Club Santé Seniors MGEN 73

2015 / 05 / 07 - Lâcher de Bémols au Lachat

Montagny (Arith) - Refuge du Creux de Lachat - Lac Mariet

vendredi 8 mai 2015, par Maurice DUPONT

Jeudi dernier : 11 randonneur(se)s, aujourd’hui : le double, soit 22 Bémols qui, partis de Bassens et de Drumettaz, vont se rejoindre à Arith sur le parking de Montagny (880 m), à l’orée de la forêt. 16 dames : Brigitte, Cécile, Chantal, Françoise, Jeanine, Jeanne, Jeannine, Joëlle, Marie, 2 Martine, Maxime, Michèle, Monique, Prudy, Sylviane et 6 messieurs : Bob, Claude, Daniel, François, Maurice, Yves. Cette joyeuse troupe se propose de monter au refuge du Creux de Lachat puis de redescendre vers le lac Mariet, avec l’espoir d’y trouver du muguet...

Avant le départ, Jeanne déplie la carte des Bauges, visualise le trajet à faire et repère l’itinéraire le moins raide pour monter au refuge. Vers 9h15 les Bémols se mettent en marche, emmenés par Bob et Claude, 2 marcheurs infatigables et au lieu-dit Les Granges du Crêt, le groupe de tête prend sur la gauche le petit sentier montant vers les Combettes. En effet une pancarte indique bien la direction du col de la Cochette et du refuge du Creux de Lachat mais un itinéraire plus raide nous attend.

Dès lors commence une longue et dure montée dans la forêt dont les arbres nous préservent heureusement des rayons du soleil.

Il n’est pas toujours facile de prendre la bonne direction aux divers embranchements. A 10h15, une halte sur un replat permet le regroupement de tous et certain(e)s commencent à poser la question de la pause-banane. Elle se fera plus haut dans une clairière.

Après cette halte ayant permis récupération et repos, nous atteignons Les Combettes (1321 m) et un peu plus tard laissant la forêt derrière nous, le Pâturage du Lachat. A cet endroit le chemin du refuge se sépare de celui menant au col de la Cochette où nous n’irons pas, malgré le désir de quelques-un(e)s.

Et c’est en marchant à flanc de coteau sous un beau ciel bleu que nous arrivons tranquillement au Refuge du Creux de Lachat (1358 m) à 11h30. Le bâtiment est fermé mais sa vaste terrasse face au Mont Blanc dominant superbement le paysage, avec des tables de bois rustique et de nombreuses chaises alignées le long de la façade est un lieu idéal pour la pause-déjeuner, même s’il est encore bien tôt. Nous nous installons donc, nous félicitant d’être les premiers arrivés ; d’autres groupes arriveront ensuite et se contenteront des abords herbeux du refuge.

Repas chaleureux et convivial, cela va sans dire...

Après le repas, Jeannine qui explore les abords du refuge découvre près du mur une belle morille brune et pourtant aucun frêne à proximité, seulement des épicéas. A peine Jeannine a-t-elle été photographiée avec son trophée que Martine allant à son tour sur les lieux trouve une autre morille, plus petite et plus claire.

Ce sera tout pour aujourd’hui. Maxime, quant à elle, recherche des pissenlits, tandis que Daniel et Sylviane font la sieste au soleil.

A 12h45 le groupe repart en direction du lac Mariet.

D’abord nous redescendons jusqu’au lieu-dit Les Combettes par le même chemin au bord duquel des gentianes acaules, dont une visitée par 3 pucerons, retiennent l’attention de la photographe.

Aux Combettes, nous tournons sur la gauche et empruntons le GR du tour des Bauges qui s’enfonce bientôt dans la forêt. Le long du chemin on peut voir des rochers joliment recouverts d’un tapis de petites fleurs blanches, des oxalis des bois (oxalis acetosella).

La descente est assez raide, attention à ne pas tomber. Lorsque nous sortons de la forêt, nous passons auprès des vieilles maisons du Mariet dessus (1089 m).

Encore un passage dans la hêtraie où les forestiers s’affairent à une coupe de bois ; sur deux longs troncs abattus, nous faisons une petite halte. Puis repartons sur le sentier souvent encombré de branches coupées et débouchons dans un espace maintenant découvert et marécageux précédant le lac Mariet (1003 m). Bob et Claude y arrivent avant tous les autres qui cherchent les passages les moins humides pour parvenir sur les bords de ce lac tout petit, une gouille, en parler savoyard mais "le seul lac naturel des Bauges, précise Bob, les autres étant des plans d’eau."

Une fois que toutes et tous sont arrivés et ont flâné au bord de l’eau, Bob propose une extension jusqu’à un belvédère offrant une vue imprenable sur les tours St Jacques. "10 minutes de marche pour y aller" annonce Bob. Pendant que quelques-un(e)s restent sur place et se proposent de garder les sacs, les autres partent à travers la forêt derrière Bob sur qui les ans n’ont pas prise et qui marche à un rythme fort soutenu. Après 25 minutes de montée, ouf ! Nous voici enfin au belvédère ( entre 1150 et 1200m) où nous apercevons les tours St Jacques entre les branches des épicéas bordant la falaise.

Le temps de récupérer tout en observant le panorama sur Allèves et nous redescendons au lac, Bob fonçant comme pour rattraper le temps que son estimation avait mal appréhendé. Au lac, pas question d’une nouvelle halte, celles et ceux qui ont attendu patiemment sont debout, prêt(e)s à partir.

Les 22 réunis s’étirent donc sur le chemin menant au parking de Montagny, bordé dans cette zone de relief karstique de multiples dolines et même de gouffres obstrués par des branchages. A un moment, Jeanne nous fait tourner à gauche et se porte en tête du groupe ; elle connaît les coins à muguet. Mais nous ne verrons que des feuilles de muguet, seul un brin en fleur méritera un cliché.

A 16h45, nous voici de retour aux voitures au terme d’une belle journée de marche avec un dénivelé respectable pour les Bémols.

Texte : Maurice Photos : Martine

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0