Club Santé Seniors MGEN 73

2015 / 01 / 15 - En raquettes avec ou sans neige

St François-de-Sales - Croix des Bergers - refuge de La Plate

samedi 17 janvier 2015, par Maurice DUPONT

A 9 heures, sur le parking de Bassens, le groupe Bémol semble avoir fondu, seulement 12 partants : Brigitte, Catherine, Françoise B, Françoise L, Martine C, Martine V, Maxime, Mireille, Monique, Bernard, Maurice, Yves. Un peu plus tard, nous nous retrouvons 13 avec Gisèle qui a rejoint aujourd’hui le groupe des lève-tard et nous a précédés sur le parking de St François-de-Sales. Pendant que nous nous préparons, fixant en un premier temps les raquettes sur les sacs à dos ou glissant sous les chaussures des crampons à glace, nous voyons débarquer de 2 cars un véritable troupeau de Grenoblois venus chercher la neige dans les Bauges. Hélas ! Elle n’est pas au rendez-vous.

Tous ces raquettistes vont sans doute emprunter le même itinéraire que le nôtre. En effet ils défilent devant nous près du Foyer communal de fond alors que plusieurs d’entre nous, avant de se lancer sur la piste gelée, chaussent les raquettes, nous les rejoignons un peu plus loin. A un embranchement nous les laissons sur la piste raquettes menant à la tourbière des Creusates et empruntons la piste de fond non ouverte et non fréquentée aujourd’hui, vu son état. Aux Creusates un spectacle inhabituel à cette saison s’offre à nos yeux : les touffes d’herbe dépassent de la mince couche de neige et sur la colline le manteau neigeux est réduit en guenilles.

A 10h40 nous voici au lieu-dit la Cascade : encore 30 minutes pour atteindre la Croix des Bergers, la montée permet une vision panoramique attristante pour les amateurs de neige, celle-ci a pratiquement fondu partout.

Après 11 heures, tout le groupe pose pour la photo auprès de la Croix, dans un décor plutôt sombre : ciel gris, sol à la végétation rabougrie et roussie par le froid, vent cinglant les visages. A l’horizon les sommets enneigés des montagnes, sous un ciel plus dégagé, apportent une touche hivernale plus lumineuse.

Nous redescendons de ce modeste promontoire (1371 m) et faisons une pause-banane tardive. Celles et ceux qui ont trouvé un endroit relativement abrité du vent sont rejoints par les autres qui ont commencé à se restaurer un peu plus loin, en bravant Ėole. Après la pause, nous continuons à descendre vers La Cascade puis dans la combe débouchant sur le ruisseau des Otalets. Nous atteignons la grange de la Plume aux abords pratiquement dépourvus de neige, où un bassin circulaire, un énorme chaudron en fonte, est plein de glace.

Alors que quelques-un(e)s profitent des bancs de bois le long de la façade pour faire une courte halte, qu’Yves active le battant de la cloche fixée à une poutre, Bernard va tester la solidité de la glace et hardiment évolue avec ses raquettes sur le bloc gelé qui tangue mais ne rompt pas.

Nous repartons, traversons une petite zone peu exposée au soleil où la neige a résisté, franchissons le ruisseau et remontons sur le versant opposé où la piste est de plus en plus terreuse et par endroits boueuse. Plusieurs gardent les raquettes aux pieds par flemme de les enlever et de les accrocher au sac ou en pensant que dans la forêt il y aura assez de neige !

A 12h30, nous voici au refuge de la Plate. La présence à terre d’une paire de skis de fond semble aujourd’hui incongrue... La terrasse avec ses tables en bois ne porte aucune trace de neige ; après avoir commandé du vin chaud, nous nous installons le long de la façade ouest. La pause-déjeuner peut commencer ; le soleil est maintenant de la partie. Repas dans la bonne humeur et la convivialité habituelle...

A 12h30 nous quittons le refuge et prenons le chemin du retour en marchant au beau milieu de la piste de fond -aujourd’hui c’est possible- en direction de la Doline puis vers la tourbière des Creusates. A 14h15 assis le long de la façade d’un des chalets ou à ses abords, nous faisons une dernière pause au soleil. Puis quittant ce lieu où la neige est une denrée rare, nous nous dirigeons à travers la forêt vers le foyer communal de fond.

Vers 15 heures nous voici revenus au parking et espérant bénéficier d’un enneigement plus important la semaine prochaine, nous redescendons dans la vallée en direction de Bassens.

Texte : Maurice. Photos : Martine.

Portfolio

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0