Club Santé Seniors MGEN 73

Au-delà du Bout du Monde, le 17 novembre 2016

les vallons de la Leysse et du Terneze.Compte rendu de la randonnée du groupe 1.

dimanche 20 novembre 2016, par Christian DORDOLO

les vallons de la Leysse et du Terneze.Compte rendu de la randonnée du groupe 1.

Effectif : 17.

Météo : couvert, bruine avec quelques gouttes, puis de plus en plus beau.

Altitude mini :316 m.

Altitude maxi : 660 m.

Dénivelé cumulé : 830 m.

Distance parcourue :14,6 km

Délais TAC : 7h10.

17 marcheurs partent pour le Bout du Monde, ce matin.

Deux kilomètres en voitures, ce n’est pas rien !

Cela présente l’avantage d’être vite en ordre de marche sans s’être levé tôt.

Après avoir traversé le pont nous longeons la Leysse jusqu’au Bout du Monde,

Puis nous suivons un sentier en rive droite de notre joli ruisseau.

0.Notre itinéraire et le profil de dénivelé.(GPS André)

1.C’est beau une roue à aubes !(photo André)

2. Yves nous fait un cours sur la fougère "cheveu-de-Venus" (adiante).

Malgré les diverses indisponibilités, il y a beaucoup de monde.

3. Barrage construit pour casser le flot torrentiel de la Leysse

4.Cascade à sec.

5.On chemine tranquillement.

Au niveau du barrage, nous avons une petite pensée émue pour les poissons,

Qui peuvent remonter la rivière en toutes saisons,

En empruntant la belle échelle que l’homme leur a construite.

6.Barrage avec chute d’eau et escaler à poissons.

Ce n’est pas le bout du monde pour nous non plus, il y a une suite !

Car de belles marches nous invitent sur notre gauche, à monter vers ce qui était des vignobles.

7.Pour commencer la montée, il y a un escalier.

"Le sentier des vignes", puisque c’est ainsi qu’ il se nomme,

Serpente en taillis et sous-bois,

Puis à travers une végétation sauvage,

Ici ou là on voit,...

devinez quoi.. ?.

Bien sûr, des plants de vigne.. revenus à l’état sauvage !

On passe devant un petit sarto ruiné, vestige du passé.

nous sommes depuis peu en hauteur et désormais, dominons la Leysse,

qui serpente au fond de son canyon.

Nouveau sarto, mais celui-ci est en bon état.

Ces anciens lieux de travail n’ont pas vocation à être aménagés,

Pan d’aménagement des sols à respecter !

8.C’est bien l’automne : les feuilles se ramassent à la pelle...

9.Sarto ruiné.

10.A travers les herbes sauvages.

11.Sarto de luxe.

Des tronc d’arbres sont décorés par de petites lianes couvertes de boules rouges.

Maryvonne se met à penser qu’elle aimerait bien trouver du houx !

Et bien elle va être exaucée, c’est fou !

Au belvédère on a bien plus l’impression d’être dans le midi,

Qu’au milieu de la Savoie à deux pas de Chambéry !

12.Le belvédère.

13.Arbre décoré

14.Houx y es-tu ? Houx pillé, il vont se faire houspiller !

Ici la Leysse fait des boucles remarquables,

C’est trop beau ! pour faire une pause ,c’est une heure acceptable !

15.Les beaux méandres de la Leysse et la passerelle(a gauche).(photo André)

On repart après avoir repris des forces.

Sur notre gauche au fond du vallon on voit le passerelle accrochée au dessus de la rivière.

On la rejoint en descendant le sentier qui serpente dans les grandes herbes.

16.Descente dans les herbes.

17.Le sentier est très agréable.(Photo André)

On est au bord de la partie la plus encaissée du canyon.

Ce canyon est appelée "trou de l’enfer",

Car celui qui descendrait tout droit les prés de Saint jean d’ Arvey pour aller de baigner, serait tout à coup au bord d’une falaise et sans avoir le temps de s’en rendre compte, passerait de 540 m à 415 m d’altitude, en suivant une belle ligne verticale. Il aurait le temps de ressentir un certain trouble, d’avoir un peu la trouille, mais pas le temps de jouer au trouvère, ni le temps d’enfiler sont maillot de bain,avant de se sentir... ou plutôt pas..... brassé dans l’eau grondante du torrent. à jouer avec les truites,de rochers en rochers.

