Club Santé Seniors MGEN 73

15/12/2016 Trois cols et quelques bosses

samedi 17 décembre 2016, par André MATHIEU

Nombre de participant(e)s : 11.

Distance parcourue : 14,2 km.

Dénivelé positif : 800 m.

Durée TAC : 7 h19 min.

Météo : excellente !

Le descriptif annonçant la sortie était un peu plus explicite que le titre :

« Parking à proximité du Col des Prés vers le point coté 1129 m. Ensuite chalets des Chausses, crête rejointe vers 1250 m que l’on suit vers le nord jusqu’au Col de la Verne en passant par : la Pointe des Torchets (1480 m), le Col du Pré de la Roche (1469 m), le Roc de la Croix de Fer (1614 m). Du Col de la Verne retour par les Chalets du Replat (1223 m) et le Col des Prés (1133 m). »

Au départ, malgré l’heure tardive (8 h 15) nous étions 10. Deux voitures suffisaient donc pour rejoindre le lieu de départ. Un dernier coup d’œil aux voitures restant sur le parking et une fois de plus une portière était restée ouverte, celle d’une Scénic grise. Dans une voiture N. rigolait en disant :« C. est distrait... » et dans l’autre C. rigolait en disant :« N. est distraite... » car il y avait 2 voitures grises !!! Nous ne dirons pas qui était distrait, mais c’est la troisième fois en quelques mois que ce genre d’oubli a lieu, les randonneurs du G1 vont ils devoir aller à l’atelier mémoire ?

Michèle nous attendant au niveau des chalets des Chausses le point de départ n’était plus qu’à 1090 m... au lieu des 1129 annoncés !

En commençant à marcher nous avons eu une pensée pour les gens de la vallée respirant un air pollué comme le montre la photo ci-dessus prise la veille dans la matinée où l’on voit la Galoppaz qui a bien du mal à émerger.

Très vite nous étions au soleil et Danièle s’extasiait devant ce beau tronc couvert de champignons.

Un peu plus loin un être bizarre surveillait la vallée des Aillons.

Le cheminement sur la crête est assez évident.

Vers 10 h 30 la pause banane, au soleil, permettait de reprendre des forces et de commencer à apprendre le chant des pèlerins de Compostelle sous la houlette indulgente de Danièle. Voici le résultat :

« Tous les jeudis nous prenons le chemin,

Tous les jeudis nous allons plus loin,

Semaine après semaine la rando nous appelle,

Sur les chemins des Alpes belles.

ULTREÏA, ULTREÏA... »

Pardon Danièle, les pèlerins du G1 ont peu de mémoire !

Les falaises au dessus de Thoiry et Thorméroz délimitent bien cette crête. Un coup d’œil vers l’arrière permet de voir le chemin déjà parcouru.

Peu après la Pointe des Torchets était franchie (la photo ci-dessous montre l’arrivée à la pointe).

On se demande pourquoi cette bosse a un nom alors qu’elle n’a rien de remarquable ! Juste à côté, on franchit le Col du Pré de la Roche sans même s’en apercevoir ! Il est vrai qu’il n’est qu’une dizaine de mètres sous le sommet précédent. Par contre, il vaux mieux éviter de tomber dans le gouffre situé au milieu du chemin, mais heureusement protégé une branche :

L’arrivée au Roc de la Croix de Fer, point culminant de la randonnée avec 1614 m offrait un emplacement de choix pour le pique-nique, d’autant plus qu’il était midi et dix minutes. « Le bonheur est une petite chose que l’on grignote assis par terre, au soleil. » (Jean Giraudoux). Dixit la papillote de Maryvonne...

Au pied de la Croix du Nivolet il y avait quelques silhouettes, les Bémols ? En fait ce n’était pas eux car ils erraient à la recherche du Passage du Croc... !!! Et toujours de beaux paysages : le Granier. Belledonne. Bien sûr le Margériaz sous un angle inhabituel. Et même le Mont Blanc pour faire taire certain septique !

La descente sur le Col de la Verne offrait de beaux jeux de lumière. La neige dure incitait la plupart d’entre nous à chausser les crampons, parfois seulement après avoir effectué une glissade !

Le groupe devant les panneaux au Col de la Verne : Ensuite le départ du chemin est bien indiqué :

Mais le chemin lui même se révèle plus difficile à suivre recouvert par la neige et les feuilles mortes .

La recherche du passage dans la barre du Grand Roc des Bassins fût donc un peu laborieuse... Mais ensuite finie la neige et le retour s’effectuait sans encombre. Près des ruines des chalets du Replat il y avait une petite source presque tarie avec le froid.

Vers 16 h nous retrouvions les chalets des Chausses et les voitures.

Et pour conclure dignement la journée, Claude fêtait son anniversaire avec gâteaux et boissons revigorantes. Merci à lui et merci à celles et ceux qui m’ont suivi dans cette randonnée inédite pour notre groupe.

Pour finir la trace de la rando et le profil où l’on voit bien qu’il y avait quelques bosses !

Crédit photos : Christian et André.

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0