Club Santé Seniors MGEN 73

2016 / 08 / 18 - Gare aux cheni i i i i illes !

Boucle de substitution à partir du col du Chat

vendredi 19 août 2016, par Maurice DUPONT

Ce matin toutes les prévisions météo sont unanimes : de la pluie dans la journée partout en Savoie...Alors la Roche Parstire est reportée à des jours meilleurs et une balade de substitution est recherchée par les 6 Bémols présents à Bassens : Magdeleine, Martine, Mireille, Prudy, Bob, Maurice. Notre doyen, qui connaît tous les chemins et leurs variantes, propose une boucle vers la montagne de la Charvaz à partir du col du Chat.

Ainsi à 8 heures, les 6 débarquent sur le parking voisin du col (638 m) et la balade commence par une montée entre les buis complètement desséchés, aux feuilles dévorées par d’innombrables chenilles du papillon la pyrale du buis. Ces chenilles vertes et noires pendent au bout de longs fils qu’elles ont tissés entre les branches et au-dessus du chemin.

Bob qui ouvre la marche se munit d’un bâton qui l’aide à écarter de sa tête ces larves envahissantes... Plus haut un belvédère à l’écart du chemin nous permet d’apercevoir entre les branches des arbres un des lacs de Chevelu.

Retour au chemin qui monte et descend, passant aux lieux-dits Les Marais (691 m), Sous Bois (650m). L’itinéraire sous le feuillage des arbres nous protégeant de la pluie qui commence à tomber bien plus tôt qu’annoncé a un profil de montagnes russes et un panneau incitant à modérer la vitesse nous surprend.

Pas de radars mais un autre panneau retient notre attention : une mine de fer du début du 19ème siècle est là, plus haut que le chemin.

Nous y allons et nous voici devant une étroite galerie s’enfonçant dans la montagne. Magdeleine qui a sorti une lampe de son sac marche la première et nous pénétrons sur une vingtaine de mètres dans le boyau, en courbant la tête (« Bob, fais attention ! » entend-on).

Du fer dans du calcaire ? Peut-être que cela provient de filons de roches magmatiques passant dans les fissures du calcaire, finalement après recherche sur le web, ce serait du carbonate de fer d’origine sédimentaire (sidérite)... Après cette diversion géologico-minière, nous reprenons le chemin orné de campanules, qui continue à descendre jusqu’à la Forêt Charvaz (607 m).

Ensuite nous remontons sur une large piste forestière en lacets et après un virage où apparaît le lac du Bourget sous la brume, nous faisons la pause-banane assis au pied d’une falaise de calcaire argileux.

Après cette halte, appréciée au bout de 2 heures et ¼ de marche, c’est la chenille qui redémarre, comme le dit la chanson, mais sans que l’on pose les 2 pieds en canard car il faut encore monter tout en remarquant ici une fleur de buddleia ou arbre aux papillons, visitée par une abeille et une pyrale du buis, là de la solidage géante, jetant une belle touche de jaune au milieu des sapins et épicéas.

A 11h15 la pancarte Mont de la Charvaz (996 m) nous apprend qu’il reste au moins 45 minutes avant de parvenir au belvédère du sommet proposé comme destination au départ. Nous ne monterons pas plus haut, la pluie annoncée pour l’après-midi n’incite pas à allonger l’itinéraire du retour et nous redescendons alors vers Les Ordières (770 m). Plus tard, une balise invitant à tourner à gauche et à s’engager dans une descente pentue provoque hésitation et discussion : le chemin, sensiblement à la même altitude que le col, semble aller dans la direction de celui-ci. Ne vaudrait-il pas le coup de le suivre ? Descendre encore pour remonter inévitablement n’est guère motivant mais les balises de G R font autorité, alors nous continuons la descente parmi des thuyas géants, puis remontons.

Après être passés au lieu-dit Dessus Petit Villard (610 m), dans une clairière de la hêtraie, où fleurit du mélampyre vaudois, sur des rochers moussus qui feront office de sièges, nous nous arrêterons pour la pause-déjeuner.

Prudy, qui n’observe pas seulement les champignons et les traces d’animaux, arrive portant un nid d’oiseau, trouvé au bord du chemin.

Le pique-nique est comme d’habitude agréable et convivial ; la discussion en ce lieu est nourrie de réminiscences du poème romantique Le Lac, de perles d’élèves et de commentaires peu littéraires mais comiques des convives présents.

A 13h45, nous repartons en direction du hameau Grand Villard, Bob pense que marcher sur la route menant au col sera un bon moyen d’éviter ce qui est source de taquineries à son égard : les détours et contours qui ne sont pas toujours des raccourcis... Durant la descente, sur une plante accueillante au moiré automnal, on peut observer un couple de ces papillons se chauffant au soleil.

A partir de Grand Villard (570 m), c’est en file indienne au bord du macadam que nous marchons vers le parking ND de l’Étoile où des linaires communes seront repérées par Martine lors de la halte.

Un belvédère tout proche offre une vue panoramique sur le lac du Bourget. A quelque distance, sur la hauteur, la chapelle de N.D. De l’Étoile avec son clocheton.

De là, nous reprenons un sentier descendant d’abord dans la combe avant de remonter, au bord de celui-ci une cardère mérite un dernier cliché et nous rejoignons la départementale menant à Gratte Loup.

Après avoir cherché entre des carcasses rouillées de camions et dans les hautes herbes où passe le sentier, nous faisons demi-tour et observant mieux les pancartes nous le trouvons et après une dernière grimpette, nous voici au lieu-dit La Carrière (654 m). Il ne reste plus qu’à descendre au milieu des buis ravagés par les chenilles de la pyrale jusqu’au parking du col du Chat. Avant de remonter en voiture, nous inspectons sacs et vêtements pour ôter ces parasites indésirables.

Pour conclure, on pourrait dire paraphrasant le poète :

Que les chenilles tombant sur nous, les arbres protégeant de la pluie,

Que les contours, les détours, les descentes suivies de montées,

Que tout ce qui échenille, ajoute du dénivelé, use les souliers,

Tout dise : « Ils ont marché ».

(marché autant, sinon plus que s’ils avaient gravi la Roche Parstire...)

Photos : Martine Texte : Maurice

Portfolio

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0