C’est ce qu’on appelle se retrouver en enfer.

L’observateur inquiet aurait entendu dire :"enfer et damnation je me suis troué !"

Donc vous avez compris ce qu’est le trou de l’enfer !

Une personne aurait osé une comparaison avec la canyon du Colorado

en plus petit, en beaucoup plus petit......, mais avec plus de végétation.

Poursuivant notre chemin, nous arrivons à notre jolie passerelle,

qui nous permet de franchir la Leysse en hauteur.

("en hauteur, une passerelle !...au raz de l’eau, c’est pour la baignade et en été de préférence...allez, revenez !")

18.Passage de la passerelle.

19.Il parait que çà tangue !

La pluie s’invite un court instant, avant que le soleil vienne s’installer.

La passerelle passée, on rejoint rapidement le Terneze qui se jette un peu plus bas dans la Leysse.

On remonte d’abord vers notre lieu de pique nique,

avant de redescendre vers l’ancien pont du Sordet.

20.Ne les touchez pas ! Tenez vos chiens ! La chasse est en cours.Contradictoire,non ?

Un bel éboulement encombre son approche,

Mais le pont lui même est encore une belle arche au dessus de laquelle passe un petit chemin.

Lucien nous confirme que de l’autre coté un panneau en interdit l’accès.

21.Eboulement au pont du Sordet.

22.Le dessus du pont du Sordet avec son joli chemin interdit.

23.Le pont du Sordet vu du bord de l’eau et vu du chemin.

Nous remontons pique niquer vers la maison de famille de Daniel qui nous raconte que, petit, il passait sur ce pont en voiture avec ses parents pour aller à Chambery.

Vertige du temps !

La pause qui repose est aujourd’hui à midi, face au Margeriaz.

Remarquez que si les champignons se disposent en cercle,

les randonneurs sont souvent disposés en ligne.

Ici, je suppose que c’est pour admirer le Margériaz !

24. L’ancienne maison de famille de Daniel. André veut faire un calin au cheval.

25.Pause repas face au Margériaz.

Notre délicieux repas fini et nos jeux de "culbute souches" et de cache-cache terminés, nous redescendons en remontant le Terneze jusqu’au vieux moulin.

26.Jean-Luc fait de l’haltérophilie avec Claude. Nicole joue à "culbute souches" avec ses bâtons. Pendant ce temps le reste du groupe joue à cache-cache avec les affaires de Maryvonne.

27.A cet instant votre serviteur prend cette photo, une seconde plus tard il est allongé en contrebas du chemin, après une culbute sur les pierres. Son appareil photo est plus loin en coma artificiel après avoir rebondi sur les cailloux.

Le site est remarquable, bien connu des amateurs de canyoning .

Ici le torrent a creusé dans le calcaire de magnifiques "marmites de géant".

Le moulin lui n’est qu’une vielle ruine mangée par la végétation.

28.Le site de canyoning du vieux moulin, sur le Terneze

29.La grande beauté du site

30.Le vieil homme, le vieux moulin,les vieux champignons et le vieil arbre.(photos André,Christian).

Il ne reste plus qu’à revenir aux voitures,

Mais entre ceux qui tirent systématiquement à gauche, ceux qui s’engagent résolument sur la route, ceux qui veulent descendre jusqu’à la rivière et ceux qui veulent descendre sous le château de la Bathie,

Il y a des moments de flottement.

Mais tout se termine en ligne, bien rangés sur un mur, chauffés par un doux soleil d’automne, à regarder passer les voitures.

31.Cardons au garde-à-vous devant le château de la Bathie.(photo André)

32. Le groupe au soleil (André).

Jolie boucle, en somme....

On monte et on descend tout le temps !

On pourrait rajouter un peut de hauteur en remontant à Curienne et en contournant le Grand Joueret, voire en passant par la gorge de Camelot.

La prochaine sortie se fait sans Yves, la suivante sans Yves et sans André ! on est déjà sans Alain depuis un mois !..... Une petite pensée pour Alain et Yves.

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0