Club Santé Seniors MGEN 73

Tracol, Ruchère, Arpison, Sarriette...en Chartreuse (23.02.2017)

mardi 28 février 2017, par Alain DUROT

Tracol, Ruchère, Arpison, Sarriette…

Date : 23-02-2017

Effectif : 9

Météo : soleil, puis voilé, puis couvert

Altitude départ : 1160 m

Altitude maxi : 1489m

Dénivelé brut : 329m

Dénivelé cumulé : 750 m

Distance : 14 Km

Délais TAC : 7 h 15

l’itinéraire du jour (en noir)…(document Christian D.)

derniers préparatifs sous le soleil naissant…

Une randonnée présentée comme une promenade de santé.

C’est vrai, il fallait l’avoir la santé ! Car le dénivelé cumulé s’est avéré être plus du double du brut programmé. Le tout avec 4 cols à la clé. Ce fut un parcours vallonné.

Nous avions déjà navigué dans le secteur 3 semaines auparavant. Mais cette fois, on attaquait par la face nord qui, contre toute attente, n’était pas plus enneigée que la face opposée.

Nous sommes montés tranquillement jusqu’au col de Tracol, raquettes finalement aux pieds après quelques hésitations, mais la progression s’est déroulée sur une neige bien sale.

sur une neige souillée…

mais sous un soleil généreux…

Nous descendions quelque peu avant une courte remontée au col de la Ruchère où nous attendait une surprenante chapelle éphémère.

une chapelle cartusienne éphémère…

Sachant que les moines de la Grande Chartreuse (cf le film le grand silence) prennent parfois un bol d’air en ces lieux, serait-ce une de leurs réalisations ?

On empruntait alors sagement le vallon de la Folie, passablement déneigé par le vent sévissant en cet endroit, avant de rejoindre le Habert de Billon. Le soleil accompagnait encore notre progression.

vallon de la Folie, en ordre…

ou chacun pour soi…

arrivée au Habert de Billon…

Nous passions à la difficulté de la journée, le col d’Arpison, que l’on atteignait par un beau, dernier et musclé raidillon. Nous basculions alors sur la clairière ou dorment les ruines du Habert du même nom, avant de remonter (contournant un gouffre impressionnant) jusqu’au belvédère éponyme.

a l’attaque du col d’Arpison…

au belvédère d’Arpison…

En contre bas, se dorant au soleil, on pouvait apercevoir la Chartreuse de Curière.

la Chartreuse de Curière…

Il était temps de pic niquer. Un bon quart d’heure plus tard, Bernadette s’inquiétait de l’absence de Michel. Jean se souvenait qu’il s’était arrêté pour « une pause technique ». Ne le voyant pas rappliquer, nous sommes partis à sa recherche. Et comme dit la chanson « et j’ai crié, crié-é, Michel, pour qu’il revienne… ». Je suis même remonté jusqu’au belvédère où l’on est venu me chercher : l’enfant prodigue avait rejoint ses camarades !

à l’heure du pic nique…(photo Christian D.)

on l’a retrouvé !...(photo Christian D.)

Encore tout retourné, Jean a procédé à une distribution de chocolat dans une position étonnante !

la danse du ventre…ou la distribution du chocolat…(photo Christian D.)

Rassurés et restaurés, nous avons repris la progression en grimpant jusqu’au col de la Sarriette avant une nouvelle pause (et pose photo) au belvédère des Riondettes dominant St Laurent du Pont.

au belvédère des Riondettes…( photo Christian D.)

dominant St Laurent du Pont…

Un dernier coup d’œil, ou clin d’œil, à IphiGéNie (l’inséparable GPS de Jean-Luc) et nous retrouvions le refuge des Verchères.

A l’intérieur du refuge, bien au chaud, nous avons prolongé cette agréable journée pour faire plaisir à Lucien qui ne voulait pas rentrer trop tôt… mais pas trop tard non plus !

Ce n’était pas la seule contradiction de la journée. C’est en effet Michel qui nous avait invités à prendre une collation pour nous dédommager des frais de recherche, mais c’est finalement Jean-Luc qui a payé !?! Allez comprendre !

à l’intérieur du refuge…( photo Christian D.)

Et, comme toujours,

Honni Soit Qui Mal Y Pense !!

Petit Bonus ?

on était bien en pays cartusien…

certain y on vu un cerf, d’autre un chameau…

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0