’est 11h, l’heure du bouillon !

allez, ce sera" l’instant bouille".

Après avoir tenté de prendre des photos de groupe avec un appareil de photo en fin de vie,

et s’être bien restaurés,

Nous reprenons, tout droit, la descente vers la route.

La remontée vers le sommet du Revard dans la profonde, laisse un bon souvenir à nos cuisses, d’autant plus qu’elle est rapidement effectuée.

vers le sommet.

*

Au sommet c’est la tempête.

Un vent sourd bouscule tout,

remontant les feuilles sur la neige gelée.

Mais on résiste.

Un touriste et son fils descendant de leur voiture, nous regardent étonnés.

Une présence humaine... !

Sur le belvédère la vue est jolie et on devine assez bien les sommets de Chatreuse, ainsi que l’Arcalod.

Mais le Mont-blanc reste caché, ainsi que tous les sommets de Haute-Savoie.

Oh,lac !

Nous ne nous attardons pas et replongeons tout droit vers la route, même pas détournés par les piquets signalant le chemin, que nous chevauchons allègrement.

Descendre dans cette neige est un plaisir.

Retour à la route donc, pour rejoindre le parking des fermes et remonter le long de la piste des chien de traineaux.

Le soleil nous éblouit !

Là, Danièle décide de trainer, allongeant considérablement le groupe.

Le chemin est propice à la méditation.

Le sapin sous la neige.

La serre-file.

Les chiens peuvent-ils comprendre que c’est une circulation à double sens ?

Bien enneigé !

Nous rejoignons ensuite le GR qui nous ramène tranquillement aux voitures.

La dameuse est de sortie, et notre promenade terminée.

Pas une goutte d’eau ne nous aura dérangés.

Certains peuvent avoir des regrets de ne pas s’être levés !

Et, bien sûr........honni soit qui mal y pense.

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0